Entreprises made in Nippon

Les auberges de jeunesse Backpackers’ Japan : une communauté chaleureuse pour les voyageurs

Tourisme Vie quotidienne

Lorsque quatre anciens routards se sont réunis et ont mis à profit leurs expériences pour créer une entreprise, le résultat a donné Backpackers’ Japan. La société possède maintenant quatre maisons d’hôtes dont le charme unique les rend populaires auprès des voyageurs, mais aussi des locaux grâce à leurs bars et restaurants lounge. Nous avons rencontré le PDG de Backpackers’ Japan, Honma Takahiro, pour en savoir plus.

Des gîtes inspirés par l’expérience des routards

Une vieille maison de presque un siècle, un vieil immeuble de bureaux, un entrepôt de magasin de jouets et un autre d’une entreprise d’éclairage. Ces quatre structures connaissent aujourd’hui une nouvelle vie en tant qu’auberges de jeunesse.

La société à l'origine de cette renaissance est Backpackers’s Japan, une entreprise lancée en 2010 par quatre jeunes entrepreneurs d’une vingtaine d’années.

Avec trois gîtes situés à Tokyo (quartier de Kuramae, Iriya, et Higashi-Nihonbashi) et un autre à Kyoto (quartier de Kawaramachi), la société s'est efforcée de créer une atmosphère chaleureuse et accueillante, dotée d’un personnel souriant, et offrant des espaces toujours pleins de vie. La devise de l’entreprise représente la philosophie de ses créateurs : « dépasser les frontières pour créer des espaces où les gens peuvent se rassembler ». Et Backpackers’ Japan fait également de ses relations avec les communautés environnantes un avantage.

Le bar lounge du Len, situé à Kawaramachi, Kyoto.
Le bar lounge du Len (établissement de Kawaramachi, à Kyoto). (Photo avec l'aimable autorisation de Backpackers’ Japan)

La philosophie de l'entreprise respecte évidemment la liberté de chacun : personne n’est obligé d’intéragir avec autrui si elle préfère se reposer seule dans sa chambre ! L’homme responsable de la création de ce type d’espace est le PDG de Backpackers’ Japan, Honma Takahiro. Cette idée lui était venue sur la base de ses propres expériences de voyageurs.

« À vingt ans, je suis parti voyager à travers l’Australie. C’était la première fois que je séjournais dans des auberges, et je trouvais ces endroits vraiment très amusants. Il y avait des Européens, des Américains, des Asiatiques, des Australiens de la région, et tous ces gens se réunissaient sans distinction de nationalité, buvant des bières tout en discutant et passant un bon moment. C'était vraiment une excellente expérience. »

Honma Takahiro, un routard dont l’expérience de voyage en Australie l’a amené à créer sa propre compagnie d’auberges de jeunesse (© Kodera Kei)
Honma Takahiro, un routard dont l’expérience de voyage en Australie l’a amené à créer sa propre compagnie d’auberges de jeunesse.

En plus des agréables conversations spontanées avec les locaux et les autres voyageurs, Honma a déclaré qu’en Australie, il jouait de la musique dans la rue avec des personnes qu’il rencontrait au cours de ses voyages. Il s’étonnait également des différentes manières dont on pouvait gagner un peu d’argent par ses propres moyens. Après son voyage d'un an et son retour à la maison, il avait perdu tout désir de réaliser son objectif initial, qui était d'obtenir son diplôme universitaire et de devenir professeur de lycée. Il voulait maintenant créer une entreprise liée aux voyages.

La salle commune de Nui à Kuramae offre un endroit pour lire ou pour surfer sur internet.
La salle commune de Nui, (établissement de Kuramae, à Tokyo), offre un endroit pour lire ou pour surfer sur Internet. (Photo avec l'aimable autorisation de Backpackers’ Japan)

Une chambre pour deux minimaliste et relaxante au Citan d’Higashi-Nihonbashi.
Une chambre pour deux minimaliste et relaxante au Citan (établissement d’Higashi-Nihonbashi, à Tokyo). (Photo avec l'aimable autorisation de Backpackers’ Japan)

Travailler avec les artisans pour créer des espaces uniques

Backpackers’ Japan a ouvert ses portes en octobre 2010 avec sa première auberge, baptisée Toco, une maison de style japonais construite il y a 90 ans à Iriya, Tokyo, puis rénovée. Sont venues ensuite l’auberge et bar lounge Nui à Kuramae, Tokyo, en 2012, puis le Len à Kyoto en 2015 et, plus récemment, le Citan à Higashi-Nihonbashi, Tokyo, en 2017.

Le Citan est un immeuble de sept étages comportant un bar restaurant souterrain. Du mardi au samedi, les DJs jouent leur musique aux invités, et de nombreux concerts ont également lieu.
Le Citan est un immeuble de sept étages comportant un bar restaurant souterrain. Du jeudi au samedi, les DJs jouent leur musique aux invités, et de nombreux concerts ont également lieu. (Photo avec l'aimable autorisation de Backpackers’ Japan)

Chacune des auberges a une atmosphère différente, en partie grâce aux charpentiers et aux autres artisans qui ont aidé à les rénover. Ces travailleurs ont été embauchés via un service qui met en correspondance des ouvriers freelance avec des chefs de projet. Backpackers’ Japan a défini l’agencement général de chaque auberge de jeunesse, puis a embauché toutes sortes d’artisans, allant des charpentiers fabriquant des cabanes dans les arbres aux ouvriers métallurgistes, en passant par les ouvriers du cuir. Une fois que Honma et ses collègues décidaient d'un design, ils ne se contentaient pas de donner de l'argent à un seul entrepreneur tout en restant assis. Ils voulaient être impliqués de manière proactive dans le développement avec l'aide de plusieurs professionnels individuels.

Honma déclare que lorsque le moment était venu de choisir un bien immobilier, il était évident que le bon accès aux aéroports et aux gares ferroviaires était un facteur décisif, mais que le plus important était la première impression ressentie en découvrant chaque bâtiment.

L’entrée du Len, situé près du Kamogawa de Kyoto. La promenade le long du célèbre canal à proximité est un des points d’attrait de l’auberge.
L’entrée du Len, situé près de la rivière Kamo, à Kyoto. La promenade le long du célèbre canal à proximité est l’un des points d’attrait de l’auberge. (Photo avec l'aimable autorisation de Backpackers’ Japan)

L’attitude du personnel est la clef

Les activités de toutes les auberges de Backpackers’ Japan sont en plein essor, et plus de 80% de leurs locataires viennent de l’étranger. Qu’y a-t-il de si attractif dans ces gîtes ?

Le jardin du Toco, une résidence japonaise vieille de plus de 90 ans rénovée en auberge.
Le jardin du Toco (établissement de Iriya, à Tokyo), une résidence japonaise vieille de plus de 90 ans rénovée en auberge. (Photo avec l'aimable autorisation de Backpackers’ Japan)

« Toco a l'atmosphère d'une vieille maison de style japonais, tandis que Citan a d’excellentes installations pour écouter de la musique. Mais ce que ces deux auberges ont en commun, c'est que les clients les apprécient pour leur confort et leur atmosphère relaxante. Je pense que notre personnel contribue à cette bonne ambiance. Nous n'avons pas vraiment de manuel de formation ou quoi que ce soit de ce genre. Cependant, lors du choix des employés, mis à part le fait de savoir parler anglais, un des critères qui m’intéresse est de savoir si j’aimerais avoir un repas avec ces personnes. Ensuite, je souhaite également qu'ils aiment l’auberge dans laquelle ils vont travailler. »

« La bonne atmosphère des auberges est principalement due à la sympathie du personnel » (© Kodera Kei)
« La bonne atmosphère des auberges est principalement due à la sympathie du personnel », dit Honma Takahiro.

« Les auberges de jeunesse font partie d’une communauté et le personnel se trouve en bons termes avec les locaux. « Environ 70 % des personnes qui fréquentent les cafés et les bars de nos auberges ne sont pas des locataires de nos établissements, mais surtout des habitants de la région. Le Backpackers’ Japan souhaite ce type de relation : proposer des endroits qui contribuent à la sociabilité et à la bonne entente. Nous ne demandons pas à notre personnel de s’efforcer de s’engager activement dans la communauté, mais nous souhaitons qu’ils soient une présence de quartier appréciée des habitants pour les années à venir. »

Une délicieuse sélection de plats, de cafés et de bières artisanales vous attend au restaurant du Nui.
Une délicieuse sélection de plats, de cafés et de bières artisanales vous attend au restaurant du Nui (établissement de Kuramae, à Tokyo). (Photo avec l'aimable autorisation de Backpackers’ Japan)

Auberges de jeunesse Backpackers’ Japan

Toco
  • Adresse : Shitaya 2-13-21, Taitô-ku, Tokyo
  • Accès : 8 minutes de marche à partir de la gare JR d’Uguisudani de la ligne Yamanote, 2 minutes de marche à partir de la station Iriya de la ligne de métro Hibiya.
  • Prix : environ 3 000 yens / nuit
  • Site officiel : https://backpackersjapan.co.jp/toco/english.html
L’auberge et bar lounge Nui
Len
  • Adresse : 709-3 Uematsuchô, Shimogyô-ku, Kyoto-shi, Kyoto-fu
  • Accès : 7 minutes de marche depuis la gare de Kawaramachi de la ligne Hankyû Kyoto ; 1 minute de marche depuis le terminal de bus Kawaramachi-Matsubara
  • Prix : environ 3 000 yens / nuit
  • Site officiel : https://backpackersjapan.co.jp/kyotohostel/en/
Citan
  • Adresse : 15-2 Nihonbashi Ôdenmachô, Chûô-ku, Tokyo
  • Accès : 5 minutes de marche depuis la station Higashi-Nihonbashi de la ligne Toei Asakusa ou depuis la station Bakuro-Yokoyama de la ligne Toei Shinjuku.
  • Prix : à partir de 3 000 yens / nuit
  • Site officiel : https://backpackersjapan.co.jp/citan/en

(Photos : Kodera Kei, sauf indication contraire. Photo de titre : le salon à Nui)

tourisme Kyoto Tokyo entreprise hôtel jeune