Inquiétante hausse du taux de suicide chez les collégiens et lycéens japonais

Société Éducation

Le Japon est un pays indéniablement prospère où l’on vit en paix. Pourtant le nombre des suicides recensés parmi les collégiens et les lycéens a encore augmenté de façon inquiétante en 2018, alors même qu’il est en train de régresser pour l’ensemble de la population de l’Archipel. Qu’est-ce qui peut bien pousser des personnes d’un si jeune âge à une telle extrémité ?

D’après une étude menée par le ministère japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MEXT), 332 élèves d’établissements scolaires primaires et secondaires ont mis fin à leurs jours en 2018. Soit une augmentation de 33 % par rapport à l’année précédente.

C’est aussi le nombre le plus élevé de suicides enregistré depuis 1988, date à partir de laquelle il est calculé avec la méthode en vigueur à l’heure actuelle. Il s’agissait de 193 garçons et de 139 filles. Parmi eux, 5 écoliers, 100 collégiens et 227 lycéens. Concernant ces derniers, leur nombre a malheureusement progressé de 42 % en un an.

D’après les chiffres annuels fournis par l’Agence de la police nationale, le nombre total des suicides recensés au Japon a atteint le chiffre record de 34 427 en 2003. Toutefois à partir de 2010, il a commencé à régresser de façon continue pendant neuf années consécutives. (Voir notre article : Le taux de suicide au Japon est au plus bas depuis 1978)

Dans le même temps, celui concernant des enfants inscrits dans des établissements primaires et secondaires de l’Archipel n’a pas cessé d’augmenter et ce, en dépit de la diminution de la population scolaire due à la baisse du taux de la natalité. Entre 2006 et 2018, le taux de suicides pour 100 000 enfants est passé de 1,2 à 2,5, ce qui veut dire qu’il a plus que doublé en l’espace de 12 ans.

Parmi les raisons parfois multiples invoquées pour expliquer ce type de suicides, les désaccords familiaux arrivent en tête avec 12,3 % des cas, suivis par les réprimandes des parents avec 9 %. Les brimades scolaires si souvent pointées du doigt ne figurent qu’en septième position avec 2,7 %. Quoi qu’il en soit, il faut se rendre à l’évidence. Dans près de 60 % des cas, la cause du suicide n’a pas pu être clairement établie et on ne saura jamais ce qui a poussé des êtres aussi jeunes à mettre fin à leurs jours.

Les causes (parfois multiples) des suicides d’élèves d’établissements scolaires japonais en 2018

Total Pourcentage
Désaccords familiaux 41 12,3 %
Réprimandes de la part des parents 30 9 %
Résultats scolaires insuffisants 17 5,1 %
Inquiétudes par rapport à l’avenir 28 8,4 %
Problèmes avec les professeurs 5 1,5 %
Problèmes avec des amis (hors brimades) 16 4,8 %
Brimades 9 2,7 %
Désespoir provoqué par la maladie 9 2,7 %
Dégoût de la vie 21 6,3 %
Problèmes avec le sexe opposé 22 6,6 %
Troubles mentaux 24 7,2 %
Cause non identifiée 194 58,4 %
Autres 18 5,4 %

Source : tableau établi par Nippon.com à partir de l’enquête sur les comportements à risques et l’absentéisme scolaires pour l’année scolaire 2018 effectuée par le ministère japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MEXT)

(Photo de titre : Pixta)

éducation suicide collège société école lycée