Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
Le dernier festival de feux d’artifice japonais de l’année
[30.12.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le « Nagano Ebisukô Enka Taikai », ou Festival de feux d’artifice de Nagano Ebisukô, qui a lieu chaque année en novembre, est le dernier grand festival de feux d’artifice japonais de l’année. Nous étions sur place pour un reportage sur ce grand festival qui clôt la saison des festivals de feux d’artifice à travers le pays.

Les fans ne manqueraient ça pour rien au monde !

De façon générale, qui dit feux d’artifice au Japon dit essentiellement l’été. Et pourtant, l’un des plus importants festivals se déroule chaque année le 23 novembre, jour de la fête du travail au Japon. Comme son nom l’indique, le Nagano Ebisukô Enka Taikai a lieu à Nagano, dans la préfecture du même nom, et c’est le plus tardif de la saison. Riche d’une histoire exceptionnellement longue, puisque c’était cette année la 108e édition.

Sa réputation repose en partie sur la qualité de l’air que l’on trouve en cette saison, plus pur et plus clair que l’été, ce qui rend les feux d’artifice encore plus lumineux. Cette année aussi, environ 430 000 spectateurs venus de tout le pays se sont retrouvés pour assister à l’allumage d’environ 10 000 bombes.

L’autre point fort du festival est l’opportunité pour les fans de voir la pleine mesure des chefs d’œuvres d’Aoki Akio, maître artificier de l’atelier Beniya-Aoki Enka-ten, et président de la Nihon Enka Geijutsu Kyôkai, l’Association Japonaise des Arts du Feu d’Artifice, à laquelle sont affiliés tous les principaux artificiers japonais. Pour un nombre considérable d’aficionados, Aoki Akio est un véritable « gourou » du feu d’artifice. Et c’est spécialement pour admirer son travail que de très nombreux spectateurs, parmi lesquels des professionnels eux-mêmes, font le déplacement de tout le pays à Nagano.

Les artificiers locaux ne sont pas en reste et la Shinshû Enka Kôgyô, le principal atelier local, sous la houlette du maître artificier Fujiwara Nobuo, se fait chaque année un devoir de répliquer à la prestation de la Beniya-Aoki Enka-ten. C’est une véritable bataille de pétales de fleurs de feu qui se livre en plein ciel cette nuit-là. Admirez les prestations de ces deux maîtres que nous vous offrons en vidéo.

Chaque année, le festival coïncide avec l’Ebisukô, la fête à Ebisu, une divinité japonaise des pêcheurs, des marchands et de la prospérité, au sanctuaire de Nishinomiya de Nagano. Cette fête votive a pour objet de prier pour une récolte abondante et la prospérité du commerce, fortune et bonheur.

Dans les temps anciens, tous les commerçants ouvraient leurs réserves et offraient de grandes promotions sur leurs produits. C’est à partir que 1899 que l’habitude s’est prise pour les commerçants du quartier du sanctuaire Nishinomiya d’offrir des feux d’artifice en signe d’action de grâce à Ebisu, et la tradition perdure encore aujourd’hui.

 

Avec la coopération de la Chambre decommerce et d’industrie de Nagano et la Fédération des commerçants de Nagano
Photo de titre : Izumiya Gensaku

  • [30.12.2013]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les « ama », des femmes résolues à sauver une tradition plurimillénaireIl y a un demi-siècle, le Japon comptait encore 17 000 ama (littéralement « femmes de la mer »), des plongeuses en apnée perpétuant une tradition vieille de 3 000 ans. Mais depuis, leur nombre a tellement diminué qu’aujourd’hui, il se limite en tout et pour tout à 2 000 dont la moitié vit dans la préfecture de Mie, sur la côte à l'est d'Osaka. Qui plus est, la population des ama a tendance à vieillir rapidement. Comment faire pour susciter des vocations parmi les jeunes afin que cette activité traditionnelle continue à exister ?
  • « Washi », le papier japonais qui dure mille ansLe 27 novembre 2014, l’Unesco a inscrit le papier japonais, le washi, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en tant que « savoir-faire du papier artisanal japonais ». Les techniques de fabrication du papier sont arrivées de Chine au Japon aux alentours du VIIe siècle. L’histoire du washi a donc commencé il y a au moins 1 300 ans. Les caractéristiques climatiques et géographiques ont ensuite contribué à l’apparition d’une grande variété de types de papier fabriqués à la main dans différentes régions de l’Archipel.
  • Requiem pour une épouse défunte : Yamamoto Motoï, artiste du selPourquoi le sel ? C’est la question que nous avons voulu poser à Yamamoto Motoï, artiste atypique, qui utilise ce matériau pour la réalisation de ses installations. Nous l’avons rencontré à Onomichi, son pays natal, et suivi lors de sa création artistique pour une galerie locale.
  • Karl Bengs, l’architecte allemand qui redonne vie à l’habitat traditionnel japonaisL’architecte allemand Karl Bengs a sauvé plusieurs vieilles maisons menacées de disparition dans des villages dépeuplés de l’Archipel. Il s’est ainsi affirmé comme l’un des plus ardents défenseurs de l’habitat traditionnel japonais. Nippon.com lui a rendu visite chez lui, à Taketokoro, un district rural de la préfecture de Niigata, au nord-ouest du Japon.
  • « Irezumi » : histoire du tatouage au JaponConsidéré dans le passé comme noble tradition ou encore quintessence de la mode urbaine, pour être ensuite déclaré illégal à l'ère moderne, le tatouage au Japon a connu une histoire mouvementée. L'anthropologue culturelle Yamamoto Yoshimi la retrace jusqu’à nos jours.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone