Dossier spécial Quand gourmandise rime avec plaisir
Les râmen, plébiscitées par les Japonais

Ishiyama Hayato [Profil]

[04.08.2015] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Les râmen connaissent aujourd’hui un succès croissant dans le monde entier. Un spécialiste revient pour nous sur l’origine de ce plat et ses perspectives.

Né à Aomori, goûter aux râmen de nombreux restaurants était déjà un passe-temps lorsque j’étais lycéen. À mon entrée à l’université à Tokyo, j’ai commencé à vivre seul. Avoir la liberté de choisir mes repas a renforcé mon intérêt pour les râmen, d’autant plus qu’à Tokyo, j’ai découvert des variantes introuvables à Aomori.

L’auteur (à gauche) présente à la télévision le restaurant Ramen Dining Jingu à Tokyo, qu’il a conçu.

Pour moi qui ne connaissais que les râmen servies dans un bouillon maigre à base de poisson séché assaisonné de sauce de soja, les râmen à la mode de Hakata ou de Yokohama, avec leur riche bouillon à base d’os de porc mijotés, ont constitué un véritable choc. Je me souviens avoir sillonné la ville sur ma moto, à la recherche du bouillon le plus riche possible.

Étudiant, je mangeais des râmen tous les midis. Mon université avait des campus à Shibuya et Yokohama, deux hauts lieux de la culture des râmen ; je déjeunais donc chaque jour dans un restaurant différent. À force de comparer mon avis à celui de mes camarades, j’ai fini par fonder le Cercle d’étude des râmen, reconnu par l’université. C’est ainsi que j’ai pu participer à l’émission télévisée Le championnat des râmen ; ma présence dans les médias m’a conduit à faire de ce passe-temps mon métier.

▼A lire aussi
Les Japonais adorent les râmen ! Une visite au Musée du râmen

La base : un bol de râmen par jour

C’est en 2004 que j’ai pour la première fois supervisé un guide gastronomique sur les râmen dans la préfecture d’Aomori. Jusque-là, j’avais déjà écrit des articles pour des magazines, mais c’était la première fois que je rédigeais un livre entier. Il m’a fallu visiter plus d’une centaine de restaurants en deux mois, à un rythme soutenu. Le succès de ce premier guide a débouché sur la rédaction d’une vingtaine d’autres livres sur les râmen en dix ans.

Ces dernières années, je travaille de plus en plus pour la télévision, mais la base de mon travail reste la dégustation quotidienne de râmen variées. Je m’intéresse également aujourd’hui à d’autres genres culinaires, comme le yakiniku ou les sushis, ce qui fait que je mange moins de râmen qu’autrefois, mais, malgré tout, je continue à en avaler au moins un bol par jour, sans relâcher mes efforts de recherche.

Il ne faut pas sous-estimer les râmen. Elles constituent un fonds commun à tous les Japonais, et les amateurs de râmen sont nombreux. Elles m’ont permis de me faire des amis dans les rangs des P.-D.G. de grandes entreprises, des sportifs connus, des actrices ou encore des stars du petit écran. Ces relations et ce qu’elles m’ont appris me permettront à l’avenir de travailler encore plus efficacement à la promotion du secteur des râmen.

  • [04.08.2015]

Critique gastronomique spécialiste des râmen. Fondateur du Cercle d’étude des râmen lorsqu’il était étudiant, il a depuis dégusté les râmen de plus de 6 000 restaurants. Participe à de nombreuses émissions télévisées et projets variés. Consultant en création de nouilles instantanées, auprès de restaurants de râmen et dans des domaines connexes, il participe aussi à faire connaître les râmen à l’étranger. Auteur de l’ouvrage bilingue japonais-anglais The Ramen Book (Jitsugyô no Nihonsha, 2015), entre autres.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Tourisme gourmet à HakataFukuoka est la capitale et la plus grande ville de la préfecture du même nom. Mais le cœur de la ville de Fukuoka, c’est Hakata, son centre-ville populaire et industrieux. Au point que la gare principale de Fukuoka s’appelle la gare de Hakata. Le quartier regorge de restaurants et de commerces de toutes sortes. Nous vous présentons ici les trois grandes spécialités de Hakata, la ville des gourmets.
  • Tourisme gourmet à AomoriChaque été, à l’occasion du festival Nebuta, la fièvre touristique gagne la préfecture d'Aomori, située à l'extrémité septentrionale de l’île principale Honshû. Le printemps, tardif dans ce pays du nord, n’est pas à négliger non plus. Des lieux de grande nature valent le détour, comme le lac Towada et le torrent Oirase. Et voici ce que vous trouverez à déguster.
  • Le succès mondial de la cuisine japonaise enflamme la demande en riz pour sakéAvec l’engouement mondial pour la cuisine japonaise, le succès du saké, ingrédient inséparable s’il en est du washoku, ne cesse de monter en flèche. Il existe plus d’une centaine de variétés de riz convenant à la fabrication du saké, mais c’est le Yamada Nishiki qui fait la quasi unanimité auprès des brasseurs de saké. Et aujourd’hui, la demande pour ce type de riz s’est mise brusquement à augmenter.
  • « Wagyû », le bœuf japonais renommé dans le monde entierÀ l’heure actuelle, la cuisine japonaise fait l’objet d’un engouement à l’échelle de la planète. Le wagyû, le célèbre bœuf marbré de blanc très persillé de l’Archipel, n’y a pas échappé. Il est réputé dans le monde entier pour sa saveur, son fondant et sa tendreté incomparables.
  • La délicate douceur du sucre japonais « wasanbon »Le sucre wasanbon fabriqué dans l’île de Shikoku est un des ingrédients essentiels des friandises japonaises. Son arôme discret et sa douceur délicate contribuent à donner aux gâteaux japonais, ou wagashi, une saveur particulière. Les visiteurs de la Raffinerie de sucre Hattori dans la préfecture de Tokushima ont la possibilité de confectionner eux-mêmes des gâteaux wasanbon à la main.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone