Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
Les feux d’artifice d’Ômagari séduisent le monde entier
[09.10.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL |

Les feux d’artifice s’enorgueillissent d’une longue tradition à Ômagari (un lieu-dit dans la commune de Daisen à Akita). Le festival d’Ômagari est aujourd’hui considéré comme l’une des plus grandes compétitions de feux d’artifice du Japon. Pourquoi connait-il un si grand engouement de la part du public ? Le secret est à rechercher dans le passé historique.

Un festival attire plus de 700 000 spectateurs en pleine zone rurale

Il existe une ville où les artificiers de tout le Japon se réunissent chaque année à la fin de l’été, couvrant le ciel nocturne des magnifiques réalisations de spectacles pyrotechniques. Cette ville, c’est Daisen, 88 000 habitants dans la préfecture d’Akita, au Nord du Japon. Plus de 700 000 spectateurs y accourent chaque année de tout le Japon pour assister au festival. La ville elle-même est située au cœur de la zone frappée par l’exode rural, et sa population décline irrésistiblement. Mais ce jour-là, c’est près de dix fois sa population habituelle qui emplit les rues, la gare et les supermarchés.

Ce grand festival, dont le nom officiel est « Compétition nationale de Feux d’artifice », mais que les gens préfèrent appeler « Le feu d’artifice d’Ômagari », a lieu chaque année le 4e samedi d’août. Il est organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Ômagari et la ville de Daisen. C’est plus qu’une tradition, une véritable institution historique puisque la première édition eut lieu en 1910, il y a donc 103 ans. Le festival a certes connu des interruptions à cause des deux guerres mondiales, mais il a connu cette année sa 87e édition.

Les billets d’entrée s’arrachent

Sa très grande popularité s’explique par la qualité des feux qui y sont présentés, capables de faire s’extasier le public. En effet, il ne s’agit pas seulement d’un spectacle mais bien d’une compétition, et les artificiers rivalisent pour obtenir le Prix du Premier ministre. Ce sont leurs dernières créations que les artisans pyrotechniciens présentent à Ômagari, parfois en exclusivité. Et c’est cela que viennent chercher les fans.

En 2013, le festival avait lieu le 24 août. Comme chaque année, le bouche à oreille avait commencé à fonctionner longtemps à l’avance. Les billets ont été mis en vente par tirage au sort le 7 juillet. Une foule record de 3 164 personnes faisaient la queue dès le petit matin pour participer au tirage, au tarif de 21 000 yens par lots de 6 places. Cela fait tout de même un tarif élevé, et pourtant, tout est parti d’un seul coup.

Les spectateurs ont commencé à arriver à Ômagari en voiture plusieurs jours avant le festival, de Tokyo et d’Osaka, bien sûr, mais également d’Hiroshima ou d’Ehime, bref de tous les coins du pays. Les spectateurs sans billets ont passé jusqu’à deux nuits sous la tente pour être sûrs de trouver une place dans les espaces gratuits. Un jeune homme d’une vingtaine d’années, venu de Yokohama, exprimait son enthousiasme : « Le festival d’Ômagari est une expérience totalement différente de celle des autres feux d’artifice, et j’espère trouver une bonne place. Cela vaut la peine de faire la queue ». Le matin, à l’ouverture de l’espace, près de 6 000 personnes étaient déjà devant les portes.

  • [09.10.2013]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les « ama », des femmes résolues à sauver une tradition plurimillénaireIl y a un demi-siècle, le Japon comptait encore 17 000 ama (littéralement « femmes de la mer »), des plongeuses en apnée perpétuant une tradition vieille de 3 000 ans. Mais depuis, leur nombre a tellement diminué qu’aujourd’hui, il se limite en tout et pour tout à 2 000 dont la moitié vit dans la préfecture de Mie, sur la côte à l'est d'Osaka. Qui plus est, la population des ama a tendance à vieillir rapidement. Comment faire pour susciter des vocations parmi les jeunes afin que cette activité traditionnelle continue à exister ?
  • « Washi », le papier japonais qui dure mille ansLe 27 novembre 2014, l’Unesco a inscrit le papier japonais, le washi, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en tant que « savoir-faire du papier artisanal japonais ». Les techniques de fabrication du papier sont arrivées de Chine au Japon aux alentours du VIIe siècle. L’histoire du washi a donc commencé il y a au moins 1 300 ans. Les caractéristiques climatiques et géographiques ont ensuite contribué à l’apparition d’une grande variété de types de papier fabriqués à la main dans différentes régions de l’Archipel.
  • Requiem pour une épouse défunte : Yamamoto Motoï, artiste du selPourquoi le sel ? C’est la question que nous avons voulu poser à Yamamoto Motoï, artiste atypique, qui utilise ce matériau pour la réalisation de ses installations. Nous l’avons rencontré à Onomichi, son pays natal, et suivi lors de sa création artistique pour une galerie locale.
  • Karl Bengs, l’architecte allemand qui redonne vie à l’habitat traditionnel japonaisL’architecte allemand Karl Bengs a sauvé plusieurs vieilles maisons menacées de disparition dans des villages dépeuplés de l’Archipel. Il s’est ainsi affirmé comme l’un des plus ardents défenseurs de l’habitat traditionnel japonais. Nippon.com lui a rendu visite chez lui, à Taketokoro, un district rural de la préfecture de Niigata, au nord-ouest du Japon.
  • « Irezumi » : histoire du tatouage au JaponConsidéré dans le passé comme noble tradition ou encore quintessence de la mode urbaine, pour être ensuite déclaré illégal à l'ère moderne, le tatouage au Japon a connu une histoire mouvementée. L'anthropologue culturelle Yamamoto Yoshimi la retrace jusqu’à nos jours.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone