Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
Le cartable japonais « randoseru » s’exporte
[13.07.2016] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Des écoliers du primaire arborant fièrement sur leur dos un « randoseru » tout beau tout neuf : voilà une scène printanière typique au Japon. Aussi bien les Japonais que les étrangers se retournent sur le passage de ces enfants espiègles, équipés du cartable à bretelles qui leur fera sans bouger les six années de leur scolarité élémentaire.

S’il y a un élément qui caractérise à lui seul l’écolier japonais, c’est bien son cartable, appelé « randoseru ». La figure de l’écolier qui entre à l’école primaire, son randoseru sur le dos et participe à sa première cérémonie de rentrée est un symbole du printemps (la rentrée scolaire ayant lieu en avril), provoquant un sourire ému chez les passants.

Écoliers de première année avec leur cartable tout neuf.

L’histoire du cartable d’écolier est plus ancienne qu’on ne l’imagine souvent, puisqu’il faut en fait remonter à la fin de l’époque d’Edo, au milieu du XIXe siècle. Quand le shogunat d’Edo introduisit certaines réformes d’organisations militaires, en particulier concernant l’équipement des soldats en particulier, un paquetage à porter sur le dos fut importé des Pays-Bas, où il était appelé « Ransel ». En 1885, l’école primaire du Gakushûin introduisit le système des manuels scolaires à apporter par les élèves eux-mêmes, et les écoliers ont donc commencé à utiliser ces mêmes sacs à dos en guise de cartable, puis le mot a évolué jusqu’à devenir l’actuel « randoseru ».

Une écolière fait son cartable en plaçant les manuels scolaires dans le « randoseru ». (Photo : EKAKI / PIXTA)

La saison commerciale du randoseru commence en août

La rentrée scolaire a lieu en avril, mais le pic des ventes de cartables se situe en août de l’année précédente. La tendance des distributeurs, grands magasins, grandes surfaces, boutiques spécialisées est à présenter leur nouvelle collection de plus en plus tôt, de façon à lancer les ventes dès mai ou juin. Les articles les plus populaires sont parfois épuisés dès l’automne.

« En général, la famille se présente tout d’abord au magasin un jour de congé, trois générations ensemble : l’enfant, les parents et les grands parents, pour essayer. Ensuite les parents et l’enfant reviennent, vers juillet août, pendant les vacances d’o-bon généralement, et passent commande. C’est la pratique la plus commun », raconte Mme Odajima Junko, de Aeon Retail, l’une des principales chaînes de grandes surfaces. « La tendance est aux modèles simple, basique, dans le cœur de la norme. La décision finale appartenant à la mère, le design flatte les goûts de la maman. »

Aeon a ouvert un rayon « cartables » dans 240 magasins. Les prix vont de 30 000 à 150 000 yens, le prix moyen se situant autour de 50 000 yens. 103 modèles, 24 couleurs existent. Les modèles « sur commande », en choisissant soi-même la matière, le design, les motifs, les fermoirs et le fil des coutures sont également populaires, ce qui fait plus d’1,1 million de modèles possibles.

M. Yamashita de Aeon Retail présente les nouveaux modèles.

Ces dernières années, les randoseru de grandes marques de sacs ont le vent en poupe. L’année dernière, la boutique spécialisée Kaban kôbô Yamamoto a vendu en un mois 13 000 randoseru à 60 000 yens pièce, dès juillet. Chez Tsuchiya Kaban seizôsho aussi, ils avaient tout vendu début septembre.

1,06 million d’enfants ont acheté un randoseru en 2015, à un prix moyen de 50 000 yens, selon le ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports et de la Science. Selon la société d’analyse économique Funai Consulting, le marché du randoseru s’élevait à 50 milliards de yens, soit près du double comparativement à 2005 où il était de 27,5 milliards. Et pourtant, il n’y a aucune érosion du prix unitaire, car aussi bien les parents que les quatre grands parents tiennent à participer à cet achat.

La valeur symbolique du randoseru réside dans le fait qu’il représente les premiers pas de l’enfant dans la société. À cette occasion, parents et grands-parents tiennent à marquer le coup et acheter le meilleur pour leur petit-fils ou petite-fille. C’est cette valeur symbolique qui soutient le marché.

  • [13.07.2016]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le « keshômen », ou la magie de la menuiserie-charpenterie japonaiseLe bois c’est du bois, pourrait-on penser, mais un menuisier ou un charpentier exigeant dans l’exercice de son métier doit faire de nombreux choix. L’usage qu’il fera d’un bois d’œuvre dépend non seulement de sa dureté, de son odeur et de sa couleur, mais aussi de son keshômen, sa « face décorative », déterminée par la façon dont les grumes ont été débitées.
  • Une journée type dans une écurie de lutteurs de sumoUne écurie de sumo est le lieu où les lutteurs, les rikishi, s’entraînent, mais aussi où ils vivent ensemble. Chez Takadagawa, une écurie du quartier de Kiyosumi-shirakawa à Tokyo, nous avons pu les voir à l’entraînement dès le petit matin, mais aussi au repos plus tard dans la journée.
  • Les « ama », des femmes résolues à sauver une tradition plurimillénaireIl y a un demi-siècle, le Japon comptait encore 17 000 ama (littéralement « femmes de la mer »), des plongeuses en apnée perpétuant une tradition vieille de 3 000 ans. Mais depuis, leur nombre a tellement diminué qu’aujourd’hui, il se limite en tout et pour tout à 2 000 dont la moitié vit dans la préfecture de Mie, sur la côte à l'est d'Osaka. Qui plus est, la population des ama a tendance à vieillir rapidement. Comment faire pour susciter des vocations parmi les jeunes afin que cette activité traditionnelle continue à exister ?
  • « Washi », le papier japonais qui dure mille ansLe 27 novembre 2014, l’Unesco a inscrit le papier japonais, le washi, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en tant que « savoir-faire du papier artisanal japonais ». Les techniques de fabrication du papier sont arrivées de Chine au Japon aux alentours du VIIe siècle. L’histoire du washi a donc commencé il y a au moins 1 300 ans. Les caractéristiques climatiques et géographiques ont ensuite contribué à l’apparition d’une grande variété de types de papier fabriqués à la main dans différentes régions de l’Archipel.
  • Requiem pour une épouse défunte : Yamamoto Motoï, artiste du selPourquoi le sel ? C’est la question que nous avons voulu poser à Yamamoto Motoï, artiste atypique, qui utilise ce matériau pour la réalisation de ses installations. Nous l’avons rencontré à Onomichi, son pays natal, et suivi lors de sa création artistique pour une galerie locale.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone