Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
Une journée type dans une écurie de lutteurs de sumo
[30.08.2018] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL |

Une écurie de sumo est le lieu où les lutteurs, les rikishi, s’entraînent, mais aussi où ils vivent ensemble. Chez Takadagawa, une écurie du quartier de Kiyosumi-shirakawa à Tokyo, nous avons pu les voir à l’entraînement dès le petit matin, mais aussi au repos plus tard dans la journée.

Une vie en communauté dans une nouvelle famille

Le sumo est un peu plus qu’un sport individuel. Par certains aspects, c’est aussi un sport collectif, qui nécessite le soutien d’une équipe pour s’entraîner. Cette collectivité est celle de l’écurie (heya). Près de 700 lutteurs, ou rikishi, participent aux compétitions professionnelles organisées par l’Association japonaise de sumo, et chacun d’entre eux, du novice au yokozuna, le rang le plus élevé, appartient à une écurie, actuellement au nombre de 47. Les lutteurs d’une même écurie ne s’affrontent généralement pas lors des tournois officiels (six par an). Cela peut arriver le dernier jour de la compétition, s’il faut départager deux lutteurs ex-aequo pour déterminer le vainqueur, mais c’est exceptionnel.

Tournois officiels de sumo : rangs et effectifs

Rang Titre Effectifs
Makuuchi(1e division) Yokozuna 3
Ôzeki 3
Sekiwake 2
Komusubi 2
Maegashira 32
Jûryô (2e division) 28
Makushita 120
Sandanme 200
Jonidan 224
Jonokuchi 69
Total 683

Source : Association japonaise de sumo (effectifs du tournoi de juillet 2018)

Une écurie n’est pas seulement une équipe, c’est aussi le lieu où les lutteurs vivent ensemble. À la différence des autres sports où le quotidien n’est partagé que durant des stages périodiques, les rikishi vivent ensemble tout au long de l’année. La plupart des écuries sont construites suivant le même modèle : la salle d’entraînement se situe au rez-de-chaussée et les pièces de vie dans les étages supérieurs. Bien souvent, le chef de l’écurie (oyakata) et sa famille occupent le dernier étage. L’oyakata joue le rôle du père de cette famille élargie, et son épouse (okami-san), celui de la mère. Ils s’occupent des lutteurs comme de leurs propres enfants et gèrent de nombreuses facettes de leur quotidien.

En principe, un lutteur ne peut s’émanciper de cette vie collective qu’une fois qu’il a atteint la première ou la deuxième division (on appelle ce grade sekitori), et s’il est marié. Les lutteurs des divisions inférieures partagent un dortoir, tandis que les sekitori bénéficient d’une chambre individuelle. En un mot, la quasi-totalité des rikishi sont domiciliés dans l’écurie à laquelle ils sont rattachés.

Au travail dès le petit matin

Les horaires varient légèrement en fonction des écuries mais partout, la journée commence tôt. En général, les lutteurs se lèvent à six heures, se préparent et commencent l’entraînement à jeun. Le déjeuner, après l’entraînement, sera leur premier repas de la journée.

L’écurie Takadagawa laisse ses lutteurs libres de choisir à quelle heure commencer l’entraînement, mais comme les sekitori sont à pied d’œuvre très tôt, les plus jeunes ne risquent pas de traîner au lit. À sept heures, les voilà presque tous présents, en train de s’échauffer.

Personne n’utilise encore l’arène, le dohyô. Chacun s’échauffe autour en pratiquant encore et encore divers exercices : shiko (lever haut les jambes), suri-ashi (avancer les pieds bien collés au sol) et teppô (frapper de la paume des mains contre un pilier) pour se mettre en condition. Ces mouvements, qui renforcent et assouplissent les membres inférieurs, sont destinés à éviter les blessures. Tout se fait en silence. Les lutteurs sont concentrés sur leur souffle et sur chaque recoin de leur corps, pour se préparer au dur entraînement qui les attend.

Échauffements de base : shiko (en haut), teppô (en bas à gauche) et suri-ashi (en bas à droite)

  • [30.08.2018]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le « keshômen », ou la magie de la menuiserie-charpenterie japonaiseLe bois c’est du bois, pourrait-on penser, mais un menuisier ou un charpentier exigeant dans l’exercice de son métier doit faire de nombreux choix. L’usage qu’il fera d’un bois d’œuvre dépend non seulement de sa dureté, de son odeur et de sa couleur, mais aussi de son keshômen, sa « face décorative », déterminée par la façon dont les grumes ont été débitées.
  • Les « ama », des femmes résolues à sauver une tradition plurimillénaireIl y a un demi-siècle, le Japon comptait encore 17 000 ama (littéralement « femmes de la mer »), des plongeuses en apnée perpétuant une tradition vieille de 3 000 ans. Mais depuis, leur nombre a tellement diminué qu’aujourd’hui, il se limite en tout et pour tout à 2 000 dont la moitié vit dans la préfecture de Mie, sur la côte à l'est d'Osaka. Qui plus est, la population des ama a tendance à vieillir rapidement. Comment faire pour susciter des vocations parmi les jeunes afin que cette activité traditionnelle continue à exister ?
  • « Washi », le papier japonais qui dure mille ansLe 27 novembre 2014, l’Unesco a inscrit le papier japonais, le washi, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en tant que « savoir-faire du papier artisanal japonais ». Les techniques de fabrication du papier sont arrivées de Chine au Japon aux alentours du VIIe siècle. L’histoire du washi a donc commencé il y a au moins 1 300 ans. Les caractéristiques climatiques et géographiques ont ensuite contribué à l’apparition d’une grande variété de types de papier fabriqués à la main dans différentes régions de l’Archipel.
  • Requiem pour une épouse défunte : Yamamoto Motoï, artiste du selPourquoi le sel ? C’est la question que nous avons voulu poser à Yamamoto Motoï, artiste atypique, qui utilise ce matériau pour la réalisation de ses installations. Nous l’avons rencontré à Onomichi, son pays natal, et suivi lors de sa création artistique pour une galerie locale.
  • Karl Bengs, l’architecte allemand qui redonne vie à l’habitat traditionnel japonaisL’architecte allemand Karl Bengs a sauvé plusieurs vieilles maisons menacées de disparition dans des villages dépeuplés de l’Archipel. Il s’est ainsi affirmé comme l’un des plus ardents défenseurs de l’habitat traditionnel japonais. Nippon.com lui a rendu visite chez lui, à Taketokoro, un district rural de la préfecture de Niigata, au nord-ouest du Japon.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone