Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
Le chien Akita
[01.01.2018] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

L’année 2018 est placée sous le signe du chien, selon le calendrier chinois. À cette occasion, faisons connaissance avec le chien Akita, la plus grande race canine du Japon.

Le plus grand chien japonais

« En élevant un Akita, vous n’aurez plus envie d’en élever un autre. »

Tous les propriétaires de cette race de chien sont unanimes face à cette réponse. Tout comme Nakagawa Jitarô. Gérant du magasin Nakagawa Chikuken à Osaka exclusivement dédié aux chiens Akita, ce spécialiste procède depuis 55 ans à leur élevage et leur dressage.

Les indispensables promenades des chiens matin et soir expliquent la vitalité de Nakagawa Jitarô, à plus de 80 ans.

En entrant dans le magasin, un chien Akita a dressé ses oreilles touffues et enroulé sa queue en spirale en guise d’accueil. Si les chiens de 3 mois sont encore petits, ceux ayant dépassé les 10 mois sont déjà plus grands que tout autre race adulte de taille moyenne.

Selon M. Nakagawa, il existe six races de chiens originaires du Japon classés « monuments naturels ». Ils se divisent en trois tailles : grande, moyenne et petite. L’Akita est le seul de grande taille. Parmi les autres chiens japonais, le Kai, le Kishu, le Shikoku et le Hokkaido sont des chiens de taille moyenne, alors que le Shiba est de petite taille. Mais il s’agit ici de normes japonaises. À l’étranger, le chien Akita est le plus souvent classé parmi ceux de taille moyenne.

En pleine promenade matinale. Au milieu, Kôgyokume, une femelle née en janvier 2017.

À gauche, Godai, un mâle. À droite, Suzuyo, une femelle. Nés l’un et l’autre en août 2017, alors âgés de 3 mois sur la photo.

Tags :
  • [01.01.2018]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • L’esthétique japonaise, un moteur pour la FranceDans le cadre de l’événement Japonismes 2018 ayant lieu dans toute la France, l’exposition « Japon – Japonismes. Objets inspirés, 1867-2018 », proposée par le Musée des arts décoratifs à Paris, connaît un retentissement certain. Par-delà les époques et les genres artistiques, les œuvres regroupées par thématiques, exposées avec créativité, inspirent les visiteurs.
  • « Raihô-shin », les visites rituelles de divinités masquéesL’Unesco a ajouté en 2018 le rituel japonais raihô-shin, les visites de divinités masquées et costumées, à sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. À cette occasion, nous vous présentons les effrayantes divinités les plus célèbres de la région du Tôhoku, au nord-est du Japon.
  • Le « keshômen », ou la magie de la menuiserie-charpenterie japonaiseLe bois c’est du bois, pourrait-on penser, mais un menuisier ou un charpentier exigeant dans l’exercice de son métier doit faire de nombreux choix. L’usage qu’il fera d’un bois d’œuvre dépend non seulement de sa dureté, de son odeur et de sa couleur, mais aussi de son keshômen, sa « face décorative », déterminée par la façon dont les grumes ont été débitées.
  • Une journée type dans une écurie de lutteurs de sumoUne écurie de sumo est le lieu où les lutteurs, les rikishi, s’entraînent, mais aussi où ils vivent ensemble. Chez Takadagawa, une écurie du quartier de Kiyosumi-shirakawa à Tokyo, nous avons pu les voir à l’entraînement dès le petit matin, mais aussi au repos plus tard dans la journée.
  • Les « ama », des femmes résolues à sauver une tradition plurimillénaireIl y a un demi-siècle, le Japon comptait encore 17 000 ama (littéralement « femmes de la mer »), des plongeuses en apnée perpétuant une tradition vieille de 3 000 ans. Mais depuis, leur nombre a tellement diminué qu’aujourd’hui, il se limite en tout et pour tout à 2 000 dont la moitié vit dans la préfecture de Mie, sur la côte à l'est d'Osaka. Qui plus est, la population des ama a tendance à vieillir rapidement. Comment faire pour susciter des vocations parmi les jeunes afin que cette activité traditionnelle continue à exister ?

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone