Dossier spécial Quand gourmandise rime avec plaisir
Le thé japonais, un lien universel : floraison numérique dans une tasse de thé cosmique
[10.10.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 |

À Paris, le salon Maison & Objet dédié à la décoration intérieure hébergeait un espace plongé dans la pénombre, pareil à une faille temporelle : une installation numérique interactive fusionnelle avec le monde du thé. Partez à la découverte de beautés et saveurs fugitives, potentielles portes d’entrée d’un nouveau genre dans l’univers du thé et du zen.

Plongé dans l’obscurité, vous attendez. Dans la tasse placée devant vous, du thé vert est servi. À la surface du liquide apparaît une fleur qui s’épanouit. Vous prenez votre tasse en main et buvez. La fleur change de forme, ses pétales se dispersent en musique. Quand vous reposez votre tasse, une nouvelle fleur surgit. Une fois la tasse vide, plus rien n’y fleurit ; c’est le signe que votre passage dans l’univers du thé est terminé.

Les fleurs imprimées à la surface du thé ne sont pas de simples images projetées, mais de délicates infographies qui, grâce à un puissant programme, évoluent en accord avec les mouvements de la personne qui boit son thé. Ces paysages uniques, fruits du hasard à un instant précis et impossibles à reproduire, sont comme des organismes vivants. De la beauté de ces fleurs qui s’épanouissent puis se dissipent dans l’obscurité, évanescentes et colorées, naît un univers fantasmagorique en phase avec les saveurs sereines du thé vert, un cosmos bouleversant.

Cette installation numérique interactive, une œuvre des Japonais de teamLab en collaboration avec EN TEA, est intitulée « Espace EN TEA x teamLab x M&O : floraison dans un cosmos infini à l’intérieur d’une tasse de thé ». Elle a été présentée dans le cadre de l’édition d’automne du salon Maison & Objet Paris (du 8 au 12 septembre 2017), le plus grand salon européen de décoration intérieure.

Une tasse de thé cosmique

Le collectif teamLab se définit comme un « groupe d’ultra-technologues » qui rassemble programmeurs, ingénieurs, infographistes, illustrateurs, mathématiciens, architectes, web designers, graphistes ou encore éditeurs, soit des spécialistes de tous les domaines de la société numérique. Fort de 450 membres environ, ce collectif protéiforme compose une équipe pour chaque projet à mettre en œuvre.

Kudô Takashi, teamLab

Kudô Takashi, du teamLab, nous explique le concept de l’installation :

« Nous avons inventé une œuvre qui n’existe que dans une tasse de thé. Dans cette tasse s’épanouit une fleur de saison dont les pétales se dispersent en musique à chaque gorgée que l’on boit, avant de s’évanouir. La musique n’est pas enregistrée, il s’agit de sons produits sur mesure, en même temps que la fleur se défait, et en fonction des mouvements de la personne qui tient la tasse. C’est une rencontre unique, une œuvre impossible à reproduire. Pour moi, il s’agit d’être en phase avec le vivant, de le boire. De savourer l’éphémère. Dans le même temps, partager dans une obscurité sans frontières ces fleurs qui s’éparpillent donne naturellement naissance à des échanges avec les personnes autour de soi, et c’est peut-être là aussi le charme de cette œuvre. »

Au centre de cet espace est projetée une œuvre digitale inspirée du zen, un rond ensô tracé d’un seul trait de pinceau.

« L’ensô est le symbole de l’univers du zen, c’est une révélation, un cosmos, le moi humain, un élément ouvert à l’interprétation de celui qui le contemple. Notre ensô numérique évolue, il change d’angle et de vitesse, il est en quelque sorte un rouleau suspendu kakemono autour duquel se raconte cet espace. Cette œuvre est associée aux saisons, à l’éphémère, au calme, elle offre l’atomospère d’une rencontre unique. À mes yeux, elle ouvre une porte sur l’univers du sadô (la voie du thé) et du chashitsu, une petite pièce à la décoration dépouillée dans laquelle se déroule la cérémonie du thé. »

Au salon Maison & Objet, la file d’attente devant l’installation numérique était permanente (à gauche). Dans l’espace EN TEA voisin, quatre thés différents étaient proposés à la dégustation (à droite).

Tags :
  • [10.10.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Produire le fameux « katsuobushi » en Espagne : le défi accompli d’une entreprise japonaiseDans la cuisine japonaise, impossible de se passer de bonite séchée, ou « katsuobushi ». Cet ingrédient essentiel est pourtant frappé d’une interdiction d’importation dans l'Union européenne. Mais le président d'une entreprise japonaise a réussi à contourner cet obstacle tout en se conformant à la législation du bloc européen : il a délocalisé sa production. Il possède maintenant une usine en Espagne, à partir de laquelle son katsuobushi est exporté dans vingt pays du continent.
  • Le Big data au service du vin japonaisLes vins japonais n’ont maintenant plus rien à envier à des importations bon marché vendues dans les supermarchés, les consommateurs étant de plus en plus attirés par les histoires de producteurs proches de chez eux. La viticulture est justement un domaine qui a introduit de plus en plus le système du Big data. Que permet concrètement l'utilisation de quantités colossales de données ? Reportage dans les préfectures de Yamanashi et Nagano au moment de la récolte.
  • Le buri, le poisson le plus délicieux du Japon ?Il est un poisson appelé buri, qui ne vit que dans les eaux proches du Japon. Le buri sauvage des mers froides est un mets très apprécié de la cuisine japonaise d’hiver, où sa chair se déguste aussi bien crue que cuite. Allons à la rencontre de ce spécimen en passe de devenir le « poisson national » du Japon.
  • Saké à la londonienne : la première brasserie de saké de Grande-BretagneKanpai London Craft Sake, la première brasserie de saké en Grande-Bretagne, a été créée par Lucy Holmes et Tom Wilson. De toute petite taille, leur établissement lancé en février 2017 fait déjà beaucoup parler de lui, notamment en raison de son approche innovante dans la fabrication et la commercialisation de la boisson nationale nippone
  • L’alcool de prune « umeshu », un délice à la conquête du mondeCes dernières années, si le saké japonais a le vent en poupe sur les marchés étrangers, le umeshu, l’alcool de prune, n’est pas en reste non plus. Sucré, facile à boire et bon pour la santé, il est surtout très apprécié des femmes et des jeunes. Nippon.com est allé à la rencontre d’un producteur de la préfecture de Wakayama, qui ne ménage pas ses efforts pour faire connaître au-delà des frontières de l’Archipel les délices de cet alcool. Il nous a expliqué son processus de fabrication tout en nous confiant ses attentes pour l’avenir.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone