Les endroits à visiter à tout prix !

La faune et la flore de l’île paradisiaque d’Amami Ôshima

Tourisme Région

L’île d’Amami Ôshima est un véritable paradis où les trésors de la nature sauvage, dont de vastes forêts primitives où poussent mangroves et fougères, forment un environnement naturel dans lequel vivent de rares espèces d’insectes et autres animaux exotiques. Partons, appareil-photo en main, à la découverte de ce magnifique lieu.

L’île d’Amami Ôshima, située tout au sud du Japon, dans la préfecture de Kagoshima, a beaucoup à offrir à ses visiteurs. En plus des ses eaux limpides, les forêts vierges qui recouvrent une majeure partie de l’île impressionnent par la beauté restée intacte.

Les forêts primitives de mangroves

Les rivières Sumiyô et Yakugachi se rejoignent dans ce grand estuaire.
Les rivières Sumiyô et Yakugachi se rejoignent dans ce grand estuaire.

Couvrant une zone de 71 hectares, la forêt de mangroves de la zone de Sumiyô-chô est la deuxième plus grande du Japon (la première est celle de l’île Iriomote, à Okinawa). Non loin de cet endroit, le Parc de mangroves de Kuroshio dispose d’un site d’exposition et d’un pont d’observation, ainsi que de canoë de locations pour les visiteurs désirant voir ce merveilleux écosytème de plus près.

Les rivières s’écoulent à travers les forêts primitives de mangroves.
Les rivières s’écoulent à travers les forêts primitives de mangroves.

Les chutes de Materiya

Les rayons du soleil se projettent sur la cascade Materiya ainsi que sur le bassin en contrebas.
Les rayons du soleil se projettent sur la cascade Materiya ainsi que sur le bassin en contrebas.

Situées dans la forêt du village Yamato, les chutes de Materiya (Materiya-no-taki) sont depuis longtemps l’un des lieux de relaxation privilégié par les villageois, pour la beauté de ses chutes bien sûr !

Les palmiers et les bananeraies

Il est très rare que ces types de palmier appelé « sagoutier » poussent ainsi à profusion. En temps de guerre, ces arbres étaient utilisés pour la production de nourriture et de carburant.
Il est très rare que ce type de palmier appelé « sagoutier » pousse ainsi à profusion. En temps de guerre, ces arbres étaient utilisés pour la production de nourriture.

Le lieu appelé Ankiyaba offre l’une des meilleures vues sur les montagnes couvertes de palmiers et de bananeraies. Ce type de palmier est appelé « sagoutier », et ses feuilles sont une source de fer pour les teintures des fabriques des soieries d’Ôshima. Les fibres des bananiers servent quant à elles à fabriquer un type de kimono connu sous le nom de bashagin. Ces exemples illustrent parfaitement les liens profonds entre la culture d’Amami et la flore locale.

Les plantes à fibres d’Ankiyaba sont connues sous le nom d’itobashô.
Les plantes à fibres d’Ankiyaba

La forêt primitive de Kinsakubaru

Les fougères cyathea lepifera vues d’en-dessous,
Les fougères arborescentes vues d’en-dessous

Au sein des montagnes d’Amami Ôshima, de nombreuses espèces d’arbres subtropicaux poussent dans la forêt primitive de Kinsakubaru, à Naze. Vues du sol, le soleil frappant ses rayons contre les fougères arborescentes géantes (de type cyathea lepifera) donnent l’impression d’admirer des parasols volants ! D’autres plantes et espèces protégées propres à Amami poussent également dans cette forêt.

Une photo aérienne des vastes étendues de la forêt primitive de Kinsakubaru.
Une photo aérienne des vastes étendues de la forêt primitive de Kinsakubaru

Le geai de Lidth

Le rukikakesu ou geais de Lidth fut désigné comme espèce protégée par le gouvernement japonais.
Le geai de Lidth (ruri kakesu) fut désigné comme espèce protégée par le gouvernement japonais.

Dans la nature luxuriante d’Amami Ôshima, on peut également trouver des animaux protégées très rares tels que le lapin noir d’Amami (Amami no kuro usagi), la grenouille Otton (otton-gaeru) ou le geais de Lidth (ruri kakesu). Ce dernier, au brillant plumage bleu sombre aux nuances de violet est une espèce qui ne vit que dans l’archipel d’Amami.

Les libellules de Ryûkyû

On peut souvent apercevoir des demoiselles de Ryukyu près des eaux.
On peut souvent apercevoir des libellules de Ryukyu près des eaux.

Introuvables sur les îles principales du Japon, les libellules de Ryûkyû (Ryûkyû haguro tonbo) vivent sur un territoire qui s’étend d’Amami Ôshima à l’archipel d’Okinawa. Leur torse long et élancé, d’un vert luisant, fait contraste avec le noir de leurs ailes. La variété caractéristique d’Amami Ôshima dispose d’une portion bleue sur les ailes moins étendue que sur celles du spécimen d’Okinawa.

Habu, le vénimeux crotale

Le habu étant une espèce nocturne, il est très important de faire attention à la nuit tombé
Le habu étant une espèce nocturne, il est très important de faire attention à la nuit tombée.

Parmi les autres espèces rares d’Amami Ôshima, on compte la présence de serpents qui n’existent géographiquement qu’à partir du sud de l’île de Kyûshû. Parmis ces espèces se trouve le akamata (appelé aussi « serpent à la drôle de dent ») et le habu. Ce dernier est particulièrement venimeux, et il est recommandé aux visiteurs de ne surtout pas s’approcher s’ils en croisent un.

Le coucher de soleil de Yuwan-dake

Vue du coucher de soleil sur la baie de Yakeuchi, depuis le pont d’observation de Yuwandake.
Coucher de soleil sur la baie de Yakeuchi, depuis le pont d’observation de Yuwandake

Situé entre les villages de Uken et de Yamato, Yuwan-dake est le plus haut de tous les pics d’Amami Ôshima, culminant à 694 mètres. Une forêt primitive y pousse, et des animaux uniques à l’île peuvent y être trouvés, dont le lapin noir d’Amami, la mésange d’Owston, et la grenouille Otton. Le coucher de soleil de cet endroit compte parmi les plus sublimes panoramas d’Amami. En combinaison avec le ciel doré aux nuances d’ombres portées par la ligne des montagnes, on peut en effet dire qu’il s’agit là d’un endroit d’une beauté à couper le souffle.

(Reportage, texte et photos : Kuroiwa Masakazu, 96 Box)

tourisme nature île été