Dossier spécial Au cœur des maisons d’architectes
Une maison au gré du climat japonais
« Maison KATA » (conception : Kiwako Kamo, Manuel Tardits)

Jérémie Souteyrat [Profil]/Véronique Hours [Profil]/Fabien Mauduit [Profil]

[27.12.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | ESPAÑOL | العربية |

Première maison de notre série. Un couple d’architectes franco-japonais a conçu son propre habitat, au style et au confort indéniables. En outre, ils ont laissé libre cours à leur imagination de manière à ce que l’atmosphère du lieu soit en grande partie laissée aux bons soins de la nature.

La maison Kata (conception : Kiwako Kamo et Manuel Tardits, 2007), façade ouest

La façade sud, vue de la rue

La cuisine, vue de la salle à manger

Le salon

L’escalier mène de l’entrée jusqu’au 1er puis 2e étage

La chambre à coucher au 2e étage, isolée par des bibliothèques

Le salon, vu en contre-haut à partir de la salle à manger

Effet de lumière dans le salon, la salle à manger en contrebas

La maison est construite dans le quartier de Setagaya à Tokyo. Comme il s’agissait de leur propre habitation, les architectes Kiwako Kamo et Manuel Tardits ont voulu en faire un objet d’étude pour expérimenter avec le béton le rapport à la nature. L’implantation de la maison, légèrement désaxée par rapport à la parcelle, permet de créer différents « mini-jardins » (tsubo niwa). Chaque jardin, cadré par une fenêtre et caractérisé par des espèces différentes, sert de premier plan à des vues plus larges et lointaines, une technique appelée shakkei, empruntée des jardins traditionnels japonais. Vues, effets de lumière, chants, odeurs, tout est intégré pour fondre la maison dans son environnement. Du printemps à l’automne, le foyer est grand ouvert et les diverses odeurs se succèdent au rythme des floralies.

Béton brut à l’intérieur, simple enduit à l’extérieur, cette maison n’est ni isolée ni climatisée, et peu chauffée. Ici, le climat pénètre l’habitation, et seuls des procédés passifs sont mis en place : la circulation naturelle de l’air, l’ombre des arbres et… les vêtements des habitants.

L’espace conçu en succession de demi-niveaux est fluide et permet une progression naturelle de l’espace commun, en bas, vers celui de l’intime, en haut. Les chambres sont simplement séparées par des bibliothèques, ce qui ne pose aucun problème aux parents mais semble être plus difficile à accepter pour leurs deux enfants, aujourd’hui jeunes adultes.

Vivre dans son cocon de béton a rendu l’architecte casanier, il travaille souvent chez lui assis à la table de la salle à manger, profitant du jeu de la lumière à travers les feuillages des arbres, qui évolue au fil de la journée.


© Jérémie Souteyrat

(Texte original en français, par Véronique Hours et Fabien Mauduit. Photos : © Jérémie Souteyrat. Photo de titre : la maison Kata [Kiwako Kamo et Manuel Tardits, 2007], vue sur la cuisine)

Cette série est tirée d’un projet intitulé « L’archipel de la maison », initié par Jérémie Souteyrat et les architectes français Véronique Hours, Fabien Mauduit et Manuel Tardits. Une exposition itinérante est donnée en Europe depuis 2014 et au Japon en avril 2017. Deux catalogues d’exposition sont disponibles (en version française aux Editions Le Lézard Noir, et en version japonaise chez Kajima Publishing).
Site officiel : L’archipel de la maison

  • [27.12.2017]

Né en France en 1979. Diplômé d’ingénierie en 2001, il s’installe à Tokyo en 2009 en tant que photographe professionnel, et collabore avec de nombreux journaux ou magazines français et étrangers (Le Monde, Elle, The New York Times, The Wall Street Journal, Der Spiegel, etc). Ses photographies recouvrent différents univers, du documentaire au portrait, en passant par l’architecture. En 2014, il publie en France son premier album photo « Tokyo no ie - Maisons de Tokyo » (éditions du Lézard noir). La version japonaise est publiée en 2017 (éditons Seigensha).

website:www.jeremie-souteyrat.com

Architecte franco-canadienne. Vit à Nice. Elle crée en 2008 avec Fabien Mauduit le collectif A.P.ARTs dont les objectifs sont de promouvoir la création interdisciplinaire entre l’architecture, le paysage et l’art. En 2013, elle entreprend plusieurs voyages d’étude au Japon sur le thème de la maison individuelle. Elle publie avec Fabien Mauduit en 2016 Architectural Guide in Chile.

website:[www.a-p-arts.com]

Architecte, co-fondateur avec Véronique Hours du collectif A.P.ARTs. Vit à Nice. Il réalise des projets aux thèmes et échelles variables, et développe des sujets de recherche concernant la production architecturale moderne et contemporaine. Il publie avec Véronique Hours en 2016 Architectural Guide in Chile.

website:[www.a-p-arts.com]

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une maison à trois terrasses superposéesSeptième maison de notre série. Trois étages disposant chacun de leur propre terrasse : un tel espace de convivialité a rendu ses habitants casaniers et les invités toujours plus enthousiastes de leur rendre visite. Mais peut-on leur en vouloir ?
  • Une maison qui s’allonge sur les rizièresSixième maison de notre série. Un cadre pittoresque rompant nettement avec la dynamique urbaine de Tokyo où le père travaille. Le foyer aux formes tridimensionnelles offre un espace de jeu rêvé pour les enfants, et de détente pour les parents devant un champ de rizières qui se prolonge depuis la terrasse.
  • Une maison qui crée l’espace et l’intimeCinquième maison de notre série. Si le bois sombre de cet habitat fait honneur à la maison traditionnelle japonaise, l’architecture intérieure recèle de véritables ingéniosités, tout particulièrement le plancher en claire-voie. L’espace ouvert au passage du vent et de la lumière sait respecter l’intimité de ses trois occupants.
  • Une maison purifiée à la lumière naturelleLa quatrième maison de notre série est un véritable cocon de lumière. Pénétrant de part et d’autre du plafond, elle illumine un intérieur fascinant composé de plusieurs compartiments dans un seul grand espace. L’intimité des habitants se mêle ainsi à la convivialité d’une vie en famille.
  • Une maison mise en boîteTroisième maison de notre série. Impossible de rester indifférent face à une telle architecture externe. Et pour l’intérieur, vous n’avez encore rien vu : un espace sans mur, une salle à manger flottant dans le vide, et une famille de trois personnes en parfaite harmonie avec le chant des oiseaux.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone