Dossier spécial Voyage à travers les cerisiers du Japon
Comment tomber amoureux des cerisiers en fleurs
[11.04.2018] Autres langues : ESPAÑOL |

 Quand les cerisiers fleurissent, tout le pays ne parle plus que de ça. Qu’ont-ils de si fascinant ? Nous avons posé la question à M. Asada Nobuyuki, de l’Association japonaise pour les cerisiers.

Un phénomène empreint de poésie

À l’approche du printemps, une sorte d’impatience mêlée d’excitation envahit le cœur des Japonais : l’hiver est fini, et place à la floraison des cerisiers.

Cerisiers en fleurs le long de la rivière Meguro à Tokyo. Le lieu est célèbre pour la beauté des « radeaux de pétales » que l’on peut voir dériver sur l’onde.

« La fleur du Somei Yoshino a une façon bien à elle de s’ouvrir. D’un bouton de couleur relativement foncée, la fleur s’ouvre progressivement, de 30 %, puis 50 %, et plus elle s’ouvre, plus le rose devient pâle. Apprécier ce changement subtil de la couleur est aussi l’une des façons d’admirer les cerisiers, particulièrement savoureuse, à mon sens. Et voir les pétales dispersés par le vent courir sur le sol… ne trouvez-vous pas cela poétique ? Les “radeaux de pétales” glissant sur les ruisseaux est aussi un splendide spectacle. Les cerisiers ne restent en fleurs qu’une dizaine de jours tout au plus, chaque instant est l’expression d’une beauté différente, qu’il faut savoir saisir et admirer. »

Ces propos sont ceux de Asada Nobuyuki, secrétaire général de l’Association japonaise pour les cerisiers (Nihon sakura no kai), qui propose toute une panoplie de façons diverses et variées d’apprécier les cerisiers en fleurs. L’association, dont l’activité principale est d’offrir, protéger et diffuser les cerisiers japonais, est également connue pour promouvoir leur guide des « 100 plus beaux sites des cerisiers en fleurs », un ouvrage indispensable pour tous ceux qui cherchent un itinéraire afin de suivre leur floraison quand vient la saison. M. Asada est lui-même un « médecin des arbres », et gère et certifie les cerisiers qui sont donnés. Il s’assure aussi que le nouvel environnement où les arbres sont expédiés est propice, et il forme les gens à la plantation et à l’entretien des arbres.

Asada Nobuyuki, secrétaire général de l’Association japonaise pour les cerisiers

Profitez du spectacle de cerisiers en fleurs, en barque à Chidorigafuchi (Tokyo), l’une des douves du palais impérial.

  • [11.04.2018]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Trois meilleurs sites de cerisiers dans le Tôhoku [3] : Kitakami TenshôchiDe fin avril à début mai, alors que les cerisiers de Tokyo et de Kyoto ont déjà perdu leurs pétales, ceux de la région du Tôhoku (le Nord-Est), sont au sommet de leur beauté. Le dernier des trois plus beaux endroits pour admirer ces fleurs dans la région est le parc Tenshôchi, dans la ville de Kitakami, préfecture d’Iwate. Son célèbre tunnel de cerisiers et ses voitures à cheval sont là pour vous offrir une promenade inoubliable. Les cerisiers sur les berges de la Kitakami en font un paysage absolument admirable, et les koinobori (manches à air en forme de carpe) qui dansent dans le vent sont comme la signature du mois de mai.
  • Trois meilleurs sites de cerisiers dans le Tôhoku [2] : le parc de HirosakiDe fin avril à début mai, alors que les cerisiers de Tokyo et de Kyoto ont déjà perdu leurs pétales, ceux de la région du Tôhoku (le Nord-Est), sont au sommet de leur beauté. L’un des plus célèbres sites de la région est sans conteste le château de Hirosaki, dans la ville du même nom, préfecture d’Aomori, au point que plus de 2 millions de visiteurs font le déplacement chaque année. Tout concourt à la sublime beauté du lieu : le château de Hirosaki en perspective, le mont Iwaki enneigé dans le lointain…
  • Trois meilleurs sites de cerisiers dans le Tôhoku [1] : KakunodateDe fin avril à début mai, alors que les cerisiers de Tokyo et de Kyoto ont déjà perdu leurs pétales, ceux de la région du Tôhoku (le Nord-Est), sont au sommet de leur beauté. Le premier des trois lieux les plus célèbres du Tôhoku pour les admirer se trouve à Kakunodate, dans la ville de Senboku, préfecture d’Akita. Les cerisiers pleureurs (shidare-zakura), qui passent par-dessus les palissades en bois sombre des anciennes demeures de samouraïs offrent une vue superbe, particulièrement en nocturne.
  • Le château d’Osaka et ses cerisiers en fleurs, une parfaite harmonieLe château d’Osaka est sans aucun doute un des endroits les plus célèbres du Kansai pour aller admirer les cerisiers en fleurs. Dans son parc y fleurissent près de 3 000 cerisiers de différentes variétés, et leur contraste avec le château rempli d’histoire est d’une beauté saisissante.
  • Rochers étranges et cerisiers en fleurs, une balade inoubliable à OnomichiÀ l’ouest de l’île principale de Honshû, voici Onomichi, dans la préfecture de Hiroshima, bordée par la mer intérieure de Seto. Avec ses nombreuses pentes, le parc du Senkôji et ses magnifiques paysages de cerisiers forment un spectacle à ne pas manquer. Sans oublier les rochers aux formes étranges de la montagne, qui valent amplement le détour.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone