Princesse Kako : une princesse du XXIe siècle pour le Japon

Watanabe Midori [Profil]

[16.06.2015] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

La princesse Kako, fille cadette du Prince Akishino, a fêté son 20e anniversaire à la fin de l’année dernière. Elle jouit d’une grande popularité parmi les Japonais, pour son aimable apparence ainsi que pour l’attitude de continuité qu’elle véhicule avec l’esprit des femmes de la famille impériale, une attitude fièrement lancée par l’impératrice Michiko.

L’engouement phénoménal

L’enthousiasme national qui entoure la princesse Akishino-no-miya Kako naishinnô (titre officiel des parents féminins jusqu’au deuxième degré de l’empereur) rappelle fortement le « boum Mitchy » qui avait accompagné la princesse Michiko, l’actuelle impératrice, lors de son mariage avec l’actuel empereur, à l’époque prince héritier. De son nom de naissance Shôda Michiko, elle était alors la première roturière à avoir jamais épousé un membre de la famille impériale, sur laquelle elle avait fait souffler un vent nouveau. Les médias de l’époque avaient sorti les grands moyens pour réaliser des émissions spéciales sur la princesse Michiko. Pour de nombreuses femmes, l’espoir en l’avenir avait pris les traits de sa beauté et de son esprit.

Plus d’un demi-siècle plus tard, la princesse Kako, incarne à son tour un visage de femme par qui un vent nouveau souffle sur la vénérable institution, dans le respect de sa tradition.

Un brillant début en janvier 2015

Le 2 janvier 2015, la cérémonie des félicitations du Nouvel An au peuple tout entier a eu lieu comme chaque année au Palais impérial. La princesse Kako qui vient d’avoir 20 ans est apparue pour la première fois à cette cérémonie. C’est en effet à partir de l’âge de 20 ans, l’âge de la majorité au Japon, que les membres de la famille impériale commencent à participer à certaines cérémonies officielles. La princesse est apparue au balcon vêtue d’une robe montante unie, dans une couleur différente de celle de sa sœur aînée la princesse Mako, pour saluer de la main le public.

Ces « débuts sur la grande scène » ont été accueillis avec grand intérêt par la population, puisque plus de 80 000 personnes étaient venues y assister, troisième plus importante participation populaire depuis le début de l’ère Heisei.

Princesse Mako (à gauche), fille aînée du prince Akishino, et sa cadette princesse Kako, agitent la main devant le public lors de la cérémonie de félicitations du Nouvel An. (Jiji Press)

La famille impériale est la plus ancienne maison du Japon, et maintient la transmission des traditions et de la culture japonaise. Chaque début d’année, dans un pavillon du palais impérial, le concours impérial de poésie « Uta hajime » voit les membres de la famille impériale réciter en public des œuvres de poésie traditionnelle dans une atmosphère de très haute culture.

Cette année, le thème était « le livre ». Pour sa première participation, la princesse Kako a présenté ce poème de sa composition :

Les nuits où je fais la lecture à mon petit frère
Je me couche avec une pensée pour ma mère
En voyage au loin

Par l’évocation de son petit frère et de sa mère, ce poème est porteur d’images de relations familiales chaleureuses. Communiquer des messages et des portraits de famille heureuse au peuple est également l’un des rôles importants de la famille impériale.

« Je remplirai avec soin les travaux qui me sont confiés »

Le 29 décembre 2014, la princesse Kako, qui fêtait son 20e anniversaire, a déclaré au cours d’une conférence de presse : « Je m’efforcerai de remplir avec soin, un par un, les travaux qui me sont confiés. » La princesse Kako était sans doute la première femme de la maison impériale à qualifier ses obligations officielles de « travaux qui me sont confiés ».

L’impression personnelle qu’elle m’a faite est celle d’une personne intelligente, modeste, respectueuse, qui a pleinement conscience de sa position en tant que naishinnô, sœur d’un futur empereur. Concernant son caractère personnel, la princesse a déclaré : « Mon point faible est d’être parfois irritable, comme mon père. Des disputes se produisent de temps en temps entre nous pour de toutes petites choses », ce qui a provoqué le sourire des représentants de la presse présents.

À une question des journalistes concernant le mariage, la princesse a répondu qu’elle souhaitait se marier dans l’avenir. Et sur son image de l’homme idéal : « quelqu’un avec qui je puisse me sentir à l’aise », réponses qui donnent une claire idée de sa conception de la famille et de l’importance des relations familiales.

La princesse Kako (droite), avec sa grand-mère l’impératrice Michiko (gauche) et sa mère la princesse Kiko, lors du concours impérial de poésie « Uta hajime », qui s’est déroulé dans la salle Matsu no ma du pavillon principal du palais impérial. (Jiji Press)

  • [16.06.2015]

Professeur invité de l’Université Bunka Gakuen depuis 1990. Diplômée de l’Université Waseda, elle rejoint Nippon TV en 1957 et y est chargée d’émissions d’actualités et informations. À partir de sa couverture du mariage du prince héritier en 1959, elle devient productrice des programmes autour de la famille impériale. En 1980, elle réalise un documentaire sur « 15 ans à regarder grandir les triplés », pour lequel elle reçoit le Prix du Meilleur Programme sur un sujet de société de la Japan Commercial Broadcasters Association. Auteur de : Impératrice Michiko, le Voyage de la Vie (1994), Chanel Style (2005), etc.

Articles liés
Articles récents

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone