Dossier spécial Au cœur des maisons d’architectes
Une maison qui crée l’espace et l’intime
Maison à Komazawa (Conception : Go Hasegawa and associates)

Jérémie Souteyrat [Profil]/Véronique Hours [Profil]/Fabien Mauduit [Profil]/Manuel Tardits [Profil]

[03.05.2018] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 繁體字 | العربية |

Cinquième maison de notre série. Si le bois sombre de cet habitat fait honneur à la maison traditionnelle japonaise, l’architecture intérieure recèle de véritables ingéniosités, tout particulièrement le plancher en claire-voie. L’espace ouvert au passage du vent et de la lumière sait respecter l’intimité de ses trois occupants.

Maison à Komazawa (conception : Hasegawa Gô, 2011), vue du côté est

Vue sur le salon depuis l’escalier

L’escalier menant du salon à l’étage, et sa grande fenêtre

Les chambres à coucher à l’étage

Le bureau à l’étage, transformé en salle de jeux temporaire, et son plancher en claire-voie

Le plancher en claire-voie permet de laisser jouer la lumière et les ombres au fil de la journée

À première vue, la maison à Komazawa comporte une géométrie semblable aux maisons du voisinage. Le projet réinterprète l’archétype de la maison à travers le choix et la mise en œuvre des matériaux de façade, ainsi que l’échelle et la position des fenêtres. En effet, les murs extérieurs et la toiture sont entièrement revêtus de planches d’eucalyptus de couleur sombre, essence faisant référence à la maison traditionnelle.

Les clients habitaient précédemment un appartement sous les combles, bien ensoleillé et bien ventilé. Malgré l’exiguïté du terrain, ils souhaitaient disposer de conditions de confort comparables avec un grand espace de séjour, clair, ensoleillé et à l’abri des regards extérieurs. La mise en place d’un plancher à claire-voie entre les deux étages, réinterprétation des panneaux coulissants traditionnels à claustras, offre une continuité spatiale ambiguë entre le rez-de-chaussée et l’étage. Laissant ainsi passer la lumière et les ombres, ce plancher participe ainsi à la création d’un espace ouvert et fluide.

Dans le séjour, la grande fenêtre a été placée en hauteur de manière à garantir l’intimité des habitants et cadrer la vue sur le prunier du voisin, afin de l’« emprunter » et l’intégrer à la maison, un concept traditionnel de la maison japonaise dit shakkei (littéralement « emprunt de paysage »).

Alors que le père de famille apprécie tout particulièrement le cadrage sur le ciel depuis la salle de bain, le chien, qui a l’âge de la maison, s’installe au seul poste d’observation où l’on peut apercevoir la rue : le palier de l’escalier.


© Jérémie Souteyrat

(Texte : Véronique Hours et Fabien Mauduit. Photos : © Jérémie Souteyrat, 2014. Photo de titre : la maison à Komazawa [Conception : Hasegawa Gô, 2011], le bureau à l’étage))

Cette série est tirée d’un projet intitulé « L’archipel de la maison », initié par Jérémie Souteyrat et les architectes français Véronique Hours, Fabien Mauduit et Manuel Tardits. Une exposition itinérante est donnée en Europe depuis 2014 et au Japon en avril 2017. Deux catalogues d’exposition sont disponibles (en version française aux Editions Le Lézard Noir, et en version japonaise chez Kajima Publishing).

  • [03.05.2018]

Né en France en 1979. Diplômé d’ingénierie en 2001, il s’installe à Tokyo en 2009 en tant que photographe professionnel, et collabore avec de nombreux journaux ou magazines français et étrangers (Le Monde, Elle, The New York Times, The Wall Street Journal, Der Spiegel, etc). Ses photographies recouvrent différents univers, du documentaire au portrait, en passant par l’architecture. En 2014, il publie en France son premier album photo « Tokyo no ie - Maisons de Tokyo » (éditions du Lézard noir). La version japonaise est publiée en 2017 (éditons Seigensha).

website:www.jeremie-souteyrat.com

Architecte franco-canadienne. Vit à Nice. Elle crée en 2008 avec Fabien Mauduit le collectif A.P.ARTs dont les objectifs sont de promouvoir la création interdisciplinaire entre l’architecture, le paysage et l’art. En 2013, elle entreprend plusieurs voyages d’étude au Japon sur le thème de la maison individuelle. Elle publie avec Fabien Mauduit en 2016 Architectural Guide in Chile.

website:[www.a-p-arts.com]

Architecte, co-fondateur avec Véronique Hours du collectif A.P.ARTs. Vit à Nice. Il réalise des projets aux thèmes et échelles variables, et développe des sujets de recherche concernant la production architecturale moderne et contemporaine. Il publie avec Véronique Hours en 2016 Architectural Guide in Chile.

website:[www.a-p-arts.com]

Architecte français résidant à Tokyo. Enseignant (Université Meiji, École ICS College of Arts) et co-dirigent de l’agence d’architecture Mikan basée à Yokohama. Il participe à de nombreuses expositions dont Archilab 2006 « Faire son nid dans la ville » et « Tokyo 2050 /12 Visions for the Metropolis » au congrès de l’UIA 2011. Auteur de Ie no kioku (Mémoire de la maison), Post Office, Save the Danchi et Tokyo, Portraits et Fictions.

website:www.mikan.co.jp

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une maison pour s’évader en solitaireDixième et dernière maison de notre série. Cette fois, plus question d’habitation familiale. Ce foyer aux formes originales a été conçu pour apprécier les moments de solitude, en contemplant la mer dans un abri confortable et sans gêner la vue des passants et des voisins grâce à ses deux grandes fenêtres.
  • Une maison "tout en finesse" et en profondeurNeuvième maison de notre série. Située à Kyoto et répondant à l’étrange nom de « maison O », l’habitation aux formes singulières n’a pas fini de surprendre en constatant la vaste profondeur des pièces. Tout a été pensé pour briser la frontière entre extérieur et intérieur, et adapter la vie du foyer au fil des saisons…
  • Une maison où les habitants et les passants peuvent savourer la merHuitième maison de notre série. Dans la paisible ville de Kamakura, l’architecte a bâti la maison sur l’ancienne demeure de ses parents. L’habitation n’a pas été uniquement conçue pour ses résidents, mais aussi pour les passants, afin de leur faire profiter de la vue sur la mer.
  • Une maison à trois terrasses superposéesSeptième maison de notre série. Trois étages disposant chacun de leur propre terrasse : un tel espace de convivialité a rendu ses habitants casaniers et les invités toujours plus enthousiastes de leur rendre visite. Mais peut-on leur en vouloir ?
  • Une maison qui s’allonge sur les rizièresSixième maison de notre série. Un cadre pittoresque rompant nettement avec la dynamique urbaine de Tokyo où le père travaille. Le foyer aux formes tridimensionnelles offre un espace de jeu rêvé pour les enfants, et de détente pour les parents devant un champ de rizières qui se prolonge depuis la terrasse.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone