La bonne performance du Japon aux JO de Londres doit porter ses fruits

Ninomiya Seijun [Profil]

[07.09.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية |

Les Jeux olympiques de Londres se sont achevés le 12 août. Les athlètes japonais ont remporté un nombre record de médailles — 38 dans 13 disciplines différentes. Le journaliste sportif Ninomiya Seijun analyse ici les résultats de ces Jeux et l’impact qu’ils auront sur la candidature de Tokyo pour accueillir les Jeux de 2020.

Un record

La charte olympique définit clairement les Jeux comme une compétition, non pas entre pays, mais entre athlètes s’affrontant dans des épreuves individuelles ou en équipe. Et pourtant le Japon n’est pas le seul pays à osciller entre la joie et la tristesse selon l’évolution du décompte des médailles au fur et à mesure de l’avancement des Jeux.

La Grande Bretagne, pays hôte (*1) pour les jeux de 2012, a remporté 29 médailles d’or. Ce score, qui l’a placée en troisième position derrière les États-Unis et la Chine, marquait une rupture avec le schéma habituel, selon lequel les États-Unis, la Chine et la Russie se réservent les trois premières places. La Grande Bretagne enregistrait ainsi sa meilleure performance depuis les Jeux olympiques de Londres de 1908.

Avant les Jeux, le Comité olympique japonais (COJ) avait fixé comme objectif à ses athlètes d’arriver au moins en cinquième place au classement par médailles d’or. L’objectif n’a pas été atteint, mais le Japon a tout de même obtenu 7 médailles d’or, 14 d’argent et 17 de bronze, soit un total de 38. C’était un nouveau record, avec un point de plus que le précédent — les 37 médailles remportées en 2004 aux Jeux olympiques d’Athènes.

Un exploit, à n’en pas douter ! Mais il n’en reste pas moins que le Japon a été devancé par ces deux grands rivaux régionaux, la Chine (38 médailles d’or, 27 d’argent et 23 de bronze), mais aussi la Corée du Sud (13 médailles d’or, 8 d’argent et 7 de bronze). Certains politiciens ont fait la fine bouche, sous prétexte qu’il n’y a peut-être aucune honte à se faire battre par un pays comme la Chine, avec ses 1,3 milliard d’habitants, mais qu’il est inacceptable de se retrouver derrière la Corée du Sud, dont la population est légèrement supérieure à 50 millions d’habitants.

Au tableau des médailles, l’or a la priorité. Dans l’absolu, un pays qui n’aurait obtenu qu’une médaille d’argent finirait mieux placé au classement qu’un pays qui aurait remporté 100 médailles de bronze, et une seule médaille d’or lui permettrait de « battre » 100 médailles d’argent. C’est grâce à cette méthode de calcul que la Corée du Sud est arrivée à la cinquième place et le Japon à la onzième. Les médailles d’or se voient en vérité attribuer beaucoup de valeur.

Mais ce serait une erreur de se fonder sur ce calcul pour déclarer que le Japon a « perdu » face à la Corée du Sud. Les athlètes japonais ont récolté des médailles dans 13 disciplines différentes. Cet exploit atteste de la richesse des talents que recèle le sport japonais.

Jeux olympiques de Londres 2012 — Tableau des médailles

Rang de l’or Pays Or Argent Bronze Total
1 Etats-Unis 46 29 29 104
2 Chine 38 27 23 88
3 Grande Bretagne 29 17 19 65
4 Russie 24 26 32 82
5 Corée du Sud 13 8 7 28
6 Allemagne 11 19 14 44
7 France 11 11 12 34
8 Italie 8 9 11 28
9 Hongrie 8 4 5 17
10 Australie 7 16 12 35
11 Japon 7 14 17 38
12 Kazakhstan 7 1 5 13
13 Pays-Bas 6 6 8 20
14 Ukraine 6 5 9 20
15 Nouvelle Zélande 6 2 5 13
16 Cuba 5 3 6 14
17 Iran 4 5 3 12
18 Jamaïque 4 4 4 12
19 République tchèque 4 3 3 10
20 Corée du Nord 4 0 2 6

 

(*1) ^Techniquement parlant, l’hébergement des Jeux olympique incombe à une ville et non à un pays. Mais en réalité, l’évènement ne pourrait pas avoir lieu sans un soutien à l’échelle de la nation.

  • [07.09.2012]

Journaliste sportif indépendant. Né en 1960. A couvert un large éventail d’évènements sportifs au Japon et à l’étranger, notamment les Jeux olympiques, la coupe du monde de la FIFA, le championnat du monde de boxe et la Ligue majeure de baseball. Outre son travail de rédacteur sportif, il est membre du conseil d’administration de l’équipe professionnelle de baseball Tôhoku Rakuten Golden Eagles et intervient régulièrement à la télévision comme commentateur pour des émissions de sport. Parmi les ouvrages qu’il a récemment publiés, figurent Tensai tachi no puro yakyû (Les as du baseball professionnel) et Puro yakyû no shokunin tachi (Les maîtres artisans du baseball professionnel).

Articles liés
Articles récents

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone