Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
À l’approche des vrais ninjas
[27.09.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Il n’y a pas qu’au Japon que les ninjas connaissent une popularité exceptionnelle. Ils sont connus dans le monde entier, comme le prouve le succès des films, d’animation ou en prises de vues réelles, qui les mettent en avant. Or, jusqu’à présent, leur réalité historique était plongée dans un mystère. Ce n’est que très récemment que certaines recherches sont parvenues à lever une partie du voile.

Une image créée de toute pièce

Les ninjas sont des personnages très populaires, au Japon et dans le monde entier, à travers des ouvrages de fictions qui les mettent en scène, romans, dessins animés, films et de nombreux autres supports. Ils sont représentés vêtus d’un vêtement noir et possèdent des capacités physiques surhumaines. Ils escaladent des murailles, lancent des shuriken dès qu’un ennemi surgit, exécutent leur mission et disparaissent comme une fumée. Telle est en tout cas l’image qui les accompagne le plus communément.

Or, cette image est née très tardivement, alors que le ninja n’existait plus dans la réalité. Le nom « ninja » lui-même n’est devenu usuel que dans les années 1950, à travers le succès de romans historiques, de mangas et de films de cinéma. Avant cela, on les désignait sous de nombreux termes, rappa, suppa, ou, plus généralement, les shinobi, c’est-à-dire « les furtifs ». La raison d’être des ninjas étant d’agir dans le secret, il est logique que les documents historiques qui en parlent ne soient pas très nombreux. Mais des recherches récentes ont finalement réussi à mettre au jour une partie de la réalité.

Des affiches de films de la série « Les furtifs » (Shinobi no mono), qui eut beaucoup de succès dans les années 60, au Musée des ninjas d’Iga.

La recherche sur les ninjas passe par Iga et Kôka

Iga, dans le nord-ouest de la préfecture de Mie, et Kôka (ou Kôga), à l’extrémité sud de la préfecture de Shiga, sont les plus célèbres villages de ninja. De fait, seule une montagne les sépare, et un chemin d’une vingtaine de kilomètres les relie, soit environ une demie journée à pied.

Dans le cadre d’un projet de revitalisation régionale axée sur la « culture ninja », des recherches de grande ampleur sur le sujet ont commencé en 2012 à l’Université de Mie, située dans la ville de Tsu, limitrophe d’Iga. M. Yamada Yûji, de la faculté des sciences humaines, essaie de démêler la réalité historique des ninjas.

Comme le déclare le Pr Yamada, « Iga et Kôka sont quasiment les deux seuls endroits qui conservent encore un manuel de techniques ninja, qui sont des pistes importantes pour mieux connaître leur réalité. En d’autres termes, l’exploration des deux anciens villages est un passage obligé de la connaissance historique. »

Un Manuel de ninjutsu présenté à « l’école de ninjutsu de Kôka »

Tags :
  • [27.09.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • L’esthétique japonaise, un moteur pour la FranceDans le cadre de l’événement Japonismes 2018 ayant lieu dans toute la France, l’exposition « Japon – Japonismes. Objets inspirés, 1867-2018 », proposée par le Musée des arts décoratifs à Paris, connaît un retentissement certain. Par-delà les époques et les genres artistiques, les œuvres regroupées par thématiques, exposées avec créativité, inspirent les visiteurs.
  • « Raihô-shin », les visites rituelles de divinités masquéesL’Unesco a ajouté en 2018 le rituel japonais raihô-shin, les visites de divinités masquées et costumées, à sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. À cette occasion, nous vous présentons les effrayantes divinités les plus célèbres de la région du Tôhoku, au nord-est du Japon.
  • Le « keshômen », ou la magie de la menuiserie-charpenterie japonaiseLe bois c’est du bois, pourrait-on penser, mais un menuisier ou un charpentier exigeant dans l’exercice de son métier doit faire de nombreux choix. L’usage qu’il fera d’un bois d’œuvre dépend non seulement de sa dureté, de son odeur et de sa couleur, mais aussi de son keshômen, sa « face décorative », déterminée par la façon dont les grumes ont été débitées.
  • Une journée type dans une écurie de lutteurs de sumoUne écurie de sumo est le lieu où les lutteurs, les rikishi, s’entraînent, mais aussi où ils vivent ensemble. Chez Takadagawa, une écurie du quartier de Kiyosumi-shirakawa à Tokyo, nous avons pu les voir à l’entraînement dès le petit matin, mais aussi au repos plus tard dans la journée.
  • Les « ama », des femmes résolues à sauver une tradition plurimillénaireIl y a un demi-siècle, le Japon comptait encore 17 000 ama (littéralement « femmes de la mer »), des plongeuses en apnée perpétuant une tradition vieille de 3 000 ans. Mais depuis, leur nombre a tellement diminué qu’aujourd’hui, il se limite en tout et pour tout à 2 000 dont la moitié vit dans la préfecture de Mie, sur la côte à l'est d'Osaka. Qui plus est, la population des ama a tendance à vieillir rapidement. Comment faire pour susciter des vocations parmi les jeunes afin que cette activité traditionnelle continue à exister ?

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone