Comment la France a-t-elle fait pour perpétuer l’esprit du judo

Culture Sport

En France, le judo est un sport populaire pour les enfants, et l’idée qu’il occupe une place importante dans leur éducation morale est très répandue. L’auteure, qui a jadis entraîné l’équipe de France de judo, affirme que ce pays a préservé certains aspects du judo traditionnel qui sont menacés de disparition au Japon, le pays natal de ce sport. Elle nous explique également l’histoire de l’expansion du judo moderne.

En 2017, la Fédération française de judo comptait 604 816 adhérents (d’après des statistiques de l’Institut national de la statistique et des études économiques). Ce chiffre plaçait alors le judo aux premiers rangs des sports de compétition les plus populaires, juste derrière le football, le tennis, le basket-ball et l’équitation. Cet effectif dépasse de loin celui de l’organisation équivalente dans le pays de naissance du judo, la Fédération japonaise de judo, qui compte quelque 150 000 membres.

On compte 5 700 clubs de judo en France, dont 75 % des membres ont entre 10 et 19 ans. C’est pour cette raison que la fédération attache beaucoup d’importance à l’éthique et à la moralité de l’entraînement. Elle s’est dotée d’un code de conduite où sont formulés huit préceptes qui constituent des principes directeurs pour les enseignants comme pour les pratiquants. Chacun de ces préceptes utilise un mot-clé japonais écrit en idéogramme kanji, ce qui illustre bien l’imprégnation de l’influence des idées et de la morale japonaises au sein du judo français.

Le « code moral » de la Fédération française de judo tel qu’il apparaît sur son site Internet. Les huit préceptes sont l’amitié, le courage, la sincérité l’honneur, la modestie, le respect, le contrôle de soi et la politesse.
Le « code moral » de la Fédération française de judo tel qu’il apparaît sur son site Internet. Les huit préceptes sont l’amitié, le courage, la sincérité l’honneur, la modestie, le respect, le contrôle de soi et la politesse.

Plusieurs judokas français sont devenus des célébrités nationales, comme le champion olympique actuel Teddy Riner, qui a gagné la médaille d’or dans la catégorie des plus de 100 kg aux Jeux olympiques de Londres et de Rio.

Comment le judo a–t-il réussi à devenir aussi populaire en France, si loin de son pays d’origine ? Et comment la France est-elle arrivée à compter davantage de judokas que le Japon ? Pour tenter de répondre à ces questions, je vais me pencher rétrospectivement sur l’histoire du judo moderne.

Les hommes qui ont répandu le judo dans le monde

À l’ère Meiji (1868-1912), des arts martiaux comme le jujitsu et l’escrime étaient d’importantes survivances de la culture traditionnelle des samouraï dans un Japon en voie de modernisation rapide. Peut-être l’homme qui a joué le plus grand rôle dans la préservation de ces arts martiaux a-t-il été Kanô Jigorô, le fondateur du judo moderne, qui l’a introduit dans le cursus scolaire sur tout le territoire japonais. Kanô s’est consacré à la préservation du jujitsu et d’autres arts martiaux à une époque où ils étaient en plein déclin, et il s’est efforcé de leur faire une place dans la nouvelle culture, de façon à s’assurer de leur passation à la génération suivante. À cet égard, ses ambitions étaient similaires à celles de gens comme Ernest Fenollosa et Okakura Kakuzô, qui ont cherché à préserver les traditions artistiques du Japon. Kanô a rejoint le département de littérature de l’Université de Tokyo en 1877, la même année qu’Okakura, et il a par la suite occupé de hautes fonctions dans l’éducation, notamment en tant que chef d’établissement au Gakushûin et à l’École normale supérieure de Tokyo.

La tendance à considérer les arts martiaux et le jujitsu comme parties intégrantes de l’héritage du bushidô japonais était très prononcée dans le monde occidental de cette époque. Après avoir fondé l’Institut de judo Kodokan en 1882, Kanô a été nommé au ministère de l’Enseignement en 1889 et chargé d’effectuer une étude du contexte éducationnel dans les écoles et les universités européennes. Il passa un an et demi en Europe et consacra les temps libres que lui laissaient ses responsabilités officielles à effectuer des démonstrations de judo.

Le disciple de Kanô Yamashita Yoshitsugu, qui a vécu aux États-Unis de 1903 à 1907, a initié au judo des habitants de Seattle, Chicago, New York et Washington. C’est à peu près à la même époque que le président Theodore Roosevelt a lui aussi suivi des cours de judo Kodokan. Christopher Benfey, un lettré américain, professeur à l’Université du Mont Holyoke, a raconté par écrit dans son ouvrage The Great Wave : Gilded Age Misfits Japanese Eccentrics and the Opening of Old Japan (La grande vague : les marginaux excentriques de l’âge d’or au Japon et l’ouverture du vieux Japon) la façon dont Roosevelt a été initié au jujitsu par William Sturgie Bigelow, l’éminent collectionneur d’art japonais, et a éprouvé un tel enthousiasme qu’il a fait installer un dojo dans la Maison Blanche. 

La diffusion du jujitsu à l’étranger montrait que cet aspect du bushidô avait désormais pris racines dans divers pays, dont la France. À l’époque, la majorité des étrangers ne faisaient guère de différences entre le jujitsu et le judo, dans lesquels ils voyaient deux exemples d’arts martiaux japonais issus de la tradition du bushidô. En témoigne le nom officiel de la Fédération française de judo : Fédération française de judo, jujitsu, kendo et disciplines associées. La parité de traitement accordée jusqu’à nos jours au jujitsu dans le nom officiel de la fédération est un reflet de l’histoire de ce sport en France ainsi que de la place importante qu’il occupe aux racines du judo moderne.

Dans la continuité de ces pionniers, la popularisation du jujitsu et du judo en Occident est principalement l’œuvre d’un petit nombre de Japonais des classes privilégiées. En France, figuraient parmi eux des gens comme Sugimura Yôtarô, qui a été ambassadeur du Japon en Italie, en France et auprès du Comité international olympique, le journaliste et essayiste Ishiguro Keishichi et le peintre Fujita Tsuguharu.

Outre cela, des judokas ont traversé les mers pour venir en Europe. En Grande-Bretagne, Tani Yukio, de l’école Fusen-ryû, et Koizumi Gunji, de l’école Tenjin Shinyô-ryû, ont été d’éminents professeurs. Koizumi a eu une influence particulièrement déterminante à travers la fondation du Budokai à Londres, qui est désormais le plus ancien de tous les clubs européens d’arts martiaux. En France, Kawaishi Mikinosuke, du Kodokan, qui a créé son style proprement français d’instruction, a la réputation d’être le père du judo français. Noguchi Kiyoshi a lui aussi contribué à la popularisation en Europe des arts martiaux et de diverses formes apparentées de thérapie du corps, si bien que le judo et les disciplines similaires étaient solidement implantés en Europe dès les premières décennies du vingtième siècle. Ces premiers instructeurs, avec le dévouement dont ils ont fait preuve pendant plus d’un siècle pour la cause de la popularisation des arts martiaux, ont contribué à faire émerger le jujitsu et le judo de leurs origines obscures pour devenir emblématiques de l’épanouissement et du succès d’une culture étrangère transplantée en terre européenne.

L’association du grand Japon pour les valeurs martiales

Dans le Japon d’avant-guerre, deux grandes organisations étaient en position dominante dans le monde du judo et du jujitsu : le Kodokan de Kanô et la Dai Nippon Butoku Kai (association du grand Japon pour les valeurs martiales). Au cours de ma propre carrière, j’ai considéré que l’habilitation du Kodokan à approuver les passages de grades allait plus ou moins de soi, mais lorsque j’étais entraîneuse en France, j’ai appris que, dans le passé, bien des judokas français avaient pratiqué et reçu leur premier dan et la ceinture noire, non pas du Kodokan, mais de la Butoku Kai, dont le nom a pratiquement sombré dans l’oubli pour la majorité des judokas japonais d’aujourd’hui.

La Butoku Kai était une organisation importante, officiellement parrainée par des membres de la famille impériale, et dirigée, au niveau de ses antennes départementales, par des gouverneurs. Elle a été fondée en 1895 par le prince Komatsu Akihito, qui fut son premier président honoraire, tandis que l’éminent politicien et homme d’affaires Watanabe Chifuyu fut son premier président. Les postes de directions furent confiés à des militaires de haut rang, ainsi qu’à des fonctionnaires, des ministres de l’Intérieur et des maîtres d’arts martiaux. La fondation avait pour objectif de promouvoir les arts martiaux japonais. Grâce au contrôle qu’elle exerçait à l’échelle du pays tout entier sur les groupes d’art martiaux, la fondation avait la haute main sur la formation aux arts martiaux et l’attribution des dan, ou grades. Dix ans plus tard, elle était devenue une immense organisation publique, avec un effectif officiel de 1 112 414 membres enregistrés en 1906, et son influence s’étendait au-delà du Japon via ses branches européennes.

Il existait à l’époque un vaste éventail d’écoles de jujitsu. En 1906, Ôura Kanetake, le président de la Butoku Kai, suggéra à Kanô l’idée de créer des formes de kata susceptibles d’être exécutées par tous les pratiquants, quelle que fût l’école à laquelle ils appartenaient. À cette fin, une commission fut mise en place avec Kanô à sa tête et regroupant vingt instructeurs représentant les dix principales écoles de jujitsu sous l’autorité de la Butoku Kai. À l’issue d’une semaine de réunions, la commission parvint à un accord sur une liste de formes qui, pour la première fois, faisait l’unanimité. Les techniques de projection agrées à l’époque constituent aujourd’hui encore le Nagenokata  officiellement reconnus du Kodokan.

L’exode des judokas après la guerre

Pendant l’occupation du Japon consécutive à la guerre, le Quartier général prit prétexte des liens de la Butoku Kai avec le militarisme pour la démanteler et pour interdire les organisations nationales d’écoles de judo. C’est au Kodokan qu’échoua le rôle moteur dans l’injection d’un nouveau souffle à cette discipline après la guerre.

L’effet du démantèlement de la Butoku Kai s’est fait ressentir bien au-delà du Japon. L’impact fut particulièrement fort en France, où la confusion et le désarroi ont prévalu un certain temps parmi les nombreuses organisations rivales, dont certaines apportaient leur soutien à diverses anciennes écoles de jujitsu ou à la Butoku Kai et d’autres étaient affiliées au Kodokan. Le Collège des ceintures noires de France, qui était chargé de l’attribution des dan et entretenait des liens de forte proximité avec la Butoku Kai, a beaucoup souffert de la tournure prise par les événements et a fait appel à des instructeurs japonais charismatiques, dotés d’idéaux élevés et de qualités exceptionnelles en matière de leadership, pour venir l’aider à reconstruire son organisation.

Le moment choisi était le bon. Au Japon, bien des pratiquants du jujitsu, qui avaient perdu leurs clubs suite au démantèlement de la Butoku Kai, étaient ouverts à l’idée d’un nouveau départ outre-mer. Michigami Haku, par exemple, qui venait du Budo Senmon Gakko (BUSEN) – l’École Supérieure Spéciale de BUDO-tous les Arts Martiaux –, sous les auspices de l’organisation démantelée, était un instructeur célèbre qui voyageait à l’étranger. Autre maître de judo qui se rendait à l’étranger, Awazu Shôzô, qui n’était pas membre de la Butoku Kai mais qui avait remporté une série de victoires aux championnats du sanctuaire Meiji alors qu’il était étudiant. Ces deux maîtres se sont rendus en France à l’invitation de Kawaishi Mikinosuke.

Michigami, qui enseignait en France dans des dojos reconnus par l’État, se consacrait aussi à la popularisation du judo dans d’autres pays d’Europe, d’Afrique et des Amériques, et il a participé à l’entraînement de l’athlète hollandais Anton Geesink, gagnant de la médaille d’or toutes catégories aux Jeux olympiques de 1964 à Tokyo. Awazu, qui a entraîné l’équipe nationale de France jusqu’à ce qu’elle atteigne un niveau conforme aux normes internationales, a été décoré de la légion d’honneur.

Les Jeux olympiques de Tokyo : voir plus loin que les médailles

Maintenant que le judo s’est internationalisé, on entend parfois dire que ce qui nous est donné à voir aujourd’hui dans les compétitions internationales n’est pas le « vrai judo ». Ces critiques visent en général le genre de judo qui a pris son essor à partir de 1964, année où il a accédé au statut de sport olympique. Ce statut accorde une plus grande importance aux résultats, si bien que beaucoup de gens en sont venus à penser que le judo a changé de mentalité en tombant dans le piège de la victoire à tout prix. Le « vrai » judo, en revanche, serait plus proche de la discipline traditionnelle des arts martiaux, qui incarne les idéaux de son fondateur, Kanô Jigorô, pour qui le résultat d’un combat n’a jamais été la chose la plus importante. Kanô privilégiait les idéaux du judo. Son enseignement encourageait les gens à cultiver leur force physique et mentale, et à l’utiliser pour travailler de concert avec les autres à la construction d’une société meilleure. Cet enseignement est emblématique de la volonté de Kanô de faire revivre l’esprit perdu du bushidô et de le transmettre aux générations futures.

Sans doute le monde a-t-il en grande partie perdu de vue les idéaux originaux de Kanô, mais l’enseignement de ce dernier n’en continue pas moins d’exercer une profonde influence sur le judo français. Comme le montre le code de conduite en huit points, le judo français reste imprégné d’idéaux et d’objectifs élevés.

L’auteure entraîne des judokas lors d’un stage de formation organisé en 2016 pour l’équipe de France dans un centre de formation situé à Marseille. (Photo avec l’aimable autorisation de Mizoguchi Noriko)
L’auteure entraîne des judokas lors d’un stage de formation organisé en 2016 pour l’équipe de France dans un centre de formation situé à Marseille. (Photo avec l’aimable autorisation de Mizoguchi Noriko)

En France, il n’existe pas de championnat national par catégorie individuelle pour les enfants de moins de 12 ans, et on enregistre aucun décès d’enfant victime d’un accident de judo. L’entraînement des enfants commence par les saisies sur le tapis, ce qui leur épargne la peur d’être projetés. Au Japon, en revanche, où la participation des enfants dès que possible à de vrais combats est considérée comme une bonne chose, certains instructeurs accordent la priorité à la compétition, si bien que les enfants font très tôt mis en situation d’être projetés. En 2010, un auteur a reproché au judo japonais de mettre couramment en danger la sécurité des jeunes enfants, en affirmant que quatre enfants en moyenne perdent chaque année la vie dans des accidents liés au judo, et que dix de plus sont sérieusement blessés.(*1)

En 2013, on a dénombré au sein de l’équipe japonaise 15 cas de violences et d’abus de pouvoir infligés à des femmes par leurs instructeurs et leurs entraîneurs. Après quoi d’autres scandales ont éclaté, à propos de subventions indûment touchées par la Fédération japonaise de judo et d’incidents violents survenus dans des clubs de judo de grandes universités. Ces affaires ont incité la fédération et élaborer un plan d’urgence de restructuration. Aujourd’hui, un an avant les Jeux olympiques de Tokyo de l’été 2020, le judo japonais est-il parvenu à surmonter son problème de violences physiques ? Arrivera-t-il à incarner les idéaux mis en avant par Kanô ? Les Jeux olympiques se tiendront dans la patrie spirituelle du judo, mais gagner des médailles ne suffira pas. L’esprit et les valeurs du judo japonais seront aussi sous les feux de la rampe.

(Photo de titre : Ôno Shôhei, médaillé d’or dans la catégorie des moins de 73 kg aux Jeux olympiques de Rio serre la main de Teddy Riner, médaillé d’or deux fois de suite dans la catégorie des plus de 100 kg, le 14 juin 2017. Jiji Press)

(*1) ^ Uchida Ryô, Jûdô jiko (Les accidents du judo)

France culture judo sport