Dossier spécial Les endroits à visiter à tout prix !
La pêche au cormoran, une tradition qui annonce l’arrivée de l’été
La rivière Nagara, préfecture de Gifu

Sawabe Katsuhito [Profil]

[26.07.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | Русский |

Du feu de torche pour surprendre les poissons, et un cormoran bien apprivoisé conduit par un pêcheur, voici indéniablement une scène qui évoque l’été. Laissez-nous vous présenter la profession de maître-cormoran, qui perpétue aujourd’hui encore la tradition de la pêche au cormoran sur la rivière Nagara. Pour cette activité, cette rivière est la plus célèbre du Japon.

Une activité très ancienne

La ville de Gifu, dans la préfecture homonyme, est située à environ 30 kilomètres au nord-nord-ouest de Nagoya, dans la préfecture voisine d’Aichi. Quand le soleil se couche et que les environs s’assombrissent, une fusée d’artifice est lancée dans le ciel, reflétée par la surface de la rivière Nagara. C’est le signal que la pêche au cormoran (ukai) commence.

Dans la préfecture de Gifu, sur la Nagara, la pêche au cormoran se pratique directement sur les bateaux qui descendent la rivière. Les cormorans, qui ont la gorge bloquée par un cordon, sont lâchés sur la rivière et plongent. Le poisson, qui se cache sous les pierres au fond de la rivière, affolé par la lumière du feu suspendu au bout d’une perche, sort de sa cachette. C’est le moment propice au cormoran pour attraper sa proie et le mettre en bouche. Mais, le cordon que le pêcheur lui a passé autour du cou l’empêche de l’avaler complètement. Le maître-cormoran (ujô) rappelle alors son oiseau et lui fait rendre son poisson.

L’ujô fait rendre son poisson à son cormoran.

Douze endroits au Japon perpétuent la tradition de la pêche au cormoran de nos jours. Ils sont tous pour l’essentiel situés dans l’ouest du Japon, le lieu le plus oriental étant celui de la rivière Fuefuki dans la préfecture de Yamanashi. La pêche au cormoran dans la rivière Nagara, pour sa part, possède une histoire de près de 1 300 ans. Mais cette technique de pêche date de bien plus longtemps ! Les plus anciens textes écrits du Japon, compilés au VIIIe siècle, comme le Kojiki (« Chronique des faits anciens ») ou le Nihon shoki (« Annales ou Chroniques du Japon »), la mentionne déjà, et le Livre des Sui, un livre de l’histoire paru au début du VIIe siècle, fait état d’une pratique de la pêche au cormoran au Japon dès cette époque.

Les rues aux alentours de la rivière Nagara, dans la ville de Gifu, où se pratique encore la pêche au cormoran, gardent encore le cachet du bon vieux temps.

Au regard de l’histoire mondiale, une brique datant du Ier ou du IIe siècle et présentant une illustration qui ressemble fort à une scène de pêche au cormoran a été découverte en Chine. Des vestiges de l’Égypte ancienne, ou des pots péruviens en terre cuite d’avant notre ère représentent des cormorans ou des scènes de pêche au cormoran. On dit même que le roi d’Angleterre James I, au XVIIe siècle, aimait pratiquer la pêche au cormoran sur le modèle des pêcheurs chinois. Néanmoins, de nos jours, cet art ne se pratique plus que dans certaines parties de la Chine et au Japon.

Il existe une différence entre la pratique chinoise et la pratique japonaise de cette méthode de pêche : les pêcheurs chinois utilisent des oiseaux de rivière résidents, qu’ils élèvent dans leur ferme, comme de la volaille. Les pêcheurs japonais, eux, utilisent des oiseaux de mer, migrateurs. Ils les capturent, les apprivoisent, puis les utilisent pour la pêche. Ces cormorans de mer japonais sont capturés au cours de leur périple migratoire, lorsqu’ils se posent pour prendre du repos sur la côte d’Ishihama, dans la ville de Hitachi, préfecture d’Ibaraki. Ils sont ensuite acheminés vers les pêcheurs de tout le pays.

Les poissons pêchés sont offerts à la maison impériale

La journée de Yamashita Tetsuji, pêcheur au cormoran sur la Nagara, commence très tôt.

Son premier travail consiste à transférer ses 18 oiseaux des cages spéciales en bambou dans lesquels ils ont accueillis les premières lueurs de l’aube, à une grande cage en treillis métallique où ils peuvent se dégourdir les ailes. Le soir, après avoir mangé, ils réintègrent leurs cages de bambou pour y dormir. Et cela, 365 jours par an, sans un seul jour de repos. Le destin du maître-cormoran est de vivre et travailler avec ses oiseaux.

La pêche au cormoran est un art qui lie l’oiseau au pêcheur.

« Ujô » est le terme générique pour désigner les maîtres-cormorans, qui dressent les cormorans à la pêche. Mais l’appellation officielle des maîtres de la rivière Nagara de Gifu est shikibushoku ujô (« agent maître-cormoran »). Autrement dit, ils appartiennent au personnel de l’Agence impériale. Les maîtres-cormorans ont toujours été très protégés par les hommes au sommet du pouvoir, et ceci depuis l’époque des provinces combattantes (XVe-XVIe siècles). Depuis la restauration de Meiji, la préfecture de Gifu, désireuse de préserver cette tradition qui déclinait, a passé un accord avec l’Agence de la maison impériale en 1890, qui instaure la fonction d’agent maître-cormoran au sein de la maison impériale. L’arrière-grand-père de M. Yamashita, Kuhei, fut nommé à cette époque shikibushoku en chef. Et M. Yamashita lui-même, alors âgé de 32 ans, suite à la mort soudaine de son père Zenpei en 1987, a hérité de la fonction, et, XIXe du nom, est devenu à son tour shikibushoku ujô.

Seules six familles de maîtres-cormorans de la rivière Nagara de Gifu portent ce titre de shikibushoku ujô, auxquels il faut ajouter trois autres familles de la ville de Seki, plus en amont sur la rivière. Le titre est toujours héréditaire. Huit fois par an, les maîtres-cormorans vont offrir à la maison impériale le produit de leur pêche dans la zone réservée.

Le maître-cormoran Yamashita Tetsuji, 62 ans

Chaque jour, quand il transfère ses oiseaux de leur panier dans la cage ou le contraire, M. Yamashita ne manque jamais de les flatter à la gorge. « C’est par les caresses qu’ils apprennent à me connaître et que je les apprivoise », dit le maître-cormoran. C’est aussi une façon pour lui d’apprécier leur condition ce jour-là, ce qui lui permet de décider quel oiseau il emmènera à la pêche.

  • [26.07.2017]

Photographe de presse et de sportif résidant en Allemagne depuis la fin de ses études, il effectue de nombreux reportages dans différentes régions et sur de nombreuses cultures du monde. Il s’intéresse tout particulièrement à des thèmes que tout le monde croit connaître sans vraiment savoir.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le quartier Golden-gai à Shinjuku : un haut lieu de la prostitution devenu le paradis des buveursLa partie ouest de l’arrondissement de Shinjuku à Tokyo abrite un petit quartier unique en son genre appelé Shinjuku Golden-gai. Ce lieu aujourd’hui rempli de bars minuscules a d’abord été voué à des activités de marché noir et de prostitution avant de devenir le rendez-vous de prédilection d’intellectuels amateurs de discussions bien arrosées se prolongeant jusqu’à l’aube. À l’heure actuelle, il est en train de s’ouvrir à tous les types de clientèle depuis que ses établissements sont peu à peu repris par des jeunes.
  • Le temple Tôfukuji de Kyoto, un site incontournable pour l’automneVoici un fabuleux endroit à Kyoto que nous vous présentons pour admirer les feuillages dorés de l’automne : le temple bouddhique Tôfukuji et ses 2 000 arbres. Pour le grand bonheur des visiteurs, Kyoto est l’endroit où les feuilles garderont leurs couleurs vives le plus longtemps.
  • L’île de Miyajima, aux couleurs de l’automneMiyajima, située dans la préfecture de Hiroshima, est notamment célèbre pour le portique shinto rouge vermillon qui semble flotter sur la mer. Mais derrière lui s’étend un autre spectacle : la nature luxuriante du mont Misen, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, qui attire de nombreux touristes lorsqu’elle se pare entre autres des couleurs automnales.
  • Le parc de Nara : vue automnale sur un patrimoine mondialLe parc de Nara, immense étendue parsemée de nombreux artéfacts inscrits au patrimoine mondial ou trésors nationaux, est particulièrement splendide dans sa livrée automnale. Au cœur de l’ancienne capitale, avec ses feuillages colorés de rouge et de jaune parmi lesquels vivent les daims en liberté, le parc de Nara apparaît alors comme la figure même de l’éternité, un lieu absolument unique au monde.
  • Les meilleurs sites pour admirer les feuillages colorés de l’automne [2] : partie sud de la région du TôhokuContinuons notre périple à la recherche des plus beaux paysages de l’automne, que les Japonais appellent la saison des kôyô. Dans cet article, présentation des magnifiques spectacles qu’offrent les arbres aux couleurs rouge et jaune au nord-est du Japon, dans les préfectures de Miyagi, Yamagata et Fukushima, autour des gorges, montagnes, cascades et autres châteaux.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone