Dossier spécial Post 11 mars 2011 : les challenges
Le message de Ito Toyo, architecte
[07.05.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Que peut faire l’architecture dans les projets de reconstruction après le séisme du Tôhoku du 11 mars 2011 ? La « Maison pour tous » a été initiée pour répondre à cette question essentielle. À travers ce projet développé autour de Ito Toyo, c’est le sens de l’architecture au XXIe siècle qui se trouve en question.

Ito Toyo

Ito ToyoArchitecte. Né en 1941. Diplomé d’architecture de la faculté de technologie de l’Université de Tokyo en 1965. Principales réalisations : Médiathèque de Sendai ; immeuble TOD à Omotesandô ; Bibliothèque de l’Université des Arts de Tama ; Stade principal des Jeux Mondiaux de Kaohsiung 2009 (Taiwan) ; Musée d'Architecture Ito Toyo d’Imabari, etc. Projets en cours de réalisation : Taichung Metropolitan Opera House (Taiwan) ; La Forêt pour tous (Minna no mori) Gifu Média Cosmos, etc. Prix de l’Académie japonaise d’architecture, Lion d’Or de la Biennale de Venise, Médaille d’Or de l’Institut Royal des Architectes du Royaume-Uni (RIBA), Prix Asahi, Prix du prince Takamatsu du Mémorial de la Culture Mondiale, Prix Pritzker pour l’Architecture (appelé le « Nobel de l’Architecture »).

Un projet qui repose la question « où commence l’architecture ? »

Deux ans se sont écoulés depuis le séisme du Tôhoku. Dans les zones côtières, les plus endommagées, le traitement des gravats se poursuit. Mais le poids physique et moral que supportent les personnes relogées dans des logements temporaires est toujours extrêmement lourd à porter, et la solitude des victimes séparées de leur communauté d’origine se fait de plus en plus sérieux.

Rikuzen-Takata

Face à ces dommages sans précédent, n’y a-t-il rien qu’un architecte puisse faire ? Pour répondre à ces appels, et dès le début de la catastrophe, Ito Toyo s’est attelé à deux projets qu’il poursuit depuis sur deux plans : le premier consiste à participer en tant que conseiller du plan de reconstruction de la ville de Kamaishi. D’autre part, la création de la « Maison pour tous (Minna no ie) », qui fait appel à plusieurs de ses collègues architectes, Kuma Kengo, Sejima Kazuyo, Naitô Hiroshi et Yamamoto Riken.

Comme son nom l’indique, la Maison pour tous est un lieu de rencontre ouvert à tout le monde. Depuis qu’il a été témoin de la vie de solitude forcée des réfugiés dans les logements temporaires, Ito Toyo a eu envie de « créer un lieu pour ceux qui ont perdu leur maison, un endroit où se réunir, se parler autour d’un verre ou pour manger ensemble, un lieu pour réchauffer les cœurs […] À partir de cette base, dans la Maison pour tous, ce sont eux qui discuteront de comment ils ont l’intention de rétablir leur ville ».

Gardons à l’esprit que le séisme du Tôhoku a détruit des villes et des bâtiments qui avaient été construits selon les valeurs de l’économie de marché et du rationalisme moderne. Autrement dit c’est aussi ce système social et ce modèle économique qui a été fortement secoué. Devant la vision de la catastrophe, Ito Toyo ne pouvait pas se retenir de se poser des questions : « Qu’est-ce que l’Architecture, alors ? », « On contruit pour qui ? Pour quoi ? ». « L’architecture ne peut plus demeurer la même ». Ces réflexions ont déterminé le concept de la Maison pour tous.

Au jour d’aujourd’hui, trois Maisons pour tous ont été construites dans le département d’Iwate, trois autres dans le département de Miyagi, et plusieurs autres sont en cours de construction. L’architecture en est chaque fois différente, mais toutes ont un point commun : elles ont été pensées et conçues en partenariat entre les usagers et les architectes. À chaque Maison pour tous, l’architecte en charge est allé à l’écoute des souhaits de ceux qui habitent les logements temporaires mis en place pour les réfugiés, des constructeurs, des élèves, des entrepreneurs du bâtiment et de simples habitants, qui tous ont collaborés pour réaliser le projet. Les Masisons pour tous sont réellement des constructions « pour tous » et « par tous ».

  • [07.05.2013]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Quatre ans après le séisme, le Sanriku aujourd’hui (2ème partie)Le 11 mars 2011, le littoral du Sanriku a été dévasté par le tsunami. Pour cette région déjà mal desservie, sans industrie notoire et minée par le dépeuplement avant même la catastrophe, l’anéantissement a été total. Quatre ans depuis. Ne reste aujourd’hui, des zones sinistrées d’où les débris ont été déblayés, que d’immenses terrains vagues et vides. 2ème partie : Kesen-numa, Togura, Onagawa.
  • Quatre ans après le séisme, le Sanriku aujourd’hui (1ère partie)Le 11 mars 2011, le littoral du Sanriku a été dévasté par le tsunami. Pour cette région déjà mal desservie, sans industrie notoire et minée par le dépeuplement avant même la catastrophe, l’anéantissement a été total. Quatre ans depuis、ne reste aujourd’hui, des zones sinistrées d’où les débris ont été déblayés, que d’immenses terrains vagues et vides. 1ère partie : Rikuzen-Takata, Tarô, Ôtsuchi.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone