Série Japan Data
182 millions de croyants au Japon…sur 126 millions de Japonais ?
[05.01.2019] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

D’après l’Agence pour les Affaires culturelles, le nombre total de croyants au Japon à la date du 31 décembre 2016 atteignait les 182,23 millions. Pourquoi un tel chiffre, supérieur de près de 40 % à une population de 126 millions d’habitants ?

Selon l’Enquête statistique sur les religions menée tous les ans par l’Agence pour les Affaires culturelles, le nombre de croyants recensés par les regroupements religieux d’obédience shintô était de 84,74 millions et de 87,7 millions pour les groupes d’obédience bouddhiste, pour un total de 172,44 millions de personnes. En ajoutant les croyants d’obédience chrétienne et ceux des autres religions, on atteint le chiffre de 182,23 millions de personnes, un chiffre dépassant de 40% la population totale du Japon.

On peut évoquer plusieurs raisons à cette inflation du nombre de croyants par rapport à la population. La première, c’est que le principe de la liberté religieuse et de la séparation entre la religion et l’État est strictement respecté et, qu’à ce titre, l’ingérence de l’administration dans les regroupements religieux est limitée au minimum. Les statistiques sont donc fournies volontairement par les groupes religieux eux-mêmes et la définition du terme « croyant » est laissée à leur discrétion. À un certain moment, le nombre total de croyants a même dépassé les 200 millions !

L’attitude des Japonais par rapport à la religion apporte une autre raison. Au Japon, la religion shintô basée sur des croyances primitives autochtones a fusionné avec la religion bouddhiste venue du continent vers le VIe siècle, et ce syncrétisme shintô-bouddhiste s’est poursuivi pendant plus de mille ans, jusqu’à la mise en vigueur du décret « Shinbutsu bunri », à savoir l’interdiction légale du mélange des divinités shintoistes (kami) et du bouddha par le gouvernement Meiji. Comme il n’existe pas de cérémonie définie pour l’entrée en religion aussi bien dans le shintô que dans le bouddhisme, les Japonais n’ont pas conscience d’être croyants, alors que les événements religieux sont profondément enracinés dans les coutumes et les rites de saison de leur vie quotidienne.

Par conséquent, de nombreux Japonais, une semaine après avoir célébré Noël, vont au temple bouddhiste le 31 décembre, jour appelé ômisoka, pour entendre joya no kane, la cloche de la dernière nuit de l’année. Ils se rendent ensuite, dès la nouvelle année venue, au sanctuaire shintô pour leurs premiers vœux, sans ressentir de gêne et sans avoir l’impression de commettre un péché. Pour la majorité des Japonais, le mariage est célébré à l’église et les funérailles selon les rites bouddhistes. Leur maison est dotée aussi bien de l’autel bouddhique butsudan que du petit sanctuaire shintô kamidana, et il n’est pas rare qu’ils appartiennent à la fois à une famille relevant d’un temple bouddhiste et à la famille des fidèles d’un sanctuaire shintô. C’est de cette façon que les croyants sont comptés deux fois et que leur nombre en vient à dépasser celui de la population du pays.

Pour référence, le nombre de sanctuaires shintô dans l’ensemble du Japon est de 81 158, et celui des temples bouddhistes de 77 256, alors que les magasins de proximité konbini des trois plus grandes enseignes japonaises (Seven-Eleven, FamilyMart et Lawson) ne sont au total que de 51 366 sur tout le territoire. Ce qui montre bien que, dans la vie quotidienne, les sanctuaires et les temples sont plus proches des Japonais que les supérettes.

Les cinq préfectures ayant le plus grand nombre de temples bouddhistes et de sanctuaires shintô sont indiqués dans le tableau ci-dessous. On dit que la préfecture d’Aichi compte un grand nombre de temples et de sanctuaires, vestiges historiques protégés avec grand soin, parmi lesquels sont vénérés les divinités tutélaires de chefs de guerre et les temples familiaux où reposent les ancêtres  des plus grands dirigeants du Japon, Nobunaga, Hideyoshi et Ieyasu, tous trois originaires de la région.

Les cinq préfectures ayant le plus grand nombre de temples et de sanctuaires

Temples bouddhistes Sanctuaires shintô
1 Aichi 4 589 Niigata 4 732
2 Osaka 3 389 Hyôgo 3 864
3 Hyôgo 3 289 Fukuoka 3 421
4 Shiga 3 213 Aichi 3 359
5 Kyoto 3 077 Gifu 3 272

Source : Agence pour les Affaires culturelles

(Photo de titre : le temple Sanno-in à Koya-san, de l’école bouddhique Shingon. Pixta)

  • [05.01.2019]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone