Dossier spécial Cap sur les îles les plus historiques du Japon
Les îles Gotô : sur les traces des « chrétiens cachés » du Japon
[02.07.2018] Autres langues : 简体字 | ESPAÑOL |

Le 30 juin 2018, les « sites chrétiens cachés de la région de Nagasaki » ont été inscrits au patrimoine culturel mondial de l'Unesco. Nous vous proposons de visiter les îles Gotô, où subsistent de nombreuses églises témoignant entre autres d'un passé douloureux pour les croyants de l’époque.

Des chrétiens cachés découverts par un prêtre français au Japon

Le christianisme est introduit au Japon en 1549 par le missionnaire jésuite espagnol Saint François-Xavier et se répand rapidement dans l’île de Kyûshû, où se trouve la ville de Nagasaki. Ômura Sumitada, qui a ouvert le port de Nagasaki aux étrangers, est le premier daimyô (seigneur de province) à se convertir à cette religion en 1562. Cependant, le shogun Toyotomi Hideyoshi tente d’interdire le christianisme par ordonnances en 1587 puis en 1596.

Au début de l’époque d’Edo (1603-1868), l’opposition au christianisme s’intensifie progressivement : le shogunat l’interdit dans les régions sous son contrôle direct en 1612, puis à l’ensemble du pays en 1613. Un an plus tard, la plupart des missionnaires sont expulsés du Japon. De plus, avec la mise en place de la politique d’isolement du Japon au milieu du XVIIe siècle, la répression s’accentue : elle durera au total plus de 250 ans.

Malgré cette situation très difficile, les chrétiens d’Urakami, le village au nord de Nagasaki, transmettent en secret leur foi à leurs enfants. Plus de deux siècles plus tard, en 1865, le missionnaire catholique français Bernard Petitjean fera la « découverte » de ces descendants chrétiens.

Quelques années plus tôt, en 1859 (année suivant l’ouverture du Japon), Bernard Petitjean est envoyé au Japon pour prêcher la bonne parole. Il s’installe à Nagasaki et fait construire l’église d’Ôura. Peu de temps après son ouverture, alors que le père était agenouillé pour offrir une prière, quinze chrétiens cachés – les kakure kirishitan en japonais – venant d’Urakami s’approchent de lui pour lui révéler leur foi. Petitjean, profondément ému, transmet cette nouvelle aux autorités catholiques en Europe. Cette découverte « miraculeuse » fait le tour du monde chrétien.

La « grotte des chrétiens », située à Satonoura sur l’île de Wakamatsu, témoigne de la souffrance et de la persécution subies par les chrétiens cachés du Japon.

Départ du port de Nagasaki vers les îles Gotô

Cette année, soit près de 150 ans après cette découverte, les « sites des chrétiens cachés de la région de Nagasaki » ont été inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est sur les îles Gotô, dans la préfecture de Nagasaki, que se trouvent les plus importants sites de cet héritage. L’archipel est accessible par bateau depuis plusieurs ports. Je choisis de partir depuis le port de Nagasaki, un point de départ incontournable pour se lancer dans un voyage sur les traces du christianisme japonais.

Le nom officiel de l’église d’Ôura est « Basilique des Vingt-Six Saints Martyrs du Japon ». C’est une église dédiée aux 26 chrétiens qui ont été exécutés en 1597 sur ordre de Toyotomi Hideyoshi. Longtemps révérés en Europe comme les premiers martyrs du Japon, ils ont été canonisés en 1862. Deux ans plus tard, l’église construite sous les ordres du missionnaire Petitjean est nommée en leur honneur. Elle est dirigée vers le quartier de Nishizaka à Nagasaki, lieu du martyre des 26 saints.

La façade de l’édifice est surmontée d’une belle flèche octogonale. À l’intérieur, les vitraux laissent filtrer la lumière extérieure, qui confère une atmosphère solennelle et mystérieuse à l’église. On ne peut qu’imaginer l’émotion des quinze kakure kirishitan admirant les vitraux dans l’église, alors qu’ils ont pratiqué leur foi en secret pendant toute leur vie. Ils avaient décidé de se rendre à l’église en prétextant une visite du « temple français », comme elle était surnommée par les habitants de la ville à cette époque.

L’église d’Ôura, classée trésor national au Japon.

  • [02.07.2018]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • L’histoire des îles d'Ogasawara : un chaos au nom de la raison d’ÉtatL’archipel d’Ogasawara est essentiellement connu pour être classé au patrimoine naturel mondial. Néanmoins, peu de gens savent les sacrifices auxquels ont dû consentir les habitants de ces îles, tant de la part des États-Unis d’Amérique que du Japon. L’histoire moderne des îles Ogasawara commence au XIXe siècle, quand de nombreux colons d’origine européenne et américaine s’y installent. S’ensuit alors de nombreux événements complexes : annexion du Japon, défaite japonaise, occupation américaine, retour à la souveraineté japonaise…
  • Introduction aux mille et un attraits de l’île de SadoDans la mer du Japon, à seulement quatre heures de Tokyo, voici l’île de Sado. Autrefois, c’était une île prospère en raison de ses mines d’or et d’argent. Grâce à cette histoire riche, s’est développée une culture unique. Encore peu connue, elle bénéficie d’une nature luxuriante et fait la joie des visiteurs.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone