Dossier spécial Les bains publics, un voyage au quotidien
Comment prendre un bain dans un sentô ? Les fondamentaux à savoir
[06.12.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Entrer pour la première fois dans un établissement de bains publics au Japon, un sentô, requiert sans doute un peu de courage. C’est en compagnie de Furo Wakuzô, conteur comique, que nous nous sommes rendus dans l’un de ces établissements typiquement japonais. Cet inconditionnel des bains publics depuis son enfance nous explique la marche à suivre pour en profiter pleinement.

Vous pouvez y aller les mains vides

Furo Wakuzô nous a donné rendez-vous devant le Takarayu, un sentô 100 % authentique comme il en reste encore dans l’arrondissement d’Adachi à Tokyo. L’atmosphère d’époque est certes impressionnante, mais n’ayez pas peur de vous sentir de trop dans la couleur locale ! L’idéal est de venir avec ses vêtements de rechange, sa serviette, son shampooing, son après-shampooing et son savon, mais vous pouvez aussi bien venir les mains vides. Vous êtes fatigués de votre journée ? Vous voulez vous débarrasser de votre sueur ? Ou alors êtes juste du type curieux ? Tous les prétextes sont bons… Entrons-y faire un tour.

Passez sous le rideau de porte, une adorable atmosphère rétro vous attend.

Une trousse pour transporter une serviette de bain, un savon et un shampooing peut s’averer bien pratique.

Ôtez vos chaussures, payez le tarif, puis direction les vestiaires…

Une fois passé le rideau de porte, vous êtes dans l’entrée du bain public. Des casiers individuels y sont alignés. Déchaussez-vous et rangez vos chaussures dans un casier libre, fermez à clé et conservez-la. Dans d’autres établissements, la clé est à déposer à la réception.

Attention, bottes et grands modèles de chaussures ne sont pas toujours adaptés à la taille des casiers. Soyez prudent !

Le tarif dépend des préfectures. À Tokyo, celui-ci est uniforme, et fixé à 460 yens. Si vous êtes venu sans votre nécessaire de toilette, c’est également à la réception que vous pouvez acquérir pour une certaine somme ce dont vous avez besoin. C’est après avoir payé que vous choisissez votre porte vers les vestiaires : 男 pour les hommes, 女 pour les femmes. Dans d’autres établissements, la sélection s’opère avant de payer. C’est d’ailleurs la structure la plus traditionnelle.

La réception vend aussi rasoirs, brosses à dents, serviettes, etc.

Tags :
  • [06.12.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Sentô d’hier et sentô d’aujourd’huiLes sentô, les bains publics japonais, ont un charme à nul autre pareil, bien différent de celui des sources thermales, les onsen, ou de la baignoire familiale. Nous vous invitons à découvrir deux établissements situés dans la partie nord de Tokyo. Le premier, appelé Takarayu, a gardé l’atmosphère qui était la sienne au moment de sa création, il y a 90 ans. Le second, le Taiheiyu, se situe au contraire à l’avant-garde de la nouvelle vague des sentô modernes.
  • Dix magnifiques sentô, les bains publics japonaisL’expert en sentô Machida Shinobu a visité plus de 3 000 bains publics de tout le Japon. Il nous livre sa liste des dix établissements qui réjouiront tout aficionado des sentô.
  • Introduction aux « sentô », les bains publics japonaisLe bain public, appelé sentô, est un des traits de la culture japonaise. À quand remonte l’histoire des sentô ? Comment se sont-ils développés ? Leur style reflète-il une signification particulière ? Afin d’y répondre, intéressons-nous tout d’abord à ceux existant à Tokyo. Poussons la porte des sentô et entrons !
  • Profession : peintre spécialisé dans les bains publicsQuand on parle de sentô, on pense tout de suite aux grandes fresques qui en décorent l’intérieur. Mais aujourd’hui, il n’existe plus que trois peintres spécialisés dans ce type de travail. L’un d’entre eux est une jeune femme qui porte sur ses épaules l’avenir de ce métier traditionnel.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone