Dossier spécial Les fruits japonais : le goût de la perfection
Le yuzu : le plaisir du bain et des papilles
[24.11.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le yuzu est un agrume originaire d'Asie, de la taille d’un citron. Il est apprécié pour le parfum qu’il dégage et utilisé en cuisine pour relever de nombreux plats, que ce soient des sushis ou des plats à base de viande. Ce fruit est aussi fréquemment ajouté lors du bain. Il révèle alors pleinement ses propriétés calorifères et son doux parfum faisant la joie de ceux qui affectionnent les bons bains chauds en hiver.

Un plaisir hivernal

Il existe peu d’effluves aussi mémorables et délicats que celui du yuzu, un parfum d’agrumes bien marqué, un mélange naturel de pamplemousse et de mandarine. Ce fruit est devenu incontournable pour les maître-queux nippons. Il leur permet de relever un grand nombre de plats très différents. Le yuzu peut faire son apparition dans des plats aussi variés que des consommés, des plats principaux ou même des desserts.

Les plaisirs aromatiques ne s’arrêtent pas à la cuisine. Ce fruit peut également être utilisé dans la vie quotidienne, comme par exemple pour agrémenter l’eau d’un bon bain chaud. Son parfum et sa couleur jaune-orange donnent du baume au cœur pendant les longs mois rigoureux de l’hiver.

Le meilleur moment pour se prélasser dans un yuzuyu, nom donné à un bain agrémenté de ces fruits, est le solstice d’hiver, qui tombe généralement le 21 ou le 22 décembre dans l’hémisphère nord. À cette époque, les supermarchés augmentent leurs stocks de yuzu et les visiteurs des stations thermales et des bains publics passent d’agréables moments dans une eau bien chaude, en compagnie de ces fruits. Le jus du fruit, et sa couleur brillante et ensoleillée sont traditionnellement considérés comme ayant des propriétés calorifères, c’est-à-dire qui réchauffent le corps, aidant à se prémunir contre les maladies et à penser aux mois plus doux qui attendent. Prendre son bain au Japon étant généralement une activité nocturne, l’odeur apaisante des agrumes et la chaleur durable du bain permettent aux fêtards du solstice de trouver le sommeil rapidement.

Un village construit autour du yuzu

La moitié des yuzu produits au Japon provient de vergers de la préfecture de Kôchi, une région au fil des années associée à cet agrume. Honzaki Yuki, qui s’exprime pour le petit village d’Umaji, situé dans la partie est de la préfecture, insiste sur le fait que les yuzu ne s’apprécient pas seulement pour le solstice d’hiver mais peuvent agrémenter le bain n’importe quel jour où il fait froid. « Ils ont un merveilleux parfum et vous réchauffent de l’intérieur », explique-t-il. « Je m’adonne aux plaisirs du yuzuyû dès que je le peux. »

Le village d’Umaji s’est intéressé à la production de cet agrume dans les années 1960 afin de redynamiser l’économie locale. Doucement mais sûrement, Umaji s’est construit une véritable success story autour du yuzu. Ses utilisations sont loin de s’arrêter à la cuisine ou à la salle de bain : l’huile contenue dans la peau du fruit soigne les peaux abîmées tandis que l’huile des pépins peut être utilisée dans des produits de traitement capillaire. Le village d’Umaji produit sa propre ligne de produits autour du yuzu, dont des huiles essentielles, des crèmes et des lotions.

Cueillette de yuzu dans le verger de Tosa Kitagawa

  • [24.11.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Comment le yuzu a revitalisé tout un villageLe boom du yuzu, un agrume originaire d’Asie, trouve ses origines dans le petit village d'Umaji, de la préfecture de Kôchi. Un exemple inspirant d'une communauté rurale qui a reconstruit son économie grâce à un entrepreneuriat local axé sur un produit local traditionnel.
  • La France et l’Espagne se découvrent une passion pour le fruit « yuzu »Le parfum délicat du yuzu est depuis très longtemps apprécié dans la cuisine japonaise. Aujourd'hui, l'Occident découvre les possibilités culinaires de cet agrume unique, la France et l’Espagne en première ligne, grâce aux efforts tenaces d'une petite communauté de la préfecture de Kôchi.
  • Les pêches les plus sucrées du monde sont cultivées au Japon !La pêche est un fruit juteux, charnu, sucré et très apprécié. D’après le Livre Guinness des records, la variété qui a le taux de sucre le plus élevé du monde est cultivée dans la préfecture de Fukushima, au nord-est du Japon. Pour en savoir davantage, nous avons rendu visite à Furuyama Kôji, un de ces jeunes producteurs de la région qui sont en train de changer le visage de l’agriculture japonaise.
  • Les fraises de Tochigi, joyaux de l’agriculture japonaiseLa préfecture de Tochigi, située au nord de Tokyo, est la première du Japon en termes de production de fraises. Elle expédie ses plus beaux fruits dans tout le pays où ils servent à préparer de succulents desserts. Les fraisiculteurs de Tochigi convient aussi le public à des visites de leurs exploitations avec cueillette et dégustation à volonté. Les gourmands en ressortent extasiés par la saveur subtilement sucrée de ces fruits merveilleux.
  • Le secret des melons brodés japonaisAu Japon, des enseignes de grand renom proposent des fruits de toute première qualité non seulement pour offrir mais aussi sous forme de pâtisseries et de friandises élaborées à partir de fruits frais. Dans cet article, nous vous invitons à découvrir une fruiterie de Tokyo où l’on peut notamment déguster de sublimes desserts à base de melon brodé (musk melon en japonais) et à rencontrer un exploitant agricole de la préfecture de Shizuoka qui a consacré sa vie à la culture de ce fruit.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone