Dossier spécial Quand gourmandise rime avec plaisir
Les râmen, plébiscitées par les Japonais

Ishiyama Hayato [Profil]

[04.08.2015] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Les râmen connaissent aujourd’hui un succès croissant dans le monde entier. Un spécialiste revient pour nous sur l’origine de ce plat et ses perspectives.

Né à Aomori, goûter aux râmen de nombreux restaurants était déjà un passe-temps lorsque j’étais lycéen. À mon entrée à l’université à Tokyo, j’ai commencé à vivre seul. Avoir la liberté de choisir mes repas a renforcé mon intérêt pour les râmen, d’autant plus qu’à Tokyo, j’ai découvert des variantes introuvables à Aomori.

L’auteur (à gauche) présente à la télévision le restaurant Ramen Dining Jingu à Tokyo, qu’il a conçu.

Pour moi qui ne connaissais que les râmen servies dans un bouillon maigre à base de poisson séché assaisonné de sauce de soja, les râmen à la mode de Hakata ou de Yokohama, avec leur riche bouillon à base d’os de porc mijotés, ont constitué un véritable choc. Je me souviens avoir sillonné la ville sur ma moto, à la recherche du bouillon le plus riche possible.

Étudiant, je mangeais des râmen tous les midis. Mon université avait des campus à Shibuya et Yokohama, deux hauts lieux de la culture des râmen ; je déjeunais donc chaque jour dans un restaurant différent. À force de comparer mon avis à celui de mes camarades, j’ai fini par fonder le Cercle d’étude des râmen, reconnu par l’université. C’est ainsi que j’ai pu participer à l’émission télévisée Le championnat des râmen ; ma présence dans les médias m’a conduit à faire de ce passe-temps mon métier.

▼A lire aussi
Les Japonais adorent les râmen ! Une visite au Musée du râmen

La base : un bol de râmen par jour

C’est en 2004 que j’ai pour la première fois supervisé un guide gastronomique sur les râmen dans la préfecture d’Aomori. Jusque-là, j’avais déjà écrit des articles pour des magazines, mais c’était la première fois que je rédigeais un livre entier. Il m’a fallu visiter plus d’une centaine de restaurants en deux mois, à un rythme soutenu. Le succès de ce premier guide a débouché sur la rédaction d’une vingtaine d’autres livres sur les râmen en dix ans.

Ces dernières années, je travaille de plus en plus pour la télévision, mais la base de mon travail reste la dégustation quotidienne de râmen variées. Je m’intéresse également aujourd’hui à d’autres genres culinaires, comme le yakiniku ou les sushis, ce qui fait que je mange moins de râmen qu’autrefois, mais, malgré tout, je continue à en avaler au moins un bol par jour, sans relâcher mes efforts de recherche.

Il ne faut pas sous-estimer les râmen. Elles constituent un fonds commun à tous les Japonais, et les amateurs de râmen sont nombreux. Elles m’ont permis de me faire des amis dans les rangs des P.-D.G. de grandes entreprises, des sportifs connus, des actrices ou encore des stars du petit écran. Ces relations et ce qu’elles m’ont appris me permettront à l’avenir de travailler encore plus efficacement à la promotion du secteur des râmen.

  • [04.08.2015]

Critique gastronomique spécialiste des râmen. Fondateur du Cercle d’étude des râmen lorsqu’il était étudiant, il a depuis dégusté les râmen de plus de 6 000 restaurants. Participe à de nombreuses émissions télévisées et projets variés. Consultant en création de nouilles instantanées, auprès de restaurants de râmen et dans des domaines connexes, il participe aussi à faire connaître les râmen à l’étranger. Auteur de l’ouvrage bilingue japonais-anglais The Ramen Book (Jitsugyô no Nihonsha, 2015), entre autres.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le Big data au service du vin japonaisLes vins japonais n’ont maintenant plus rien à envier à des importations bon marché vendues dans les supermarchés, les consommateurs étant de plus en plus attirés par les histoires de producteurs proches de chez eux. La viticulture est justement un domaine qui a introduit de plus en plus le système du Big data. Que permet concrètement l'utilisation de quantités colossales de données ? Reportage dans les préfectures de Yamanashi et Nagano au moment de la récolte.
  • Le buri, le poisson le plus délicieux du Japon ?Il est un poisson appelé buri, qui ne vit que dans les eaux proches du Japon. Le buri sauvage des mers froides est un mets très apprécié de la cuisine japonaise d’hiver, où sa chair se déguste aussi bien crue que cuite. Allons à la rencontre de ce spécimen en passe de devenir le « poisson national » du Japon.
  • Saké à la londonienne : la première brasserie de saké de Grande-BretagneKanpai London Craft Sake, la première brasserie de saké en Grande-Bretagne, a été créée par Lucy Holmes et Tom Wilson. De toute petite taille, leur établissement lancé en février 2017 fait déjà beaucoup parler de lui, notamment en raison de son approche innovante dans la fabrication et la commercialisation de la boisson nationale nippone
  • L’alcool de prune « umeshu », un délice à la conquête du mondeCes dernières années, si le saké japonais a le vent en poupe sur les marchés étrangers, le umeshu, l’alcool de prune, n’est pas en reste non plus. Sucré, facile à boire et bon pour la santé, il est surtout très apprécié des femmes et des jeunes. Nippon.com est allé à la rencontre d’un producteur de la préfecture de Wakayama, qui ne ménage pas ses efforts pour faire connaître au-delà des frontières de l’Archipel les délices de cet alcool. Il nous a expliqué son processus de fabrication tout en nous confiant ses attentes pour l’avenir.
  • Le thé japonais, un lien universel : floraison numérique dans une tasse de thé cosmiqueÀ Paris, le salon Maison & Objet dédié à la décoration intérieure hébergeait un espace plongé dans la pénombre, pareil à une faille temporelle : une installation numérique interactive fusionnelle avec le monde du thé. Partez à la découverte de beautés et saveurs fugitives, potentielles portes d’entrée d’un nouveau genre dans l’univers du thé et du zen.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone