Dossier spécial L’impact social du déclin démographique
Pour désamorcer la bombe à retardement de la démographie japonaise

Shimazaki Kenji [Profil]

[20.09.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL |

Selon les projections démographiques les plus récentes, la population du Japon comptera 40 % de personnes âgées en 2060. Shimazaki Kenji explique les implications de ce bouleversement en langage clair et offre des pistes de réflexion sur les mesures à prendre aujourd'hui pour atténuer le choc.

Le Japon est devenu depuis quelques années une société rapidement vieillissante avec une population en diminution. Elle a culminé autour de 2008, et en 2007 la proportion d’habitants âgés d’au moins soixante-cinq ans a franchi le seuil de 21 %, à partir duquel une société est dite « hyper-aged », très vieillissante. Selon la dernière édition des « Projections démographiques pour le Japon » publiées en janvier 2012 par l’Institut national de la population et de la recherche sur la sécurité sociale (INPRSS), le vieillissement et le dépeuplement devraient s’amplifier dans les années à venir. Tout cela fait comprendre que la société japonaise sera dans cinquante ans radicalement différente à bien des égards de ce qu’elle est actuellement. Mon propos est de fournir quelques indications sur l’aspect qu’elle aura, sur la manière dont elle fonctionnera, et sur ce que nous pouvons faire pour tempérer le choc.

Les discussions sur les problèmes démographiques du Japon se focalisent souvent sur le dépeuplement, mais il est important de réaliser que la structure de la population japonaise dans cinquante ans ne sera pas simplement une version réduite de ce qu’elle est aujourd’hui.

Comprendre la structure démographique

Les figures ci-dessous comparent la pyramide des âges au Japon en 1960, 2010 et 2060 (projection). Elles permettent de comprendre le changement qui est en train de se produire. Entre 2010 et 2060, la surface totale des pyramides, c’est-à-dire la population, diminue, mais leur forme aussi évolue remarquablement. Parler d’une pyramide est déjà difficile en 2010, puisque la figure que nous voyons a plutôt l’aspect d’un vase dont la strate des personnes d’âge moyen et vieillissants est la partie la plus large. En 2060, son aspect est celle d’une pyramide inversée. Au passage, précisons que le nombre de centenaires indiqué pour 2060 ne relève pas d’une erreur. Ils n’étaient qu’une centaine en 1960, mais déjà environ 44 000 en 2010, et selon les dernières projections de l’INPRSS, il y en aura quelque 637 000 en 2060.(*1) La population japonaise devrait non seulement diminuer pendant les décennies à venir, mais sa structure va aussi connaître une transformation radicale.

Ces trois pyramides sont aussi utiles pour illustrer les répercussions du baby boom japonais d’après-guerre, qui a duré de 1947 à 1949. Dans celle de 1960, les enfants du baby boom ont entre onze et treize ans et leur impact sur la pyramide des âges est visible dans l’élargissement de la pyramide juste en dessous du niveau « 15 ans » de l’axe des âges. En 2010, ils avaient entre de soixante-et-un et soixante-trois ans, comme le montre l’élargissement marqué de la figure à ce niveau-là, tandis que leurs enfants sont à l’origine de celui visible autour du niveau des quarante ans. Ceci illustre une vérité importante en démographie, les répercussions à long terme de la natalité à un moment donné. On peut généralement affirmer que la pyramide des âges du présent, et même celle du futur proche, est régie par les événements du passé. Le changement démographique que nous soulignons ici résulte de la baisse constante du taux de natalité pendant les décennies qui ont suivi le baby boom de 1947 à 1949, et plus particulièrement à partir de la moitié des années 70 lorsqu’il il est descendu en dessous du taux de renouvellement, qui est le taux à atteindre pour maintenir une population stable. Cela signifie que le vieillissement très rapide et le dépeuplement du Japon dans les décades à venir sont dans une large mesure irréversibles et doivent être considérés comme certains.

(*1) ^ Etant donné que le Japon est le leader au niveau mondial de la tendance vers un allongement de la vie, il est difficile de prévoir le rythme auquel elle se poursuivra. C’est la raison pour laquelle les Projections démographiques pour le Japon publiées en 2012 donnent les tendances démographique futures en utilisant trois hypothèses de mortalité. Dans l’hypothèse moyenne, le nombre projeté de centenaires en 2060 est de 637 000, dans l’hypothèse haute, de 487 000, et dans l’hypothèse basse, de 821 000.

  • [20.09.2012]

Professeur au Collège doctoral de recherche politique (GRIPS). Diplômé de l'Université de Tokyo, il entre en 1978 au ministère de la Santé (qui est aujourd'hui le ministère du Travail, de la santé et de la sécurité sociale) qu'il quitte en 2007. Il est enseigne aussi au Global COE Program des écoles supérieures de droit et de sciences politiques de l'Université de Tokyo.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les approches japonaise et coréenne sur la politique familialeLa Corée du Sud a fait ces dernières années l’expérience d’une « évolution de la famille » très rapide : baisse de la natalité, vieillissement de la population, croissance rapide du taux de mariages multinationaux. Une comparaison avec la politique familiale coréenne permet de faire apparaître certaines questions propres au Japon.
  • Le modèle familial japonais en pleine mutationEn dépit de ce que pourrait suggérer le taux de fécondité du Japon, la famille conventionnelle y exerce un vif attrait chez les jeunes. Yamada Masahiro, professeur à l’Université Chûô et inventeur de l’expression « célibataire parasite », qui désigne les nombreux adultes non mariés qui continuent de vivre chez leurs parents, se penche ici sur les réalités et les perspectives de la famille.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone