Le Grand tremblement de terre du Kantô, le monstre qui a dévasté Tokyo et Yokohama

Catastrophe Histoire

Le seul séisme majeur de l’époque moderne à avoir frappé la région de Tokyo a fait plus de 100 000 victimes. C’était en 1923. Retour sur ce drame et sur les plus terribles tremblements de terre qui ont touché l’Archipel.

Plus de 100 000 personnes ont péri lors du Grand tremblement de terre du Kantô, qui a frappé la région métropolitaine de Tokyo le 1er septembre 1923. Chaque année lors de cette date commémorative, des entraînements sont tenus dans tout le Japon pour préparer efficacement la population à réagir en cas de désastres naturels dont le Japon est si souvent victimes, entre séismes, typhons ou pluies diluviennes.

Au cours des décennies qui ont suivi, la technologie permettant de résister aux tremblements de terre et les systèmes de gestion des catastrophes en milieu urbain ont considérablement progressé, et les efforts de sensibilisation des citoyens se sont également accrus. D’un autre côté, le nombre d'immeubles de très grande taille et la complexité des réseaux de transports ont atteint des niveaux incomparables à ceux de 1923. Malgré tous ces changements, le Grand tremblement de terre du Kantô, en tant que seul séisme majeur à avoir frappé la capitale à l’époque moderne, se montre aujourd’hui encore particulièrement instructif pour la planification des aménagements urbains de la ville de Tokyo.

Le séisme a eu lieu à 11 h 58, le 1er septembre. L’épicentre se trouvait au bord de la plaque terrestre située sous la baie de Sagami, le long de la ligne connue sous le nom de « fosse de Sagami ». Sur le shindo (l’échelle d’intensité sismique utilisée au Japon pour mesurer la force d’un séisme à un point donné sur la surface de la terre), son niveau s’élève à 7, soit le maximum (voir les niveaux de shindo). Dans les montagnes de l'ouest de la préfecture de Kanagawa, près de l'épicentre, des glissements de terrain et des coulées de débris se sont produits, et le long de la côte, de nombreux dégâts ont été causés par le tsunami engendré. Beaucoup de bâtiments de la région métropolitaine se sont effondrés. Puisque les immenses secousses ont frappé la région pendant l'heure du déjeuner, les cuisines étaient en pleine activité et de nombreuses personnes n’ont pu contrôler les feux, menant à des incendies massifs qui se sont rapidement propagés et ont duré presque deux jours et deux nuits. Au total, 370 000 maisons ont été détruites ou incendiées, et plus de 105 000 personnes sont décédées ou ont été portées disparues. Parmi elles, 92 000 personnes, soit environ 90 %, ont perdu la vie dans les incendies généralisés. Il y a eu 95 000 décès dans les villes de Tokyo (aujourd'hui les 23 municipalités du centre de Tokyo) et de Yokohama, soit encore plus de 90 %. Ce sont donc les incendies provoqués par le gigantesque séisme qui sont responsables du plus important nombre de décès.

Dégâts humains et matériels causés par le Grand tremblement de terre du Kantô de 1923

  Nombre de personnes décédées ou disparues ()* Maisons endommagées
Préfecture de Tokyo 70 387
(66 521)
205 580
(176 505)
Ville de Tokyo seulement 68 660
(65 902)
168 902
(166 191)
Préfecture de Kanagawa 32 838
(25 201)
125 577
(35 412)
Ville de Yokohama seulement 26 623
(24 646)
35 036
(25 324)
Autres municipalités 2 160
(59)
41 502
(436)
Total 105 385
(91 781)
372 659
(212 353)

()* entre parenthèses : à cause des incendies
Source : tableau établi par Nippon.com à partir des données du 2e volume du rapport sur le Grand tremblement de terre du Kantô de 1923 par le Conseil central de gestion des désastres.

Lors de la catastrophe, les zones ouvertes du parc de Shiba, du parc de Hibiya et du parc d’Ueno ont contribué à empêcher aux incendies de s’étendre. Trois nouveaux grands parcs furent aménagés lors de la reconstruction de la ville après le tremblement de terre : le parc de Hamachô, le parc de Sumida et le parc de Kinshi, ainsi que de nombreux plus petits espaces verts.

Les tremblements de terre ayant causés plus de 1 000 morts et disparus depuis 1868

Date Séisme/Magnitude Morts/Disparus
1er septembre 1923 Le Grand tremblement de terre du Kantô (7,9) 105 385
15 juin 1896 Le tremblement de terre de Meiji Sanriku (8,5) 21 959
11 mars 2011 Le Grand tremblement de terre de l’Est du Japon (9,0) 18 430
28 octobre 1891 Le tremblement de terre de Nôbi (8,0) 7 273
17 janvier 1995 Le Grand tremblement de terre de Hanshin-Awaji, ou séisme de Kobe (7,3) 6 437
28 juin 1948 Le tremblement de terre de Fukui (7,1) 3 728
3 mars 1933 Le tremblement de terre de Shôwa Sanriku (8,1) 3 008
7 mars 1927 Le tremblement de terre de Kita Tango (7,3) 2 925
13 janvier 1945 Le tremblement de terre de Mikawa (6,8) 2 306
21 décembre 1946 Le tremblement de terre de Nankai (8,0) 1 432
7 décembre 1944 Le tremblement de terre de Tônankai (7,9) 1 223
10 septembre 1943 Le tremblement de terre de Tottori (7,2) 1 083

Source : tableau établi par Nippon.com à partir des données du rapport sur le Grand tremblement de terre du Kantô de 1923 par le Conseil central de gestion des désastres. Le nombre de morts et disparus lors du Grand tremblement de terre de l’Est du Japon est issu des données de l’Agence de la police nationale datées de mars 2019, et les données pour le Grand tremblement de terre de Hanshin-Awaii sont issues du rapport de 2006 de l’Agence de gestion des incendies et des désastres.

(Photo de titre : le quartier de Ginza juste après le Grand tremblement de terre du Kantô de 1923. Jiji Press)

Tokyo histoire séisme catastrophe Yokohama