Dossier spécial Quand gourmandise rime avec plaisir
Tourisme gourmet à Aomori
[23.03.2016] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | Русский |

Chaque été, à l’occasion du festival Nebuta, la fièvre touristique gagne la préfecture d'Aomori, située à l'extrémité septentrionale de l’île principale Honshû. Le printemps, tardif dans ce pays du nord, n’est pas à négliger non plus. Des lieux de grande nature valent le détour, comme le lac Towada et le torrent Oirase. Et voici ce que vous trouverez à déguster.

Nebuta no ie Wa-Rasse

Nebuta no ie Wa-Rasse

ASPAM (Centre du tourisme de la préfecture d’Aomori)

Aji no Sapporo Ônishi

Marché Furukawa

Rokubée

Les Nebuta sous le feu des projecteurs

Il suffit d’entrer à Aomori par la grande porte, c’est-à-dire par la gare JR d’Aomori, puis, une fois passé le guichet, de longer la mer, pour tomber sur un impressionnant bâtiment rouge. C’est « La maison des Nebuta Wa-Rasse » (Nebuta no ie Wa-Rasse). Dans le passé, les chars des Nebuta étaient démantelés une fois la fête terminée et plus personne ne les revouait. Mais dans la Wa-Rasse, quelques chars qui ont été primés l’année précédente restent exposés et mis en lumière la nuit dans le hall. Des artefacts et des documents explicatifs présentent l’histoire des Nebuta et la symbolique de chaque char, ce qui est une excellente façon de connaître en profondeur l’univers des Nebuta.

Poursuivez votre chemin en longeant la mer à main gauche et vous trouverez un impressionnant immeuble pyramidal : le Centre du tourisme de la préfecture d’Aomori (ASPAM). Ici sont réunies toutes les informations sur les produits de la préfecture d’Aomori, et le 12e étage domine le port d’Aomori. Pour la première semaine du mois de mai, des stands Nebuta-goya sont alignés autour de l’ASPAM.

Nebuta no ie Wa-Rasse
Adresse : 1-1-1 Yasukata, Aomori, 030-0803 Japon / Ouvert tous les jours de 9h30 à 18h00 (sauf les 9 et 10 août)

ASPAM
Adresse : 1-1-40 Yasukata, Aomori, 030-0803 Japon / Ouvert tous les jours de 9h à 18h00

Râmen au lait, curry et miso

Faisons connaissance avec trois restaurants très populaires dans la ville d’Aomori.

En premier lieu, et bien que nous nous trouvions à Aomori, un restaurant appelé « Aji no Sapporo Ônishi » (Ônishi, le Goût de Sapporo). C’est en 1968 que M. Ônishi Fumio, natif de Hokkaidô, ouvrit cet établissement en association avec son maître, le regretté Satô Kiyoshi, dans l’objectif de diffuser la bonne parole du râmen de Sapporo. Leur spécialité est un étonnant « râmen au lait, curry et miso ». Et ceci alors que, Aomori étant avant tout une ville de pêcheur, le râmen traditionnel était une soupe à la sauce de soja sur un bouillon d’alevins de sardines séchés. Le goût dense et gras du Sapporo râmen n’était pas très populaire à l’époque. Et pourtant, dans les années 1970, parmi les collégiens et les lycéens, il devint à la mode de se créer son propre assaisonnement, en ajoutant mayonnaise ou ketchup à la soupe. L’un de ces clients eut l’idée d’ajouter du lait et du curry à une soupe à base de miso. « Mais c’est génial ! » La rumeur se propagea rapidement, au point que le « râmen au lait, curry et miso » (Miso karée gyûnyû râmen) fit son entrée officielle au menu du restaurant en 1978. Le succès fut immédiat. 30 ans plus tard, il est considéré comme l’une des « nourritures de l’âme » par les habitants d’Aomori.

Aji no Sapporô Ônishi
Adresse : 1-15-6 Furukawa, Aomori, 030-0862 Japon / Ouvert tous les jours de 11h à 21h30

Nokkedon

Le marché Furukawa (Centre des légumes et poissons d’Aomori) est à l’heure actuelle le point touristique le plus chaud d’Aomori. Depuis décembre 2009, il est possible à tout un chacun de déguster sur le pouce un bol de riz surmonté d’une variété de produits de la mer dans l’assemblage de votre choix, tous frais pêchés, cela s’appelle un nokkedon. La popularité de ce met fut immédiatement établie, non seulement parce que c’est délicieux et tout frais, mais parce que cela crée l’occasion de communiquer avec les gens sur le marché local, le tout pour un prix modique et unique de 100 yens la petite barquette, sauf denrées spéciales. Et pour ceux qui n’aimeraient pas les poissons, il en existe aussi à la viande grillée.

Marché Furukawa
Adresse : 1-11-16 Furukawa, Aomori, 030-0862 Japon / Ouvert de 7h à 16h. Fermé : mardi

Kaiyaki-miso

La spécialité d’Aomori, c’est avant tout la coquille Saint-Jacques. Le kaiyaki-miso est un plat extrêmement simple : une noix de coquille Saint-Jacques découpée en petits morceaux, assaisonnée au miso et mélangée à un œuf battu, le tout grillé. C’était autrefois un plat familial sur tout le littoral, mais il a acquis récemment une réputation de délice absolu quand il est dégusté avec le saké local. Au Rokubée, un bistrot populaire, vous pouvez déguster le kaiyaki-miso traditionnel. Selon M. Matsumori Toshimitsu, le patron, « c’est encore meilleur grillé à même la coquille. Il faut la choisir profonde pour que le miso ne déborde pas ». Le Rokubée se trouve tout près du circuit des chars des Nebuta, bien qu’en sous-sol, il est donc possible d’entendre la musique des orchestres hayashi les jours du festival.

Rokubée
Adresse : 1-17-2 Furukawa, Aomori, 030-0862 Japon / Ouvert de 17h à 23h. Fermé : dimanche et jour férié

  • [23.03.2016]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le Big data au service du vin japonaisLes vins japonais n’ont maintenant plus rien à envier à des importations bon marché vendues dans les supermarchés, les consommateurs étant de plus en plus attirés par les histoires de producteurs proches de chez eux. La viticulture est justement un domaine qui a introduit de plus en plus le système du Big data. Que permet concrètement l'utilisation de quantités colossales de données ? Reportage dans les préfectures de Yamanashi et Nagano au moment de la récolte.
  • Le buri, le poisson le plus délicieux du Japon ?Il est un poisson appelé buri, qui ne vit que dans les eaux proches du Japon. Le buri sauvage des mers froides est un mets très apprécié de la cuisine japonaise d’hiver, où sa chair se déguste aussi bien crue que cuite. Allons à la rencontre de ce spécimen en passe de devenir le « poisson national » du Japon.
  • Saké à la londonienne : la première brasserie de saké de Grande-BretagneKanpai London Craft Sake, la première brasserie de saké en Grande-Bretagne, a été créée par Lucy Holmes et Tom Wilson. De toute petite taille, leur établissement lancé en février 2017 fait déjà beaucoup parler de lui, notamment en raison de son approche innovante dans la fabrication et la commercialisation de la boisson nationale nippone
  • L’alcool de prune « umeshu », un délice à la conquête du mondeCes dernières années, si le saké japonais a le vent en poupe sur les marchés étrangers, le umeshu, l’alcool de prune, n’est pas en reste non plus. Sucré, facile à boire et bon pour la santé, il est surtout très apprécié des femmes et des jeunes. Nippon.com est allé à la rencontre d’un producteur de la préfecture de Wakayama, qui ne ménage pas ses efforts pour faire connaître au-delà des frontières de l’Archipel les délices de cet alcool. Il nous a expliqué son processus de fabrication tout en nous confiant ses attentes pour l’avenir.
  • Le thé japonais, un lien universel : floraison numérique dans une tasse de thé cosmiqueÀ Paris, le salon Maison & Objet dédié à la décoration intérieure hébergeait un espace plongé dans la pénombre, pareil à une faille temporelle : une installation numérique interactive fusionnelle avec le monde du thé. Partez à la découverte de beautés et saveurs fugitives, potentielles portes d’entrée d’un nouveau genre dans l’univers du thé et du zen.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone