Chemins de fer du Japon

Le premier train-restaurant au départ de Tokyo

Culture Tourisme

Les chemins de fer Seibu, dont le réseau relie le centre de Tokyo en direction de fameux points touristiques de la grande banlieue tels Chichibu ou Kawagoe ont lancé un service de trains-restaurant sur ces destinations.

Sur un design du célèbre architecte Kuma Kengo

Depuis avril 2016, les chemins de fer Seibu ont lancé l’exploitation de leur train-restaurant, sous la formule : « Le Restaurant qui part en voyage : 52 sièges destination Bonheur ». Les voitures aménagées en restaurant permettent aux passagers d’admirer des magnifiques paysages entre Ikebukuro et Chichibu et quelques autres destinations de la lointaine banlieue de la capitale, tout en dégustant un dîner de grande classe. Le train roule une centaine de jours par an, essentiellement les week-ends et jours fériés.

Quatre wagons, 52 places, pour ces trains « série 4000 » réaménagés, précédemment en service sur la ligne Hannô-Chichibu, dans la préfecture de Saitama. Le célèbre architecte Kuma Kengo a été chargé de l’aménagement extérieur et intérieur. Si Kuma Kengo est connu pour son design du nouveau stade national, c’était la première fois qu’il devait penser l’aménagement d’un train. À l’extérieur, le train montre un visage qui tire parti de la couleur du ciel, de l’onde de la rivière Arakawa qui coule dans la région de Chichibu, et des motifs des quatre saisons. Pour l’intérieur, ce sont les motifs de l’artisanat traditionnel et la production sylvicole de la région traversée qui soutiennent la décoration.

Kuma Kengo a choisi les couleurs de base « bleu du ciel et champagne doré », auquel viennent s’adjoindre les motifs s'inspirant des paysages que longe la voie ferrée. Ici : la voiture n°2, représentant « l’Été ».

La voiture n°3 « l’Automne », évoque les feuilles rouges de la chaîne des montagnes de Chichibu.

Le plafond de la voiture n°2, à l’image des grottes de la région, a été réalisé en papier japonais coloré par le procédé traditionnel du kakishibu (extrait de kaki). Il est rendu ininflammable par un procédé spécial. Le noren (rideau de porte fendu, qui marque l’entrée d’un restaurant) est en soie traditionnelle Chichibu meisen.

Pour le plafond de la voiture N°4, des panneaux de cèdre Nishikawa, produits localement à Hannô, traités pour résister au feu. Le design typique de Kuma Kengo, rendu célèbre justement pour son utilisation du bois dans son architecture contemporaine.

Cuisine et boissons tirent parti des productions locales

Deux services sont proposés : un brunch (d’une durée de 3 heures environ), et un dîner (d’une durée de 2 heures et demie), à raison d’un trajet chacun par jour. Le brunch est servi entre Ikebukuro et Chichibu, départ d’Ikebukuro vers 10h50, arrivée vers 14h00 à Chichibu. Le dîner est servi sur le trajet inverse, départ de Chichibu vers 17h40, arrivée à Ikebukuro vers 20h00.

Les menus sont composés par de célèbres chefs japonais. Jusqu’au mois de juin, c’est Tamura Takashi, le chef de troisième génération du restaurant traditionnel Tsukiji Tamura, associé à trois chefs qui comptent une longue expérience dans de grandes tables ou à l’étranger dans les domaines de la cuisine japonaise, occidentale et chinoise. Les signatures changeront ainsi tous les trois mois. Une autre caractéristique du concept est de préparer le menu avec des ingrédients produits localement, le long du parcours. D’avril à juin, aussi bien pour le brunch que pour le dîner, le bœuf Bushû Wagyû de Saitama constitue l’axe principal de la carte. La carte des boissons est également très riche, et comprendra dès juillet un whisky spécifiquement distillé à Chichibu.

Le menu « Dîner » jusqu’à juin 2016. Photo avec l’aimable autorisation des Chemins de fer Seibu.

Jusqu’au mois de juin, pour le dîner, le menu propose un taro enrobé dans une entrecôte fine braisée, accompagné d’un aileron de requin mijoté au vinaigre noir (à gauche) et un ochazuke au thé de Saitama sur riz, avec daurade (à droite). Photo avec l’aimable autorisation des Chemins de fer Seibu.

Déjà complet jusqu’à la fin septembre

Les conducteurs de ce nouveau train-restaurant sont des conducteurs chevronnés, sélectionnés parmi les professionnels en charge du train express Red Arrow. M. Sunaga Takeshi, l’un de ces conducteurs, déclare être conscient que conduire ce train requiert plus d’attention et de souplesse qu’un train normal, en particulier pour le freinage, du fait que les passagers prennent leur repas.

M. Sunaga, conducteur du « 52 sièges destination Bonheur » est un conducteur chevronné, par ailleurs instructeur pour les jeunes de la compagnie.

L’équipe de salle.

Ces dernières années, plusieurs compagnies de chemin de fer ont mis en exploitation diverses formules de trains-restaurant. Mais, selon les Chemins de fer Seibu, les « 52 sièges destination Bonheur » est le tout premier service de ce type au départ de Tokyo. Le brunch est à 10 000 yens par personne, le dîner à 15 000 yens. Malgré le prix, les réservations couvrent déjà la quasi totalité des jours de service du train-restaurant, signe de sa popularité. Cette innovation d’une compagnie privée de la capitale est d’ores et déjà un succès.

Des cadeaux pour les passagers, un assortiment de produits de la région : génoise pur beurre au thé de la ville de Yokose dans la région de Chichibu, et furoshiki (foulard-baluchon) de Chichibu Chijimi. Photo avec l’aimable autorisation des Chemins de fer Seibu.

Le train « 52 sièges destination Bonheur » s’élance de Tokyo Ikebukuro (à gauche, la tour Sunshine 60) pour parcourir la région touristique de Chichibu (à droite, le mont Bukô). Photo avec l’aimable autorisation des Chemins de fer Seibu.

Restaurant qui part en voyage : 52 sièges destination Bonheur des chemins de fer Seibu

Trajets : Ikebukuro / Seibu-Chichibu ; Seibu-Shinjuku / Seibu-Chichibu ; Seibu-Shinjuku / Hon-Kawagoe
Circule : environ 100 jours dans l’année, essentiellement les week-ends et jours fériés
Tarif : menu « Brunch » : ¥ 10 000 ; menu « Dîner » ¥ 15 000 (TTC, boisson non comprise).
Réservations obligatoires sur site officiel ou par téléphone (04.2926.2887)

(D’après un texte original en japonais de Nishizawa Kazuhiko, Nippon.com. Photo de titre avec l’aimable autorisation des Chemins de fer Seibu : la voiture n°1 du Restaurant qui part en voyage : 52 sièges destination Bonheur, représentant « le Printemps ». Photos sans mention : Kodera Kei)
▼A lire aussi
Le train-couchette se meurt, vive le train-croisière ! [Diaporama] A bord des trains « design » de Kyûshû [Diaporama] Voyage au fil des cours d’eau du Japon

tourisme train restaurant