Série Le b.a.-ba du Japon
« Gôkon », le group dating à la japonaise
[08.11.2015] Autres langues : ENGLISH | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Un nombre croissant de jeunes Japonais sont confrontés à une lutte acharnée pour établir des relations qui mènent au mariage. Beaucoup se tournent vers le gôkon (groupe de rencontre), qui est devenu un moyen populaire pour les hommes et les femmes de se rencontrer.

Une ambiance décontractée pour faire des rencontres

Le terme gôkon est une abréviation de « gôdô konpa » qui signifie littéralement « réunion conjointe ». Il décrit le plus souvent un rendez-vous d’un groupe d’hommes et de femmes célibataires, habituellement dans un restaurant, où les participants discutent et apprennent à se connaître les uns les autres. Pour un nombre croissant de jeunes Japonais qui peinent à trouver l’âme sœur, les gôkon sont l’opportunité de rencontrer de potentiels partenaires pour la vie.

Traditionnellement, les rassemblements d’amis d’école étaient appelés « shinbokukai », un terme à consonance formelle qui veut dire rassemblement social. Konpa, qui dérive de l’anglais « compagny », est un terme d’argot pour des événements similaires qui se sont propagés chez les étudiants universitaires dans les années 1970, ressemblant plus au group dating. Ces soirées ont alors commencé à être appelées « danjo gôdô konpa » (rencontres mixtes) avant d’être abrégées en gôkon.

À la différence des événements plus traditionnels tels que les omiai (rencontres arrangées par les familles), les gôkon sont populaires pour être organisés au sein de groupes d’amis ou de connaissances mutuelles. Ils donnent aux participants l’occasion de rechercher l’amour dans un cadre décontracté.

Ne pas inviter trop de monde

Les gôkon ont généralement pour but de socialiser avec le sexe opposé autour de boissons et d’un bon repas. Bien que le nombre de participants puisse varier, il est coutume de rassembler un nombre égal d’hommes et de femmes – le plus souvent trois à cinq.

Pour tenir un gôkon, on choisit deux organisateurs de sexe différent, les kanji, qui dirigeront l’événement. Les deux kanji ont pour tâche de rassembler les participants, en invitant des amis, des camarades de classe, des membres de leur club d’école, des collègues de travail ou d’autres personnes de leur cercle social. Il revient habituellement au kanji homme de planifier l’événement, y compris le choix du lieu (souvent un restaurant ou un bar de style japonais) et du budget.

Lors de la soirée, soit les hommes s’assoient d’un côté de la table et les femmes de l’autre, soit tous les participants sont mélangés. Une fois assis, tout le monde lève son verre pour le kanpai (toast), puis chacun se présente avant de commencer à socialiser dans une ambiance décontractée. Afin de multiplier les chances de rencontres, les participants changent de place au fil de la soirée pour pouvoir parler à tout le monde. Et, qui sait peut-être, échanger un numéro de téléphone avec quelqu’un.

Gôkon à thème

Récemment, les gôkon à thème sont devenus populaires. Variant souvent en fonction des saisons, ils peuvent par exemple être organisés pour fêter le hanami (cerisiers en fleur) au printemps ou une activité de plein air en été, comme un barbecue.

Gôkon de style barbecue.

Les autres variétés de group dating incluent : machikon, asakon, lunchkon et shumikon. Il y a même des organisations qui supportent les soirées de rencontres au niveau régional, comme le Miyakon à Utsunomiya dans la préfecture de Tochigi.

Les machikon sont des événements à grande échelle de rencontres organisés dans un quartier spécifique d’une ville (machi) ou dans des municipalités plus petites en impliquant plusieurs restaurants et magasins. Les machikon ont comme objectif supplémentaire de renforcer la communauté locale. Il est nécessaire de s’inscrire à l’avance et ils sont généralement réservés à des personnes appartenant à un certain groupe d’âge. Pendant un machikon, les participants vont d’un restaurant à un autre et forment un gôkon avec les autres personnes présentes. Il y a une limite de temps dans chaque restaurant ; il faut donc à terme se séparer et aller reformer un nouveau gôkon dans le restaurant suivant. Les machikon de petite taille rassemblent une centaine de participants, tandis que les plus grands peuvent en attirer plusieurs milliers. Les machikon qui ont pour thème un passe-temps spécifique (shumi) sont appelés shumikon. Ces événements peuvent avoir pour thème le cinéma, la cuisine, les anime, le surf, etc.

Les asa gôkon (abrégé en asakon) ont lieu tôt le matin (asa) et s’organisent par exemple dans un café d’ hôtel de luxe. Les participants partagent un thé ou un café, font une activité ensemble comme un stage culturel, un karaoké ou encore un bowling, puis se séparent pour commencer chacun leur journée. Récemment, des gôkon sans alcool tenus à l’heure du déjeuner gagnent en popularité. Appelés lunchkon, ces rassemblements ont attiré l’attention des employés de bureau trop occupés pour participer à un gôkon conventionnel. Il y a aussi des événements similaires les après-midi de week-end où, pour un prix raisonnable, les participants peuvent socialiser autour d’une coupe de champagne et un déjeuner gastronomique.

Les gôkon ne sont plus seulement l’opportunité de trouver un potentiel partenaire, mais donnent également la chance de découvrir de nouvelles bonnes adresses, élargir son cercle social et profiter d’un bon repas.

▼A lire aussi
La Saint-Valentin au Japon Les jeunes Japonais favorables au retour des femmes au foyer
  • [08.11.2015]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone