Série Japan Data
La filature de soie de Tomioka inscrite au patrimoine mondial
L’usine nationale de l’ère Meiji, symbole de la modernisation du Japon
[23.06.2014] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

L’ensemble du site du patrimoine industriel de sériciculture et la filature de Tomioka, dans la préfecture de Gunma, a été officiellement inscrit sur la liste des biens du patrimoine culturel mondial de l’Unesco le 21 juin 2014, lors de la réunion du Comité du patrimoine mondial à Doha, au Qatar.

En 1872, le site de la filature de Tomioka fut la première usine de filature nationale, fondée et gérée par le gouvernement japonais de l’ère Meiji, dans la perspective de promouvoir la modernisation du Japon. Afin d’obtenir les devises étrangères nécessaires à la modernisation de la science, de la technologie et de l’industrie, le gouvernement fit construire ce site industriel en son nom propre, équipé de machines à filer importées d’Occident, afin d’améliorer la qualité et renforcer la production de la soie, dont la production comme produit d’exportation revêtait une importance capitale à l’époque.

Machines à filer automatiques de la filature de Tomioka (photo : Jiji Press)

Après sa cession au secteur privé en 1893, la filature de Tomioka a maintenu sans discontinuer la même vocation jusqu’à 1987, date de son arrêt définitif. Ayant par chance échappé aux bombardements aériens de la Seconde Guerre mondiale, et grâce aux efforts consentis par la société Katakura Industries, propriétaire du site, l’ensemble des bâtiments a été préservé quasiment dans leur état initial. La filature de Tomioka est le seul site national de production industrielle de l’ère Meiji encore aujourd’hui en parfait état.

En justification de son inscription sur la liste des biens culturels du patrimoine mondial, le Comité a jugé que le site avait joué un rôle décisif dans la modernisation de l’industrie de filature et de la sériciculture au Japon en un temps record à compter de l’importation de machines françaises, et qu’il était par conséquent devenu un site clé dans l’effort du Japon pour rejoindre les nations industrielles modernes.

La filature de Tomioka est le 18e site japonais à figurer sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, rejoignant les 4 sites naturels (Yakushima, Shirakami, Shiretoko et les îles d’Ogasawara) et les 13 sites culturels déjà établis. Tomioka est également le deuxième site en tant que bien du patrimoine industriel après les « Vestiges des mines d’argent d’Iwami Ginzan et leur paysage culturel ». 

Le bâtiment qui abrite la filature proprement dite, qui constitue le centre du complexe, fait 140 mètres de long, pour 12,3 mètres de large et 12,1 mètres de haut. À l’époque déjà, c’était l’une des plus importantes filatures du monde. 300 ouvrières, venues de tout le pays, travaillaient à la machine à filer, qui permit une rationalisation de la production de fils de soie.

En outre, les logements des techniciens étrangers et les entrepôts à cocons Est et Ouest sont restés dans un état quasiment inchangé depuis l’ouverture du site. Le site est ouvert au public depuis 2005.

Filature de soie de Tomioka
1-1, Tomioka, Tomioka-shi, Gumma-ken, 370-2316 JAPON
Tél : +81.274.64.0005
Site officiel en français

(Photo de titre : L’entrepôt à cocons Est de la filature de Tomioka — Jiji Press)

  • [23.06.2014]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone