Série Japan Data
Série de tremblements de terre à Kumamoto : plus de 40 morts
[19.04.2016] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Du 14 au 16 avril 2016, de très puissants tremblements de terre ont successivement frappé les préfectures de Kumamoto et de Ôita. À l’heure actuelle (18 avril), le bilan est lourd : on dénombre 42 morts et 10 personnes toujours portées disparues, ainsi que de nombreuses maisons détruites et des éboulements de terrain.

Même ampleur que le séisme de 1995 à Kobe

La série de tremblements de terre a commencé la nuit du 14 avril à 21 h 26 dans la ville de Mashiki (située à 15 km de la ville de Kumamoto, le chef-lieu de la préfecture homonyme), où a été enregistrée une secousse de 7 degrés sur l’échelle d’intensité sismique du Japon « shindo » et de magnitude 6,5 sur l’échelle de Richter. Un séisme d’une telle violence n’avait pas été enregistré depuis celui du 11 mars 2011. Le lendemain matin, on déplorait déjà 9 victimes.

Une nouvelle secousse d’une magnitude 7,3 est ensuite survenue vers 1 heure du matin le 16 avril. Comparée à celle de la nuit du 14, l’énergie libérée est 16 fois plus grande. Son amplitude égale le séisme de 1995 à Kobe (grand tremblement de terre de Hanshin-Awaji). L’Agence météorologique du Japon estime que c’est la « secousse principale » de ce tremblement de terre. Elle a aggravé les dégâts déjà causés, en détruisant entre autres de nombreuses habitations faites en bois.

Shindo
L’échelle d’intensité sismique utilisée au Japon pour mesurer la force des tremblements de terre. Contrairement à l’échelle de Richter qui donne une valeur pour un séisme, l’échelle de shindo décrit le degré de secousse « locale » mesurée à un point de la surface de la Terre.
Shindo Accélération du sol Description
7 (Exceptionnel) > 4,00 m/s² Les tuiles et les vitres de la plupart des bâtiments se brisent et tombent. Dans certains cas, les murs renforcés s’effondrent. Pic d’accélération du sol supérieur à 4,00 m/s².
6+ (Considérable) 3,15 à 4,00 m/s² Les tuiles et les vitres de beaucoup de bâtiments se brisent et tombent. Beaucoup de murs non renforcés s’effondrent.
6- (Important) 2,50 à 3,15 m/s² Les tuiles et les vitres de certains bâtiments se brisent et tombent.
5+ (Majeur) 1,40 à 2,50 m/s² Beaucoup de murs non renforcés s’effondrent. Beaucoup de voitures s’arrêtent à cause de difficultés de conduite. Des distributeurs automatiques mal installées tombent occasionnellement.
5- (Fort) 0,80 à 1,40 m/s² La plupart des gens essaient d’échapper au danger, certains trouvant qu’il est difficile de bouger.
4 (Modéré) 0,25 à 0,80 m/s² Beaucoup de gens sont effrayés. Certains essaient d’échapper au danger. La plupart des personnes qui dorment se réveillent.
3 (Léger) 0,08 à 0,25 m/s² Ressenti par la plupart des gens à l’intérieur d’un bâtiment. Certains sont effrayés. Beaucoup de personnes qui dorment se réveillent.
2 (Mineur) 0,025 à 0,08 m/s² Ressenti par beaucoup de gens à l’intérieur d’un bâtiment. Certaines personnes qui dorment se réveillent.
1 (Très mineur) 0,008 à 0,025 m/s² Ressenti uniquement par quelques personnes à l’intérieur d’un bâtiment.
0 (Micro) < 0,008 m/s² Imperceptible aux personnes.

Source : Agence météorologique du Japon (traduction en français via Wikipédia)

Le matin du 17 avril, les autorités préfectorales de Kumamoto et de Ôita déclarent que 42 personnes sont mortes, 7 portées disparues, 1 063 blessées (dont 205 graves), 199 606 personnes évacuées et 2 442 habitations endommagées (dont 400 totalement détruites et 1 266 partiellement détruites). L’après-midi du même jour, le nombre de personnes évacuées baisse à 110 000. Le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales signale que 257 625 logements n’ont toujours pas accès à l’eau dans les préfectures de Kumamoto, Ôita et Miyazaki.

D’après la chaîne NHK, il y a eu jusqu’au matin du 18 avril plus de 500 secousses de shindo 1.

Un policier appelant d’éventuelles personnes emprisonnées sous les décombres des maisons détruites. À Mashiki, 17 avril 2016 (Photo : Jiji Press).

Des personnes ayant pris refuge dans un espace ouvert. À Kumamoto, le petit matin du 16 avril 2016 (Photo : Jiji Press).

Pas de redémarrage prévu pour la ligne Shinkansen de Kyûshû

Le gouvernement a décidé le 16 avril d’augmenter le nombre de membres de forces d’autodéfense déployées sur les lieux du désastre à 25 000. L’aide de l’armée de l’air américaine a également été acceptée, afin d’accélérer le transport de vivres et de couvertures. Un grand glissement de terrain est survenu dans le village de Minami-Aso (préfecture de Kumamoto) suite à la violente secousse de la nuit du 16 avril. Des habitations et des hôtels sont ensevelis et plusieurs personnes sont portées disparues.

Au château de Kumamoto, symbole de la préfecture, les dégâts sont graves : l’ensemble du site s’est incliné et des remparts de pierre se sont écroulés.

Un pan de montagne effondré dans le village de Minami-Aso

Des tuiles et des remparts de pierre écroulés au château de Kumamoto.

Une voie ferrée endommagée suite au déraillement d’une rame de la ligne Shinkansen de Kyûshû

Une partie des routes et des lignes de train sont toujours fermées. Suite à la secousse de la nuit du 14 avril, une rame de la ligne Shinkansen de Kyûshû qui ne transportait pas de passagers déraille. À l’heure actuelle, à cause de rails déformés et d’installations endommagées, la remise en circulation n’est toujours pas prévue.

(Photo de titre : des installations de la centrale électrique de Kurokawa effondrées suite au tremblement de terre. À Minami-Aso dans la préfecture de Kumamoto, 16 avril 2016. Jiji Press)

▼A lire aussi
L’agence météo japonaise : des prévisions météo à la prévention des catastrophes [Diaporama] A bord des trains « design » de Kyûshû Les séismes et l’économie
  • [19.04.2016]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone