Dossier spécial Comment faire face à l’envolée de la dette
Les obstacles à l’équilibre budgétaire au Japon

Okazaki Tetsuji [Profil]

[14.05.2014] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | Русский |

Malgré le niveau critique de sa dette publique, le Japon continue d’accumuler d’importants déficits, financés par le recours répété à l’emprunt. L’historien de l’économie Okazaki Tetsuji examine ici les obstacles qui s’opposent à l’assainissement des finances publiques.

Le Japon champion du monde de l’endettement

Selon les statistiques comparatives internationales de l’Organisation de coopération et de développement économiques, la dette publique du Japon (dette des « administrations publiques », y compris les collectivités locales et les caisses de sécurité sociale) atteignait en 2012 218,8 % de son PIB, soit plus du double du chiffre enregistré aux États-Unis (102,1 %) et 1,3 fois celui de la Grèce (167,3 %), frappée en 2010 par une crise de la dette qui l’a placée au centre de l’attention mondiale. Ce niveau d’endettement est le plus élevé parmi les pays membres de l’OCDE.

Si l’on limite notre examen à l’évolution de la dette publique japonaise au cours du temps, on s’aperçoit que son ratio au PIB avait dépassé dès 2012 le niveau de l’exercice budgétaire 1944 (avril 1944–mars 1945), consécutif aux huit années du gigantesque effort de guerre entamé en 1937, quand a éclaté la seconde guerre sino-japonaise. La dette publique massive accumulée pendant les années de conflit, impossible à rembourser par les moyens ordinaires, a finalement été épurée par l’inflation galopante qui s’est prolongée dans les années qui ont suivi la guerre, autrement dit par une véritable « taxe d’inflation ». Pendant les cinq années qui vont de 1944 à 1949, année où l’inflation a marqué le pas, les prix de gros ont été multipliés par quatre-vingt-dix. Ce qui veut dire que le montant de la dette publique, qui avait pris la forme d’obligations à valeur nominale fixe, est tombée à un quatre-vingt-dixième de son niveau antérieur. Ce sont en fait les citoyens ordinaires détenteurs d’obligations d’État qui ont essuyé les pertes, soit directement soit indirectement par le truchement des établissements financiers.

Grâce en grande partie à cette taxe d’inflation, le ratio de la dette publique au produit intérieur brut est redescendu à 14,0 % lors de l’exercice budgétaire 1950. Le chiffre a continué de baisser pendant la période de croissance rapide amorcée dans la seconde moitié des années 1950, pour tomber à 4,4 % lors de l’exercice budgétaire 1964. Par la suite, toutefois, il est reparti à la hausse, et à un rythme accéléré depuis les années 1990.

  • [14.05.2014]

Professeur à l’Institut des hautes études économiques de l’Université de Tokyo. Né en 1958. Titulaire d’un doctorat en économie de l’Université de Tokyo, où il occupe son poste actuel depuis 1999. Professeur invité à l’Université Stanford, 2002-2003. Vice-président de l’Association pour l’histoire de l’économie internationale jusqu’en 2012. Auteur de plusieurs ouvrages, dont Japanese Economic System and Its Historical Origins (Le système économique japonais et ses origines historiques, coauteur) et Keizaishi no kyôkun (Les leçons de l’histoire de l’économie).

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Comment faire avancer la réforme du système d’assurances socialesSi le Japon veut réussir à assainir ses finances publiques, il doit reconsidérer le coût de la sécurité sociale, c’est-à-dire le coût de ses régimes de retraite et d’assurance médicale vieillesse. Yashiro Naohiro, professeur invité à l’International Christian University de Tokyo, présente une feuille de route pour y parvenir.
  • Hausse de la TVA japonaise : la triste réalité des chiffresLe 1er avril 2014, le gouvernement japonais a relevé le taux de la taxe à la consommation de 5 à 8 %, en dépit des fortes réticences que l’annonce de cette mesure avait suscitées. Mais d’après les calculs de plusieurs économistes américains, cette hausse de la TVA et celle — de 8 à 10 % — qui devrait lui faire suite en octobre 2015 seront loin d’être suffisantes pour redresser les finances publiques de l’Archipel. Kobayashi Keiichirô, professeur d’économie à l’Université Keiô, se penche sur les « chiffres inquiétants » proposés par ces éminents chercheurs et sur l’éventualité d’une crise d’endettement au Japon.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone