Dossier spécial 11 mars, deux ans après
Réaliser le rêve de Taylor Anderson
Andy Anderson et Jeffrey Anderson
[18.03.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية |

Taylor Anderson est l’une des deux victimes américaines du grand tremblement de terre qui a dévasté le Nord-Est du Japon le 11 mars 2011. Au moment de sa disparition, elle avait vingt-quatre ans et enseignait l’anglais à Ishinomaki, une des villes du littoral japonais qui a été balayée par le terrible tsunami consécutif au séisme. Peu après sa mort, la famille Anderson a créé le Taylor Anderson Memorial Gift Fund (Fonds de bienfaisance à la mémoire de Taylor Anderson) pour rester fidèle à son esprit, en soutenant des programmes d’aide au niveau local pour les jeunes des zones sinistrées. Andy Anderson, le père de Taylor, a écrit l’article qui suit avec son fils Jeffrey.

Nous avons perdu notre fille et notre sœur au moment du grand tremblement de terre du Nord-Est du Japon qui a en même temps affecté beaucoup de Japonais en leur arrachant des êtres qui leur étaient chers. Taylor a perdu la vie dans un pays étranger, à Ishinomaki, dans la préfecture de Miyagi. Nous étions bien loin de cette incroyable catastrophe, de l’autre côté de l’océan Pacifique. Le 11 mars 2011, les habitants du Tôhoku ont tout perdu alors que pour nous, c’est seulement une partie de notre monde qui a disparu.

Mais nous n’en sommes pas moins liés au Japon par une personne qui aimait ce pays lointain, son peuple, sa culture unique, et les enfants à qui elle donnait des cours. Pour surmonter la perte de cet être que nous aimions tant, nous avons voulu prendre exemple sur elle et continuer sur sa lancée. C’est Taylor qui nous a appris, en étudiant le Japon et sa littérature, que pour résoudre des problèmes, il vaut mieux se connecter aux autres.

Taylor nous manquera toujours, mais partager sa passion pour le Japon et agir comme nous pensons qu’elle l’aurait fait, si elle avait survécu au grand tremblement de terre du Nord-Est du Japon, a été une des expériences les plus gratifiantes que nous ayons vécues.

Tendre la main aux enfants

Taylor adorait lire et elle passait la plus grande partie de son temps libre à laisser son imagination vagabonder librement dans les mondes décrits dans les livres. C’est cette soif de connaître qui l’a attirée vers le Japon. Nous avons partagé la passion de Taylor et voulu la transmettre au Japon. Pour ce faire, nous avons créé des coins lecture (Taylor bunko) dans sept établissements de Ishinomaki, où Taylor a enseigné dans le cadre du Programme d’échanges et d’enseignement du Japon. Ces coins lecture ont été superbement aménagés par Endô Shinichi, un ébéniste de la région, dont les enfants ont été les élèves de Taylor.

Chaque étagère contient des livres que Taylor aimait quand elle était enfant, ainsi que beaucoup d’autres, choisis par l’école. Ces dons ont contribué à remplacer une partie des ouvrages qui ont été détruits par les ravages du tsunami. Ils nous ont permis en même temps de faire partager le monde de Taylor aux enfants dans le cadre d’échanges culturels pour les plus jeunes.

Pour aider les enfants qui en ont le plus besoin, c’est-à-dire ceux qui ont perdu leurs parents dans la catastrophe, nous travaillons avec deux groupes — Living Dreams et Smile Kids Japan — de façon à apporter un soutien à long terme aux orphelins. Le Fonds de bienfaisance à la mémoire de Taylor Anderson (en abrégé Fonds Taylor), qui a été créé en mars 2011, soutient le foyer pour enfants Asahigaoka Gakuen de Kesennuma, un autre ville de la préfecture de Miyagi. Nous lui avons fourni des jouets et du matériel éducatif. Au mois d’août 2011 et 2012, nous avons aussi fait participer des enfants à un « Camp d’aventure en anglais » au Japon, ce qui leur a donné l’occasion de commencer à apprendre l’anglais.

Le Fonds de bienfaisance à la mémoire de Taylor Anderson a aussi apporté son soutien à un programme de « vœux de Noël » qui a permis d’offrir des cadeaux correspondant à leurs vœux à soixante-douze enfants et d’organiser une fête de Noël pour eux avec des membres du Programme d’échanges et d’enseignement du Japon, en 2011 et en 2012.

Le Fonds Taylor s’occupe également des orphelins par le biais de dons au Fonds pour l’avenir des enfants affectés par le grand tremblement de terre du Nord-Est du Japon. Ce programme remarquable aide les enfants qui ont perdu leurs parents en finançant leurs études.

Des aides pour les enfants qui ont terminé leurs études secondaires

Nous nous occupons aussi de jeunes, touchés par le désastre du 11 mars 2011, qui ont un diplôme d’études secondaires. A partir du début de l’année scolaire 2013-2014 — qui débutera en avril prochain —, les bourses d’études Taylor apporteront un soutien financier à des diplômés de l’enseignement secondaire des zones sinistrées de la préfecture de Miyagi qui fréquentent une des deux écoles professionnelles de l’association YMCA (Young Men’s Christian Association) de Sendai. Elles seront conjointement financées par le Fonds Taylor et l’association YMCA de Sendai. Nous avons aussi participé à une collecte de fonds réussie — organisée par le groupe Volunteer Akita, qui est installé dans la préfecture d’Akita, voisin de celle de Miyagi — qui a permis d’envoyer à l’université un lycéen qui vivait dans un orphelinat. Enfin, le Fonds Taylor contribue à payer les frais de l’examen d’entrée à l’université d’étudiants d’Ishinomaki et d’autres zones affectées par le désastre. Pour bénéficier des nombreuses bourses d’études de l’enseignement supérieur offertes à ceux qui ont été touchés par le séisme, les familles doivent payer des sommes considérables pour que leurs enfants puissent passer les tests préalables à leur admission dans ces établissements. L’action du Fonds Taylor a contribué à réduire cet obstacle grâce à une action conjointe avec l’association à but non lucratif Hope for Tomorrow, qui aide les familles à payer, entre autres, ces frais d’examen.

A travers toutes ces initiatives, le Fonds Taylor apporte son soutien à chaque étape de la scolarité des victimes de la tragédie du 11 mars 2011, en améliorant leurs perspectives éducatives. L’avenir de la zone sinistrée, et en particulier celui des enfants qui y vivent, est de toute première importance, et nous sommes fiers que le Fonds Taylor soit en train d’œuvrer à l’amélioration des conditions de vie de ceux qui en ont besoin.

Au-delà de l’école et du Japon

En dehors des écoles où elle était affectée, Taylor consacrait aussi du temps aux échanges culturels dans la ville d’Ishinomaki. Avec des membres du Programme d’échanges et d’enseignement du Japon, qui ont beaucoup à apporter en dehors de leurs cours, elle enseignait l’anglais ainsi que l’histoire et la culture américaines à un groupe d’adultes japonais.

La famille Anderson, le 8 mars, lors de la projection de “Live Your Dream”, dans un hôtel de Tokyo. De gauche à droite, Andy Anderson, sa femme Jeanne, leur fille Julz et leur fils Jeffrey. A l’extrême droite, Regge Life, le réalisateur du film. (Photo : Hanai Tomoko)

Les micro-subventions du Programme d’échanges et d’enseignement des préfectures de Miyagi et Sendai apportent un soutien financier aux programmes d’enseignement de la langue anglaise et des cultures étrangères qui ont débuté à l’initiative de membres de la préfecture de Miyagi. Les candidatures pour les micro-subventions sont soumises au comité de l’association du Programme d’échanges et d’enseignement de Miyagi ainsi qu’à la famille Anderson pour approbation et financement. Ce qui permet aux membres du programme d’échanges et d’enseignement d’étendre leur action au-delà de la salle de classe et de jouer un rôle actif de leaders dans leurs écoles et leur environnement.

La passion de Taylor pour le Japon a commencé à travers des échanges culturels par l’intermédiaire d’Internet, de livres, de musique enregistrée et de vidéos. Elle s’est vraiment confirmée lorsqu’elle est allée au Japon pour la première fois. Rien n’est plus efficace que le contact direct avec une culture qu’on aime, la rencontre avec un peuple, et la possibilité d’entendre sa langue sur place, de prendre conscience des événements marquant de son histoire et de goûter sa cuisine.

Les associations YMCA de Tokyo, Sendai et Richmond et le conseil national des associations YMCA du Japon ont organisé conjointement avec le Fonds Taylor un programme d’échange de jeunes pour sept collégiens d’Ishinomaki qui étaient des élèves de Taylor.

C’est ainsi que ces sept jeunes japonais ont visité Washington, la capitale des Etats-Unis, et les villes de Richmond et de Williamsburg, dans l’état de Virginie. Ils ont participé à un camp YMCA à Richmond et ont séjourné dans des familles dont les enfants étudient à la St. Catherine School, l’école où Taylor a fait ses études. Auparavant, vingt-trois filles de cette même école avaient fait un séjour au Japon dans le cadre du Projet Kizuna patronné par le gouvernement japonais. Nous espérons que ce programme permettra d’autres échanges d’étudiants dans l’avenir.

Un long chemin à parcourir

Nous souhaitons pouvoir contribuer au relèvement d’Ishinomaki aussi longtemps que nous le pourrons. Nous savons que c’est ce qu’aurait voulu Taylor et que c’est le vœu le plus cher de ses camarades du Programme d’échanges et d’enseignement du Japon.

Il faudra des années avant que les choses reviennent à la « normale ». Les événements catastrophiques du 11 mars 2011 resteront dans les mémoires pendant des générations. C’est pourquoi le Forum israélien en faveur de l’aide internationale (IsraAID), l’association YMCA de Tokyo, le Projet Yui et d’autres organisations à but non lucratif collaborent avec le Fonds Taylor pour financer un centre communautaire à Ishinomaki. Cet espace facilitera les activités des différents groupes qui soutiennent les habitants d’Ishinomaki tout en offrant un espace de resourcement et de mémoire.

Nous nous rendrons au Japon le 11 avril 2013, pour assister à la projection d’un film consacré à Taylor intitulé Live Your Dream: The Taylor Anderson Story (Réalisez votre rêve — Histoire de Taylor Anderson). Le titre du film fait référence à ce que faisait Taylor au Japon. Nous savons ce qu’elle voudrait aujourd’hui, si elle était encore en vie, et ce que nous voulons tous, où que nous soyons et quelle que soit la situation où nous nous trouvons. Réaliser notre rêve.

En entreprenant ce périple sur le chemin du relèvement avec le Tôhoku, nous avons rencontré beaucoup de gens et nous nous sommes fait quantité d’amis. Nous remercions du fond du cœur tous ceux qui ont fait des dons au Fonds de bienfaisance à la mémoire de Taylor Anderson et qui nous ont aidé. En mettant en place chacun des projets que nous venons de citer, nous sommes entrés en contact avec des gens toujours plus nombreux, des deux côtés de l’Océan Pacifique. Ils forment une communauté à l’échelle de la planète, une communauté séparée dans l’espace mais unie par le même rêve. Ce rêve, qui était aussi celui de Taylor, est constitué d’échanges culturels, d’enfants heureux et d’espoir dans l’avenir.

(D’après un texte original en anglais du 18 février 2013. Photographie du titre tirée d’un tract pour le film Live Your Dream: The Taylor Anderson Story. © 2012 Theodore R. Life Jr., Global Film Network.)

  • [18.03.2013]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Un printemps tardif au Tôhoku (2ème partie)Le littoral du Nord-Est du Japon dévasté par le tsunami de mars 2011 est loin d’être sorti d’affaires : la reconstruction de l’habitat et des infrastructures va exiger un effort considérable. Le journaliste Kikuchi Masanori a visité la région pour rendre compte des progrès du retour à la normale.
  • Les morts qui appellent et le chagrin invisibleDialoguer avec les morts, considérer que l’on vit avec eux, c’est de ce point du vue qu’il faut partir pour aller vers la véritable reconstruction, affirme un critique connu au Japon pour la force de ses propos. Il ne faut pas négliger la présence des morts pour vivre dans le monde post-11 mars 2011, nous dit-il.
  • Un printemps tardif au Tôhoku (1ère partie)Deux ans se sont écoulés depuis le séisme et le tsunami qui ont dévasté le littoral du Tôhoku, mais pour bien des victimes, le processus de guérison est à peine amorcé. De retour sur les lieux de ses reportages du printemps et de l’été 2011, Kikuchi Masanori y rencontre un mélange d’optimisme et d’amertume, dans le contexte d’une reconstruction régionale qui avance pas à pas.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone