Série Le b.a.-ba du Japon
Les cartes à puce des transports en commun au Japon
[22.05.2016] Autres langues : ENGLISH | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Les nombreux usagers des transports en commun au Japon se déplacent en toute liberté grâce à leurs cartes Suica, Pasmo ou Icoca. Ces cartes prépayées permettent également de régler beaucoup d’autres types de paiements.

Se déplacer intelligemment

Mobile Suica, la carte intégrée dans le téléphone portable pour simplifier encore plus les choses. (Photo : Yusuke Kawasaki)

La gare de Shinjuku à Tokyo est connue pour être la gare la plus fréquentée au monde, avec une moyenne de 3,6 millions de passagers l’utilisant chaque jour. Les cartes à puce, qui permettent à chaque voyageur de traverser les portillons en 0,2 seconde, contribuent à garder l’incroyable nombre de personnes en mouvement dans cette immense gare.

Les cartes à puce pour les transports en commun intègrent généralement un abonnement entre deux stations (pour se rendre au travail ou à l’école) tout en stockant de l’argent pour les déplacements en dehors de ce trajet. Le solde restant est affiché sur le portillon lorsque l’on sort de la station. Les cartes peuvent être achetées et rechargées auprès des distributeurs de billets ou des bornes dédiées dans les gares. Il faut généralement faire un dépôt initial de 500 yens lors de l’achat.

La compagnie ferroviaire JR East a été la pionnière dans l’utilisation de ces cartes avec le lancement de la Suica en novembre 2001. Ces cartes sont basées sur la technologie FeliCa, un système de communication sans contact développé par Sony. Le nom Suica dérive de l’onomatopée suisui, qui évoque la fluidité. C’est aussi un acronyme pour Super Urban Intelligent CArd (carte intelligente super urbaine) et comporte également l’abréviation IC, pour Integrated Circuit, le terme communément utilisé pour désigner les cartes à puce au Japon. Après le lancement de la Suica, la mascotte pingouin de la carte s’est rapidement répandue partout dans les gares JR.

Des cartes spéciales Suica pour commémorer le centième anniversaire de la gare de Tokyo en 2014 ont connu un énorme succès, car JR East avait initialement annoncé que seuls 15 000 exemplaires seraient produits. Une demande gigantesque a finalement forcé la société à fournir des cartes à près de 5 millions de personnes.

Les bornes de recharge pour les cartes Icoca de JR West avec sa mascotte ornithorynque. (Photo : Jeshii)

Voyager dans tout le pays avec une seule carte

Les différentes cartes à puce des transports en commun. (Photo : Karl Baron)

En 2013, il y avait 25 types de cartes émises par 78 compagnies de chemins de fer dans tout le Japon selon les statistiques du ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme. Quelque 87 millions de cartes avaient été émises cette même année. En comparaison, la population du Japon était de 120 millions de personnes. À partir du 23 mars 2013, Suica ainsi que neuf autres cartes, qui représentaient 80 millions de cartes sur ce total, sont devenues mutuellement compatibles. La carte Pasmo, utilisée sur les chemins de fer privés, les lignes de métro et des bus dans la région de Tokyo, et la carte Icoca de JR West, dont le nom est une combinaison des termes IC et de la phrase ikô ka, qui veut dire « on y va ? » sont comprises dans ce groupe. Cela signifie que les passagers peuvent voyager dans près de la moitié des 9 000 stations du Japon et peuvent faire usage de nombreux services de bus avec une seule carte. En avril 2015, il y avait 10 préfectures qui ne possédaient pas de système de carte à puce. Cependant le ministère des Transports veut que l’ensemble des transports en public du pays soit compatible avec ces cartes avant les Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Les cartes à puce de plus en plus utilisées pour les achats quotidiens

De nombreux distributeurs automatiques acceptent les paiements par carte à puce. (Photo : Needle)

Un service de monnaie électronique a été lancé par Suica en mars 2004, permettant aux passagers d’utiliser l’argent stocké dans leurs cartes pour les distributeurs automatiques, les restaurants et d’autres points de vente à l’intérieur des gares.

La plupart des cartes peuvent désormais être utilisées en dehors des gares pour régler des achats dans plus de 200 000 magasins dans tout le pays : convenience stores, supermarchés, pharmacies, magasins d’électronique, etc. De plus en plus de taxis acceptent également ces cartes aujourd’hui, ce qui les rend encore plus pratiques pour se déplacer en ville.

Les personnes possédant un téléphone portable compatible peuvent également y intégrer leur carte à puce en téléchargeant une application telle que Mobile Suica. Il est fréquent de voir des gens poser leurs téléphones sur les lecteurs des portillons ou lorsqu’ils achètent des boissons dans les distributeurs automatiques.

Au Japon, beaucoup de personnes sont réticentes à utiliser des cartes de crédit et règlent principalement leurs achats en espèces. La commodité et la sécurité relative des cartes à puce, cependant, encouragent les Japonais à utiliser moins d’espèces au quotidien.

Liens externes :
Information en anglais pour les principales cartes à puce
Suica (JR East)
Pasmo (Tokyo / Kantô)
Icoca (JR West)
Kitaca (JR Hokkaidô)

(Photo de titre : Dany Choo. Autres photos : Yusuke Kawasaki / Jeshii / Karl Baron / Needle)

▼A lire aussi
Voyager au Japon : informations utiles pour les transports Les distributeurs automatiques au Japon Restez connecté pendant votre séjour au Japon
  • [22.05.2016]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone