Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
Le bonsaï, un concentré de nature
[05.02.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le bonsaï est l’art vert par excellence, qui met la nature à portée de main. De plus en plus prisé par les jeunes, il bénéficie aujourd’hui d’un retour en faveur et trouve aussi son public à l’étranger. Gros plan sur l’esthétique du bonsaï.

Depuis quelques années, les bonsaï sont de plus en plus présents dans notre environnement. Dans les restaurants, les boutiques et les magasins d’ameublement fréquentés par les jeunes, les mini bonsaï(*1), qui tiennent dans la paume de la main, font partie intégrante de la décoration. Sur le coin d’un bureau, ils sont sans aucun doute une source de relaxation pour de nombreux travailleurs aux yeux fatigués par l’écran de leur ordinateur. Autrefois considérée comme un passe-temps de retraité, la culture des bonsaï compte aujourd’hui de plus en plus d’adeptes, sur un mode plus léger.

L’art d’apprécier les bonsaï

Houx caduc

Pour profiter pleinement des bonsaï, mieux vaut avoir en tête quelques notions de base.

Tout d’abord, le bonsaï est une œuvre d’art intégrant à la fois le contenant — bon, le pot — et le contenu — saï, la plante. Il convient de ne pas regarder seulement l’arbre, mais de s’attacher à l’harmonie entre la plante et le pot. Cet accord, qu’on désigne sous le terme de hachi-utsuri, est un élément-clé de l’évaluation de la beauté du bonsaï. C’est là une différence de taille avec le jardinage classique. Par exemple, on choisit généralement pour les bonsaï au feuillage persistant(*2) des pots en terre non émaillée, et pour les bonsaï caducs(*3) des pots vernissés à la surface brillante. La couleur du pot doit aussi mettre le bonsaï en valeur, par exemple avec du bleu pour un arbre aux fruits rouges.

Deuxième point : un bonsaï a un côté « face ». Il s’agit de l’angle qui le met le mieux en valeur. Normalement, une plante peut être admirée sous n’importe quel angle, de devant ou de derrière, d’en haut ou d’en bas, d’un côté ou de l’autre ; mais le bonsaï, lui, est cultivé pour être admiré de face. La disposition des racines, les motifs du tronc, la position des branches et la silhouette de l’arbre, entre autres, sont les éléments qui permettent de déterminer quel est le côté « face ». Cet angle n’a d’ailleurs rien d’immuable, il peut varier en fonction de l’évolution de l’arbre. Un bonsaï est un paysage, créé avec des ciseaux(*4) et du fil de fer(*5) en lieu et place des pinceaux : il est à contempler de face.

Bonsaï, rouleau suspendu et pierres naturelles forment un tout qui orne cette alcôve.

Troisièmement, le bonsaï s’admire en intérieur. Il orne le tokonoma, l’alcôve décorative d’une pièce, ou trône sur un socle posé directement sur les tatamis. Aujourd’hui, il agrémente de plus en plus souvent le salon, la cuisine ou un bureau. Au Japon, on se déchausse avant d’entrer dans une pièce. Dans le même esprit, le pied du bonsaï est recouvert de mousse afin de dissimuler la terre, pour plus de propreté. Cependant, à la différence des plantes d’ornement, le bonsaï demande à être mis au soleil et arrosé plusieurs fois par jour, ce qui ne permet pas de le garder continuellement à l’intérieur.

Le charme discret du bonsaï

« Le véritable plaisir dans la culture du bonsaï, c’est de créer un paysage naturel à travers le bonsaï », explique Yamamoto Junsan, auteur de nombreux livres sur cet art. « Face à un magnifique bonsaï, on se perd dans la contemplation de l’arbre. On y retrouve le passage des saisons, le bruissement du vent, l’inspiration qui monte de la Terre nourricière, et le spectacle de la beauté de la nature dont l’expérience est gravée en nous se dresse sous nos yeux. »

A propos de l’essence du bonsaï, méditons cette citation tirée de Smaller is better—miniaturisation et productivité japonaises(*6), un essai majeur sur la culture japonaise : « Nous ne nous abîmons pas dans la contemplation d’un arbre miniature, nous convoquons mentalement la mer et la brise marine qui ont sculpté cette forme ».

En haut, genévrier de Chine (à gauche) et buisson ardent (à droite). En bas, fusain (à gauche) et cryptoméria (à droite).

Dans le même ouvrage, on trouve le passage suivant sur l’essence du haïku : « La spécificité du haïku ne réside pas seulement dans sa qualité de poésie courte. La volonté de concentrer, de réduire le monde, si vaste et confus, en créant pour ainsi dire un minuscule géant, c’est là l’esthétique unique du haïku. » Bien entendu, cette esthétique se retrouve aussi dans l’art du bonsaï.

  • [05.02.2013]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les « ama », des femmes résolues à sauver une tradition plurimillénaireIl y a un demi-siècle, le Japon comptait encore 17 000 ama (littéralement « femmes de la mer »), des plongeuses en apnée perpétuant une tradition vieille de 3 000 ans. Mais depuis, leur nombre a tellement diminué qu’aujourd’hui, il se limite en tout et pour tout à 2 000 dont la moitié vit dans la préfecture de Mie, sur la côte à l'est d'Osaka. Qui plus est, la population des ama a tendance à vieillir rapidement. Comment faire pour susciter des vocations parmi les jeunes afin que cette activité traditionnelle continue à exister ?
  • « Washi », le papier japonais qui dure mille ansLe 27 novembre 2014, l’Unesco a inscrit le papier japonais, le washi, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en tant que « savoir-faire du papier artisanal japonais ». Les techniques de fabrication du papier sont arrivées de Chine au Japon aux alentours du VIIe siècle. L’histoire du washi a donc commencé il y a au moins 1 300 ans. Les caractéristiques climatiques et géographiques ont ensuite contribué à l’apparition d’une grande variété de types de papier fabriqués à la main dans différentes régions de l’Archipel.
  • Requiem pour une épouse défunte : Yamamoto Motoï, artiste du selPourquoi le sel ? C’est la question que nous avons voulu poser à Yamamoto Motoï, artiste atypique, qui utilise ce matériau pour la réalisation de ses installations. Nous l’avons rencontré à Onomichi, son pays natal, et suivi lors de sa création artistique pour une galerie locale.
  • Karl Bengs, l’architecte allemand qui redonne vie à l’habitat traditionnel japonaisL’architecte allemand Karl Bengs a sauvé plusieurs vieilles maisons menacées de disparition dans des villages dépeuplés de l’Archipel. Il s’est ainsi affirmé comme l’un des plus ardents défenseurs de l’habitat traditionnel japonais. Nippon.com lui a rendu visite chez lui, à Taketokoro, un district rural de la préfecture de Niigata, au nord-ouest du Japon.
  • « Irezumi » : histoire du tatouage au JaponConsidéré dans le passé comme noble tradition ou encore quintessence de la mode urbaine, pour être ensuite déclaré illégal à l'ère moderne, le tatouage au Japon a connu une histoire mouvementée. L'anthropologue culturelle Yamamoto Yoshimi la retrace jusqu’à nos jours.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone