Dossier spécial Allons voir les festivals japonais !
Un somptueux festival d’été : le Festival de Samba d’Asakusa
[28.08.2015] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Des débuts modestes en 1981 n’ont pas empêché le Festival de Samba d’Asakusa de devenir au fil des ans l’un des plus importants festivals d’été de toute l’Asie, attirant chaque année quelques 500 000 spectateurs. Avec 4000 participants regroupés en 18 équipes, le concours est acharné.

Le Festival de Samba d’Asakusa, l’un des plus importants festivals d’été en Asie, aura lieu cette année le 29 août.

La vidéo présente des scènes du festival 2014. La pluie et un ciel bas laissèrent place au dernier moment à un soleil radieux, un temps idéal pour la samba ! 500 000 spectateurs le long des rues envoyèrent leurs sourires de bonheur et de joie aux danseurs dans leurs costumes époustouflants.

Asakusa adore la nouveauté

C’est en 1981 que le Festival de Samba d’Asakusa fut créé, sur une suggestion du comédien local Ban Junzaburô que cela pourrait aider à redynamiser le quartier. Car, si le quartier est aujourd’hui synonyme du Tokyo traditionnel, Asakusa a longtemps été le quartier où se faisaient et se défaisaient les dernières modes, un lieu qui adorait tout ce qui était nouveau.

C’est ainsi que la première salle de cinéma du Japon, le Denkikan, fut construit à Asakusa, de même que le premier aquarium public et le premier gratte-ciel des temps modernes, avec 12 étages et un ascenseur électrique. Asakusa resta d’ailleurs le quartier des derniers loisirs à la mode pour la majeure partie du XXe siècle.

C’est encore tout à fait ce qui s’est passé avec le Festival de Samba d’Asakusa. Quand le festival fut créé, la culture brésilienne était beaucoup moins familière des Japonais qu’elle l’est devenue depuis. Mais la samba-spectacle est devenue de plus en plus sophistiquée, sur le modèle de la danse pratiquée à Rio de Janeiro, au fur et à mesure que le nombre de Brésiliens vivant au Japon augmentait.

Le Festival de Samba d’Asakusa n’est pas seulement un spectacle, c’est aussi un concours, et les équipes engagées rivalisent par la musique, les costumes, les chars, la danse et autres performances, en fonction d’un thème donné. Des habitants du quartier aux touristes du monde entier, des dizaines de milliers de fans se pressent dans les rues d’Asakusa pour admirer les danses somptueuses.

Les costumes sont thématiques.

Le concours de chars.

Un groupe de samba d’inspiration japonaise.

(Photos : Yamada Shinji)

▼A lire aussi
Promenons-nous à Asakusa Les liens entre le Japon et le Brésil passent par l’économie et le football
  • [28.08.2015]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une fête pour faire tomber la pluie : Suneori AmagoiUn festival traditionnel sans équivalent, en forme de rite pour faire venir la pluie, intitulé Suneori Amagoi, se déroule à Tsurugashima dans la préfecture de Saitama. Un énorme dragon est fabriqué à cet effet par les résidents locaux, puis porté en procession. Ce rite de la pluie a lieu une fois tous les quatre ans, les années des Jeux olympiques d’été ! Ce festival est répertorié comme bien culturel folklorique national.
  • L’histoire étonnante du festival de la neige de SapporoDans l’île septentrionale d’Hokkaidô, le festival de la neige de Sapporo (Sapporo yuki matsuri) est l’un des événements les plus importants de l’hiver. Chaque année, elle attire des foules de visiteurs venus du monde entier. Pourtant, lors de sa première édition, en 1950, elle ne comportait en tout et pour tout que six petites sculptures de neige élaborées par des lycéens de la ville.
  • Savez-vous danser l’Awa odori ?L’Awa odori est certainement l’un des plus célèbres des danses traditionnelles japonaises. C’est également un festival annuel qui attire énormément de monde pendant l’été dans sa région d’origine, Tokushima, dans l’île de Shikoku. Venez avec nous faire connaissance avec cette tradition riche de 400 ans d’histoire !
  • Gion matsuri et l’hospitalité légendaire des KyotoïtesDu premier au dernier jour de juillet, la ville millénaire de Kyoto se pare aux couleurs de « Gion Matsuri », le festival de Gion. Ce sont évidemment les temps forts du « yoiyama », du 14 au 16, et la procession des « yama-hoko » le 17 qui attirent le plus de monde. L’esprit de l’hospitalité des citoyens de Kyoto, qui allaient jusqu’à importer des objets précieux de l’étranger pour décorer leurs chars, a toujours soutenu ce festival traditionnel, le plus important de tous les matsuri d’été du Japon.
  • Des « dingues de Nebuta » vouent une véritable passion au festivalDe gigantesques lanternes de papier en forme de personnages folkloriques paradent dans la ville, accompagnés de leurs danseurs (appelés haneto) aux beaux chapeaux en bambou. L’âme passionnée des gens du nord, mise en réserve durant les longs hivers, explose littéralement lors du festival des Nebuta d’Aomori. Certains amateurs en sont tellement fous, que dans le pays, on les appelle les « dingues de Nebuta ».

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone