Série Les légendes vivantes du Japon
Ozawa Seiji, un chef d’orchestre au sommet du monde

Shibata Katsuhiko [Profil]

[27.06.2018] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 |

Ozawa Seiji est l’un des très rares chefs qui occupent le sommet de la musique classique aujourd’hui dans le monde. Ce n’est pas l’élite musicale, mais bien la force de ses poignets associée à ses nombreuses qualités humaines qui l’y a hissé. Suivons ensemble le parcours de ce personnage au charisme exceptionnel.

Le 1er janvier 2002, quand Ozawa Seiji dirige le Concert du Nouvel An de l’Orchestre philarmonique de Vienne, il est le premier chef japonais à conduire cet événement riche de 60 ans d’histoire et retransmis en direct dans une soixantaine de pays. C’est à l’automne de cette même année qu’il prit la direction musicale de l’Opéra National de Vienne, après avoir assuré pendant près de 30 ans celle du prestigieux Orchestre symphonique de Boston, l’un des cinq plus grands orchestres américains.

Sa carrière l’a hissé au sommet de la musique classique occidentale, achèvement exceptionnel pour un Japonais, car il est le seul à avoir accompli un tel parcours, et très peu lui arrivent même à la cheville.

L’enfance « continentale »

Ozawa Seiji est né le 1er septembre 1935 à Mukden, en Mandchourie (actuellement Shenyang, en Chine), troisième fils d’Ozawa Kaisaku, issu d’une famille pauvre de paysan de la province de Yamanashi, qui était devenu dentiste à force de labeur. Il ouvrit à 23 ans un cabinet en Mandchourie, à l’époque coloniale japonaise, et y épousa Wakamatsu Sakura. La famille déménagea à Mukden quand le père s’impliqua en politique, et devint l’un des fondateurs de l’Association Concordia, un groupement politique qui visait à l’unité des différents peuples d’Asie. Son nom personnel « Seiji » est formé du caractère Sei, en hommage au général Itagaki Seishirô, que son père connaissait, et du caractère Ji, en hommage au chef d’État-major de l’armée du Kantô Ishihara Kanji. Seiji passa son enfance en Mandchourie jusqu’à l’âge de 6 ans. On peut dire que sa personnalité, assez éloignée de celle d’un Japonais, est à rechercher dans sa prime éducation continentale et le dynamisme de son père.

Ozawa n’appartenait en aucune façon à l’élite musicale. Sa première rencontre avec la musique remonte à l’âge de 5 ans, quand sa mère lui offrit un accordéon pour Noël. La famille rentra au Japon en 1941 et s’installa à Tachikawa, en périphérie de Tokyo. Puis il commença l’étude du piano à 10 ans.

Si Seiji rêva un temps de devenir pianiste, il s’y était pris de toute façon trop tard. Vint alors le mois de décembre 1949, où il assista à un concert dans le quartier de Hibiya, concert du pianiste d’origine russe Leonid Kreuzer, qui dirigeait au piano l’Orchestre symphonique du Japon (l’actuel Orchestre symphonique de la NHK). Ce fut pour Seiji un éblouissement. Et heureuse nouvelle, quand il apprit qu’un lointain parent de sa mère, Saitô Hideo (1902-1974), était violoncelliste et pédagogue, il forma le souhait de suivre son enseignement. Il était alors en 3e année de collège.

Formé sous deux grands maîtres

En 1982 avec Herbert Von Karajan, directeur musical de l’Orchestre philarmonique de Berlin (© Fujifotos/Aflo)

Décidément, la vie est faite d’une succession de rencontres. C’est en tout cas ce que l’on ressent en suivant le parcours d’Ozawa Seiji…

Saitô Hideo, qui forma tant de nombreux musiciens et chefs d’orchestre à l’université de musique Tôhô Gakuen, fut donc son premier maître. C’est également dans la classe de direction d’orchestre de Saitô Hideo qu’Ozawa fit la rencontre de Yamamoto Naozumi (1932-2002), que même les enfants au Japon connaissaient comme chef d’orchestre à la télé et compositeur du thème des films de Tora-san. C’est Yamamoto, son aîné, qui donna à Ozawa ses premières leçons de direction d’orchestre. En 1952, Ozawa entra dans la section musique du Lycée de jeunes filles Tôhô que Saitô avait contribué à créer, puis à l’université Tôhô Gakuen de cycle court en 1955. Mais il se persuada que pour étudier sérieusement la musique, il lui fallait aller à l’étranger. Yamamoto l’y encouragea en ces termes : « Si la musique est une pyramide, moi, je travaillerai à en élargir la base. Toi, va en Europe et monte jusqu’au sommet ». Ce qu’ils firent, chacun de son côté.

En février 1959, Ozawa, âgé de 23 ans, s’embarqua donc seul sur un cargo avec son scooter pour la France, où il s’était inscrit au concours de direction d’orchestre de Besançon. À vrai dire, son dossier d’inscription était parvenu au-delà de la date limite, mais grâce à un mot d’un employé de l’Ambassade des États-Unis, il fut admis à concourir, et remporta la compétition. Ce fut son premier pas vers le succès.

Le maestro Charles Münch, qui faisait partie du jury, le recommanda pour l’Orchestre de Boston, qu’il dirigea en 1960 à l’occasion du festival d’été de Tanglewood (Massachussetts). Il se fit remarquer alors par Leonard Bernstein, qui le prit comme assistant pour diriger l’Orchestre philarmonique de New York en 1961. Il fut également reçu au concours pour devenir le disciple de Herbert Von Karajan à Berlin. Et c’est ainsi qu’Ozawa Seiji se retrouva à suivre directement l’enseignement des deux plus grands chefs qui marquèrent la seconde moitié du XXe siècle, Karajan et Bernstein, parcours que certainement aucun autre chef d’orchestre du monde entier n’a suivi avant ni après lui.

  • [27.06.2018]

Critique musical, éditeur. Né à Fukuoka en 1957. Diplômé de Lettres de l’Université Kokugakuin. Tromboniste, il jouait dans la fanfare de son lycée, puis de son université, et travaillait dès cette époque comme employé pour l’Orchestre Philarmonique de Tokyo. Éditeur pour une revue de critique musicale, responsable de la publicité pour une agence de management dans le domaine de la musique classique, puis critique musical free-lance, mais également rédacteur de programmes de concert, éditeur, conférencier… Auteur de Ozawa Seiji to Yamamoto Naozumi (« Ozawa Seiji et Yamamoto Naozumi », éditions du Journal Asahi, 2017).

Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone