Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
La modernité à l’école du passé — Yamaguchi Akira, artiste

Brigitte Koyama-Richard (intervieweur)[Profil]

[08.04.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Yamaguchi Akira applique les techniques picturales traditionnelles de la peinture japonaise pour un propos qui appartient à celui de l’avant-garde contemporaine. Ses œuvres « pop » sont appréciées dans le monde entier. Une Française, auteur de plusieurs ouvrages sur l’art japonais s’intéresse de près à cette approche.
Article lié :【Diaporama】 L’univers de Yamaguchi Akira

Yamaguchi Akira

Yamaguchi AkiraPeintre. Né à Tokyo en 1969. Il a grandi à Kiryu, préfecture de Gunma. Diplômé du département de recherche artistique de l’université des Beaux-Arts de Tokyo. Tout en adoptant des procédés picturaux qui rappellent les techniques traditionnelles comme l’Ukiyo-e et le Yamato-e, son style qui fourmille de personnages et de motifs architecturaux extrêmement détaillés connaît un grand succès. En novembre 2012, il a réalisé des peintures de fusuma pour le scriptorium du célèbre temple Byôdôin à Uji. Publications récentes : Bizarre histoire de l’art japonais (Shôdensha), Grands formats de Yamaguchi Akira (Seigensha).

Tokei (Tokyo): Roppongi Hills / 2002/ crayon, aquarelle sur papier / 40×63cm / photo: Keizo KIOKU / Collection du Musée d'art Mori / © YAMAGUCHI Akira, Galerie d'Art Mizuma

 

Un étonnant univers imaginaire au-delà de l’espace et du temps

Brigitte Koyama-Richard  Lorsque j’ai découvert vos œuvres, j’ai été très impressionnée. La première que j’ai vue représentait le quartier de Roppongi vu du ciel. On y apercevait le donjon d’un château médiéval japonais ainsi que des gratte-ciel. Les constructions traditionnelles anciennes et les immeubles modernes y coexistaient très naturellement. Quand on regardait plus en détail, on apercevait les habitants, des employés de bureau, des promeneurs avec leur chien… Des citoyens de l’époque d’Edo lavaient les vitres des gratte-ciel, des samouraïs se querellaient dans la rue…

On pouvait tout d’abord penser qu’il s’agissait d’une peinture dans le style Yamato-e(*1), sauf qu’au paysage du quartier actuel de Roppongi venaient s’ajouter des motifs semblant provenir de la science-fiction, qui donnaient une œuvre de pure imagination dans un au-delà de l’espace-temps. J’avais l’impression de me trouver devant une œuvre à la fois traditionnelle et moderne.

Yamaguchi Akira  On pense souvent que je suis un peintre de nihonga (peinture traditionnelle) alors qu’à l’université j’ai étudié la peinture occidentale. Mes œuvres sont réalisées à la plume, à l’huile ou à l’aquarelle, et non pas avec les pigments de la peinture japonaise. Bien que j’applique les méthodes de composition de la peinture traditionnelle japonaise, je suis un peintre contemporain né au Japon où la peinture occidentale était bien présente.

Brigitte Koyama-Richard  Comment en êtes-vous venu à peindre ce genre de tableaux ?

Yamaguchi Akira  À dire vrai, c’est au bout de longues errances que je suis finalement parvenu à mon style actuel. Le monde de l’art japonais a toujours considéré, à travers les époques, que l’art européen et américain étaient plus avancés et qu’il fallait combler le retard. La peinture à l’huile de l’ère Meiji, la peinture abstraite de l’après-guerre, l’art conceptuel, les installations… Cette tendance est toujours présente à l’heure actuelle. J’ai commencé à douter de l’intérêt de cette attitude quand j’étais encore étudiant, ce qui m’a longtemps acculé à une impasse.

En étudiant l’histoire de l’art japonais depuis l’époque moderne, je m’étais rendu compte que des pionniers, des artistes qui avaient inventé une esthétique originale, en opposition à la simple imitation de la production occidentale, il en avait toujours existé. Mais malgré tous leurs efforts et leur ambition, aucune place ne leur a été accordée dans l’histoire de l’art, ils ont été « enterrés vivants ». Je redoutais beaucoup de subir le même sort, et cette crainte me conduisait à un véritable blocage.

Brigitte Koyama-Richard  Comment êtes-vous parvenu à surmonter cette crainte ?

Yamaguchi Akira  C’est à cette époque que j’ai découvert la peinture de style Yamato-e, en visitant une exposition. J’ai été surpris par l’audace de la composition. Soudain, j’ai compris. Je me suis dit que c’était exactement ce que je cherchais et j’ai eu envie de me frayer un chemin dans la peinture japonaise traditionnelle qui a précédé l’introduction de la peinture occidentale. En d’autres mots, je me suis dit que je pouvais moi-même essayer de « re-moderniser » l’art japonais. Je ne sais pas s’il est facile pour des Français de comprendre ce conflit…

  • [08.04.2013]

Docteur en littérature comparée de l’Université de la Sorbonne et de l’INALCO, est professeur à l’Université Musashi dans la section des sciences humaines, où elle enseigne la littérature comparée et l’histoire de l’art. Elle a publié de nombreux ouvrages consacrés à l’origine des mangas et de l’animation japonaise, aux estampes japonaises et au japonisme, dont Japon rêvé, Edmond de Goncourt et Hayashi Tadamasa (Hermann, 2001), Mille ans de Manga (Flammarion, 2007), L’Animation japonaise, des rouleaux peints aux Pokémon (Flammarion, 2010), Les estampes japonaises (Nouvelles Editions Scala, 2014), Jeux d’estampes, Images étranges et amusantes du Japon (Nouvelles Editions Scala, 2015), Beautés Japonaises, la représentation de la femme dans l’art japonais (Nouvelles Editions Scala, 2016).

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • L’esthétique japonaise, un moteur pour la FranceDans le cadre de l’événement Japonismes 2018 ayant lieu dans toute la France, l’exposition « Japon – Japonismes. Objets inspirés, 1867-2018 », proposée par le Musée des arts décoratifs à Paris, connaît un retentissement certain. Par-delà les époques et les genres artistiques, les œuvres regroupées par thématiques, exposées avec créativité, inspirent les visiteurs.
  • « Raihô-shin », les visites rituelles de divinités masquéesL’Unesco a ajouté en 2018 le rituel japonais raihô-shin, les visites de divinités masquées et costumées, à sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. À cette occasion, nous vous présentons les effrayantes divinités les plus célèbres de la région du Tôhoku, au nord-est du Japon.
  • Le « keshômen », ou la magie de la menuiserie-charpenterie japonaiseLe bois c’est du bois, pourrait-on penser, mais un menuisier ou un charpentier exigeant dans l’exercice de son métier doit faire de nombreux choix. L’usage qu’il fera d’un bois d’œuvre dépend non seulement de sa dureté, de son odeur et de sa couleur, mais aussi de son keshômen, sa « face décorative », déterminée par la façon dont les grumes ont été débitées.
  • Une journée type dans une écurie de lutteurs de sumoUne écurie de sumo est le lieu où les lutteurs, les rikishi, s’entraînent, mais aussi où ils vivent ensemble. Chez Takadagawa, une écurie du quartier de Kiyosumi-shirakawa à Tokyo, nous avons pu les voir à l’entraînement dès le petit matin, mais aussi au repos plus tard dans la journée.
  • Les « ama », des femmes résolues à sauver une tradition plurimillénaireIl y a un demi-siècle, le Japon comptait encore 17 000 ama (littéralement « femmes de la mer »), des plongeuses en apnée perpétuant une tradition vieille de 3 000 ans. Mais depuis, leur nombre a tellement diminué qu’aujourd’hui, il se limite en tout et pour tout à 2 000 dont la moitié vit dans la préfecture de Mie, sur la côte à l'est d'Osaka. Qui plus est, la population des ama a tendance à vieillir rapidement. Comment faire pour susciter des vocations parmi les jeunes afin que cette activité traditionnelle continue à exister ?

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone