Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
Des broderies palestiniennes sur les ceintures de kimono
[28.07.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | العربية |

Une entrepreneuse culturelle japonaise, fascinée par les broderies traditionnelles palestiniennes aux motifs si colorés, est en train d’en diffuser l’appréciation parmi le public japonais en les adaptant sur des obi, les larges ceintures de kimono. Derrière cela, il y a également l’idée de former de nouvelles brodeuses et aider à la création d’emplois pour les femmes qui vivent dans les zones de conflit.

Un objet d’art unique au monde

En mai de cette année, une présentation de obi (ceintures de kimono) décorés de broderies palestiniennes a eu lieu à la résidence de l’ambassadeur (chef de la mission générale permanente) de Palestine au Japon, dans le quartier de Gotanda à Tokyo. Ce type d’événement a pour but de promouvoir les échanges culturels avec des pays ou des territoires encore peu familiers des Japonais, comme l’explique Yamamoto Maki, présidente de International Culture Exchange Japan (ICEJ).

Combiner les motifs des vêtements traditionnels palestiniens pour les adapter sur des ceintures de kimono est pour le moins original, et pourtant, aucune dissonance, aucun désaccord n’est perceptible. Comme le dit une dame allemande : « Les couleurs sont légères et s’harmonisent bien avec le kimono. Ce sont des œuvres uniques de grande valeur. »

Ces broderies sont toutes réalisées à la main par des artisanes locales. Chacune demande cinq à six mois de travail. Actuellement, seules sept ceintures de kimono ont été réalisées. Le prix dépend des couleurs et de la complexité du design, mais commence à environ 200 000 yens. Les pièces ne sont fabriquées qu’à réception d’une commande ferme. En ce moment, la commande d’une patronne de restaurant traditionnel de Kyoto est en cours de fabrication.

Pièce de broderie palestinienne retravaillée en obi. Les motifs traditionnels des vêtements palestiniens ont été combinés entre eux pour s’harmoniser avec l’esthétique du kimono, puis la pièce a été réalisée par une brodeuse de la banlieue de Ramallah, en Cisjordanie. Remarquable précision du point de croix.

Sympathie pour un peuple qui préserve sa culture au milieu du conflit

Depuis sa rencontre avec Maali Siam, épouse du chef de la mission de Palestine à Tokyo, Mme Yamamoto a participé à de nombreux événements de charité pour la Palestine. En approfondissant leurs liens d’amitié, l’intérêt de Mme Yamamoto pour la région natale de Mme Siam a grandi. Elle l’a visitée une première fois en 2013, au cours d’un voyage parrainé par l’Autorité palestinienne.

Au cours de son séjour, elle a visité Jérusalem, la Cisjordanie et Bethléem, et a découvert une nature riche, des villes actives, une cuisine très attentive au goût des saisons et une vie quotidienne d’une variété inconnue au Japon. Mme Yamamoto, qui maîtrise la danse traditionnelle japonaise et la cérémonie du thé, porte souvent le kimono dans la vie quotidienne. Elle est tombée sous le charme des broderies palestiniennes colorées.

« Chaque motif, qu’il s’agisse d’animaux ou de végétaux proches de la vie quotidienne des agriculteurs et des éleveurs, possède son histoire. Et c’est tellement beau, c’est empreint d’une telle chaleur que seule la broderie à la main peut procurer que j’en suis tombée amoureuse au premier regard. »

Mme Yamamoto a également vu la réalité des zones de conflit. Elle s’est par exemple rendue à Bil’in, un village de Cisjordanie occidentale. Des manifestations de protestation contre la politique d’occupation d’Israël ont lieu chaque semaine, dans ce village cerné par les colonies juives.

« J’ai entendu un sifflement, c’était une grenade lacrymogène, lancée par un char israélien, et j’ai respiré ce gaz. J’ai vraiment eu peur d’assister à un affrontement. Les journalistes locaux, les yeux rouges et pleurants, continuaient à faire leur reportage. Et en dehors de cela, dès qu’on s’éloigne du lieu de la manifestation, le peuple poursuit sa vie dans le calme. Quand j’ai vu les Palestiniens maintenir une richesse culturelle si forte malgré la situation de l’occupation, je me suis dit que j’avais envie de faire quelque chose avec eux.

Yamamoto Maki

L’année suivante, Mme Yamamoto a quitté sa carrière pour un fabricant de cosmétiques chez qui elle travaillait depuis dix ans. Elle a alors fondé l’ICEJ, une société active dans les échanges culturels internationaux. La production et la commercialisation de broderies palestiniennes fait partie de ses toutes premières activités.

« La situation palestinienne est grave. L’aide des organisations internationales, gouvernementales et non gouvernementales est fondamentale, mais pour ma part, je veux agir au niveau de l’entrepreneur individuel, en contact direct avec les travailleurs sur place. »

  • [28.07.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les « ama », des femmes résolues à sauver une tradition plurimillénaireIl y a un demi-siècle, le Japon comptait encore 17 000 ama (littéralement « femmes de la mer »), des plongeuses en apnée perpétuant une tradition vieille de 3 000 ans. Mais depuis, leur nombre a tellement diminué qu’aujourd’hui, il se limite en tout et pour tout à 2 000 dont la moitié vit dans la préfecture de Mie, sur la côte à l'est d'Osaka. Qui plus est, la population des ama a tendance à vieillir rapidement. Comment faire pour susciter des vocations parmi les jeunes afin que cette activité traditionnelle continue à exister ?
  • « Washi », le papier japonais qui dure mille ansLe 27 novembre 2014, l’Unesco a inscrit le papier japonais, le washi, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en tant que « savoir-faire du papier artisanal japonais ». Les techniques de fabrication du papier sont arrivées de Chine au Japon aux alentours du VIIe siècle. L’histoire du washi a donc commencé il y a au moins 1 300 ans. Les caractéristiques climatiques et géographiques ont ensuite contribué à l’apparition d’une grande variété de types de papier fabriqués à la main dans différentes régions de l’Archipel.
  • Requiem pour une épouse défunte : Yamamoto Motoï, artiste du selPourquoi le sel ? C’est la question que nous avons voulu poser à Yamamoto Motoï, artiste atypique, qui utilise ce matériau pour la réalisation de ses installations. Nous l’avons rencontré à Onomichi, son pays natal, et suivi lors de sa création artistique pour une galerie locale.
  • Karl Bengs, l’architecte allemand qui redonne vie à l’habitat traditionnel japonaisL’architecte allemand Karl Bengs a sauvé plusieurs vieilles maisons menacées de disparition dans des villages dépeuplés de l’Archipel. Il s’est ainsi affirmé comme l’un des plus ardents défenseurs de l’habitat traditionnel japonais. Nippon.com lui a rendu visite chez lui, à Taketokoro, un district rural de la préfecture de Niigata, au nord-ouest du Japon.
  • « Irezumi » : histoire du tatouage au JaponConsidéré dans le passé comme noble tradition ou encore quintessence de la mode urbaine, pour être ensuite déclaré illégal à l'ère moderne, le tatouage au Japon a connu une histoire mouvementée. L'anthropologue culturelle Yamamoto Yoshimi la retrace jusqu’à nos jours.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone