Dossier spécial Les endroits à visiter à tout prix !
Vivre Tokyo à 200 % : cinq auberges japonaises pleines de charme
[07.04.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

À Tokyo aussi, il est possible de se plonger avec entrain dans l’histoire de la ville à travers de charmantes auberges typiquement japonaises. Le photographe Andô Seita nous présente ses coups de cœur pour le plus grand régal des voyageurs étrangers.

Séjourner au cœur d’un site touristique

« Lorsque l’on voyage à travers le Japon, n’est-ce pas plus divertissant de loger dans une auberge japonaise remplie d’exotisme plutôt que dans une chambre d’hôtel dénuée de tout charme ? À Tokyo aussi, je vous le dis : c’est tout à fait possible ! », affirme Andô Seita, photographe. Durant trois ans, il a visité les auberges japonaises (ryokan) de Tokyo, petites mais charmantes. Le succès de son guide des auberges japonaises intitulé Tokyo no sugoi ryokan (Les incroyables ryokan de Tokyo, éd. Aspect) a fait même l’objet d’un sujet dans un journal télévisé.

La porte Kaminarimon du temple Sensô-ji à Asakusa.

Nombreux sont les Japonais et les étrangers à choisir des hôtels simples et peu chers par esprit pratique. « C’est tellement dommage », affirme M.Andô.

Prenons par exemple Asakusa, le lieu le plus visité de la capitale. La porte Kaminarimon, puis l’allée Nakamise et le temple Sensô-ji constituent le parcours par excellence du quartier. Manger dans un des restaurants traditionnels, ou visiter les salles de spectacles et le parc d’attractions Hanayashiki font aussi partie des distractions.

« Mais, une fois retourné à notre petit hôtel ordinaire près de la gare, et à notre chambre toute simple, toutes ces saveurs ressenties lors de nos visites s’estompent », dit-il. « À l’occasion d’une excursion touristique, ou tout simplement d’une balade, je vous propose moi, de loger dans un ryôkan proche du lieu visité. Plutôt que de s’allonger sur un lit d’hôtel, s’endormir sur un confortable futon étalé sur le tatami dans une pièce japonaise vous fera davantage goûter à l’envoûtement du voyage, propice aux beaux rêves. »

Dans cet article, nous vous présentons cinq auberges japonaises sélectionnées par le photographe à l’intention des voyageurs.

Après une bonne balade à Asakusa, et si nous passions la nuit dans le coin ? En haut à gauche : la station de navettes fluviales de la Sumida, qui traverse Asakusa. En haut à droite : le célèbre restaurant de yôshoku (cuisine occidentale à la japonaise) Yoshikami. Sur la pancarte de l’établissement nous pouvons lire « désolé d’être aussi délicieux ! ». En bas à gauche : le Mokubakan, une salle de spectacle du théâtre populaire japonais. En bas à droite : le plus vieux parc d’attractions du Japon, le Hanayashiki, aux couleurs du crépuscule.

Une auberge pour admirer la Skytree et faire de beaux rêves

De nombreuses auberges à Asakusa mériteraient d’être présentées. Parmi elles, voici le ryokan Mikawaya, qui offre le plaisir de pouvoir contempler la tour Tokyo Skytree tout en appréciant la vue sur l’allée Nakamise.

À gauche : la vue sur l’allée Nakamise depuis la chambre 405 de l’auberge Mikawaya. À droite : en ouvrant le shôji, les panneux coulissants, les illuminations de la Skytree nous émerveillent les yeux.

Asakusa est un des lieux de Tokyo les plus chargés d’histoire, et la présence de la Skytree accentue son charme en ajoutant une dimension urbaine au paysage. À l’auberge Mikawaya, vous pouvez profiter de ces deux atouts tout dans une confortable chambre traditionnelle.

Commentaire d’Andô Seita : « Le paysage de la tour Skytree est magnifique le soir. L’allée Nakamise brille de jolis éclairages, et en pleine nuit, les présences humaines se font rares, lui donnant une allure encore plus digne. Savourer un tel spectacle à ces heures-là est le privilège de ceux qui passent la nuit dans le quartier d’Asakusa… »

En haut à gauche : l’auberge Mikawaya. En haut à droite : à l’entrée de l’établissement, de nombreux guides sont disponibles en plusieurs langues. En bas : l’allée Nakamise, en pleine nuit, lorsque la foule de visiteurs s’est totalement évaporée. Cela vaut le coup d’œil.

À l’occasion de la Coupe du monde de football de 2002 au Japon et en Corée du Sud, ce ryokan a commencé à accueillir activement des touristes étrangers. Pour ceux qui viennent au Japon pour la première fois, la patronne reste toujours aimablement à leur disposition. Il n’y a pas de bains communs dans l’auberge, mais selon elle, les habitués fréquentent le bain public des environs, « Jakotsuyu », et profitent d’une eau venant d’une source thermale naturelle. En allant prendre le bain comme un habitant,  vous serez sans aucun doute encore plus charmé par l’atmosphère du quartier.

En haut : Une chambre confortable du Mikawaya. En bas à gauche : la réception décorée par des lanternes en papier du festival Sanja-matsuri, où la patronne est gentiment à votre disposition. En bas à droite : le bain public « Jakotsuyu », présent depuis l’époque d’Edo.

Ryokan Mikawaya

Adresse : 1-30-12, Asakusa, Taitô-ku, Tokyo 111-0032
Accès : 5 minutes à pied de la station Asakusa (métro ligne Ginza/Tôbu-Skytree)
Tarif : à partir de 7 500 yens par personne (petit déjeuner non inclus)
Site : http://www.asakusamikawaya.com/

  • [07.04.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le parc de Nara : vue automnale sur un patrimoine mondialLe parc de Nara, immense étendue parsemée de nombreux artéfacts inscrits au patrimoine mondial ou trésors nationaux, est particulièrement splendide dans sa livrée automnale. Au cœur de l’ancienne capitale, avec ses feuillages colorés de rouge et de jaune parmi lesquels vivent les daims en liberté, le parc de Nara apparaît alors comme la figure même de l’éternité, un lieu absolument unique au monde.
  • Les meilleurs sites pour admirer les feuillages colorés de l’automne [2] : partie sud de la région du TôhokuContinuons notre périple à la recherche des plus beaux paysages de l’automne, que les Japonais appellent la saison des kôyô. Dans cet article, présentation des magnifiques spectacles qu’offrent les arbres aux couleurs rouge et jaune au nord-est du Japon, dans les préfectures de Miyagi, Yamagata et Fukushima, autour des gorges, montagnes, cascades et autres châteaux.
  • Des villages du patrimoine mondial dans leur écrin d’automneLes villages de Shirakawa-gô et Gokayama, sites inscrits au patrimoine mondial, sont réputés pour leur beauté sous la neige. Mais ils sont tout aussi magnifiques en automne, quand leurs toits de chaume se découpent sur un fond de feuillages mordorés.
  • Les meilleurs sites pour admirer les feuillages colorés de l’automne [1] : partie nord de la région du TôhokuL’automne japonais habille de rouge et de jaune les feuillages des arbres de l’Archipel. C’est ce qu’on appelle la saison des kôyô. Les Japonais apprécient chaque année d’aller contempler ce magnifique spectacle dans d’innombrables lieux du pays. Dans cet article, nous vous présentons quelques-uns d’entre eux se situant dans la partie nord de la région du Tôhoku, au nord-est du Japon. Au menu : Aomori, Akita et Iwate.
  • Les sept meilleurs lieux de Tokyo où contempler le mont FujiLe mont Fuji, la montagne emblématique du Japon, se trouve à proximité de Tokyo. Nous vous proposons de découvrir sept emplacements de la capitale japonaise offrant un point de vue particulièrement extraordinaire sur le sommet le plus élevé de l’Archipel (3 776 mètres).

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone