Dossier spécial Les endroits à visiter à tout prix !
Le Sazae-dô, un étrange temple en colimaçon
[22.02.2019] Autres langues : Русский |

L’apparence singulière de cette pagode en bois de la fin du XVIIIe siècle n’échappe à personne, et son intérieur est encore plus étonnant ! Visitons ensemble le Sazae-dô d’Aizu, un bien culturel important du Japon.

Une curieuse structure à double révolution

Les sazae-dô sont un type de temple à l’architecture particulière typique des régions du Tôhoku et du Kantô, bâtis durant la deuxième moitié de l’époque d’Edo, soit aux XVIIIe et XIXe siècles. Ils tirent leur nom du turbo – l’escargot de mer appelé sazae en japonais – en raison de leur structure interne en colimaçon, qui guide le pèlerin dans sa visite du temple. Le chemin ainsi tracé amène à tourner trois fois dans le sens horaire autour de la statue de Bouddha, suivant une forme de prière baptisée unyô-sansô. Ce type de bâtiment s’appelle d’ailleurs officiellement sansô-dô.

Le Sazae-dô d’Aizu est situé sur le mont Iimori, dans la ville d’Aizu-Wakamatsu, au nord-est du Japon, là où, pour la petite histoire, le groupe de jeunes samouraïs du domaine d’Aizu connu sous le nom de Byakkotai s’est donné la mort après sa défaite face aux troupes du nouveau gouvernement de Meiji lors de la guerre civile de Boshin en 1868. Ce temple érigé en 1796 est d’ailleurs baptisé officiellement Entsû-sansô-dô.

De forme hexagonale, il mesure 16,5 mètres de haut et comporte trois niveaux. Sa conception est attribuée au moine Ikudô, le supérieur du temple Shôsô-ji autrefois bâti sur la colline Iimori.

Ce bâtiment en bois a pour particularité d’être constitué, à l’intérieur, d’une pente à double révolution qui permet aux visiteurs qui montent et à ceux qui descendent de ne pas se croiser. On ne passe donc jamais deux fois par le même endroit à l’intérieur, depuis l’entrée où commence l’ascension jusqu’à la sortie, après être redescendu.

Le temple a été rénové en 1890, sans que sa structure soit altérée.

Entrée du Sazae-dô

Vue de côté : la structure en colimaçon est visible.

L’intérieur était autrefois orné de 33 statues de la déesse Kannon, ce qui permettait d’effectuer le pèlerinage des 33 temples de la région du Kansai en un format réduit. À l’époque de sa construction, les pèlerinages à Ise et dans les temples du Kansai dédiés à Kannon étaient en vogue. Sans doute le Sazae-dô d’Aizu, qui permettait de concentrer un long pèlerinage en un lieu unique et sans croiser toute une foule, a-t-il connu un certain succès.

Vue de l’intérieur, à l’entrée. La pente est ponctuée de traverses pour faciliter l’ascension.

La pente raide, en forme de colimaçon, est également inclinée vers l’intérieur, défiant le sens de l’équilibre des pèlerins.

Lorsque la pente s’achève, au bout d’une révolution et demie dans le sens horaire, on se trouve au sommet du temple. Au plafond, les poutres sont disposées en hexagone, confirmant la structure du bâtiment. Au sol, la disposition des traverses indique que c’est le point final de l’ascension ; il s’agit maintenant de descendre. Une fois le petit pont traversé, on entame la descente, longue elle aussi d’une révolution et demie, mais dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. À la sortie, située à l’opposé de l’entrée, on aura donc effectué en tout trois tours complets à l’intérieur de la structure.

Tout en haut du temple, le plafond est constellé de senja fuda, des autocollants avec les noms des pèlerins.

Le petit pont qui traverse la partie supérieure du temple et mène à la pente descendante.

À l’intérieur, dans trois endroits différents, on peut apercevoir la pente inverse.

  • [22.02.2019]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Un des trois plus beaux paysages du Japon : Ama no Hashidate, le pont vers le paradisAma no Hashidate, ou « Le pont vers le paradis », est considéré comme l'un des trois plus beaux paysages du Japon. C’est la destination touristique la plus connue du nord de la préfecture de Kyoto. La région a même récemment été rebaptisée « Kyoto by the Sea ». Cap sur le seul paysage japonais qui est encore plus beau vu à l'envers !
  • Un des trois plus beaux paysages du Japon : Matsushima, l'île aux pinsMatsushima ou « l’île aux pins », située au nord-est de la ville de Sendai dans la préfecture de Miyagi, se compose d’environ 260 îlots de tailles variées, disséminés dans la baie de Matsushima. Ses panoramas saisissants l’ont élevé parmi l’un des trois plus beaux paysages du Japon, avec Ama no Hashidate à Kyoto et l’île de Miyajima près de Hiroshima.
  • Tourisme à Ishinomaki, une ville en pleine renaissance après le tsunamiIshinomaki, ville portuaire du littoral du Sanriku dans la préfecture de Miyagi, a été durement frappée par le tsunami de mars 2011. Huit ans plus tard, la ville renaît et mise sur le tourisme pour se reconstruire, à travers toute une série de nouveaux lieux.
  • Le quartier de Shinsekai à Osaka : des trésors de gastronomie populaireShinsekai, ou le « Nouveau monde » d’Osaka, avec ses superbes enseignes lumineuses bariolées et, en son centre, la tour Tsûtenkaku, appelée « la Tour Eiffel d’Osaka ». Venez déguster la « soul food » du Kansai dans les innombrables restaurants et bars de ce lieu saint de la gastronomie populaire.
  • Voyage au village des renards et sur l’île des chats !Depuis quelques années, deux endroits très propices pour rencontrer et interagir avec des animaux sont devenus particulièrement populaires parmi les touristes étrangers qui visitent la préfecture de Miyagi, au nord-est du Japon. Dans le village des renards de Zaô, il est possible de donner directement à manger aux renards, et même de prendre un bébé dans ses bras. De son côté, l’île de Tashiro, que l’on atteint en bateau au départ d'Ishinomaki, vous offre une opportunité garantie de fondre de bonheur, vu que le lieu compte plus de chats que d’humains.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone