Dossier spécial Voyage à travers les cerisiers du Japon
Trois meilleurs sites de cerisiers dans le Tôhoku [1] : Kakunodate
[24.04.2018] Autres langues : ESPAÑOL |

De fin avril à début mai, alors que les cerisiers de Tokyo et de Kyoto ont déjà perdu leurs pétales, ceux de la région du Tôhoku (le Nord-Est), sont au sommet de leur beauté. Le premier des trois lieux les plus célèbres du Tôhoku pour les admirer se trouve à Kakunodate, dans la ville de Senboku, préfecture d’Akita. Les cerisiers pleureurs (shidare-zakura), qui passent par-dessus les palissades en bois sombre des anciennes demeures de samouraïs offrent une vue superbe, particulièrement en nocturne.

Un voyage dans le temps de l’ère d’Edo

Kakunodate, qui fut construite en 1620 autour du château féodal, conserve encore aujourd’hui son paysage de l’ère Edo (1603-1868), y compris la « rue des maisons de samouraïs », Bukeyashiki-dôri, où se trouvaient les principales résidences des feudataires, et que l’on appelle aujourd’hui encore « le petit Kyoto du Tôhoku ».

C’est à la saison des cerisiers en fleurs que Kakunodate est la plus somptueuse. Leurs branches chargées de fleurs, les cerisiers pleureurs dans les jardins bordant l’artère principale encadrent l’avenue des deux côtés ainsi que les portails des résidences de samouraïs. Le contraste entre le rose pâle des cerisiers et les palissades de bois noires est saisissant.

Fin avril est la meilleure période pour admirer les shidare-zakura de la « rue des maisons de samouraïs ». (Photo avec l’aimable autorisation de l’Office du tourisme de Kakunodate)

Ce sont environ 400 cerisiers à branches pendantes qui fleurissent dans toute la ville. Certains sont âgés de plus de 300 ans, et 162 d’entre eux sont classés trésors naturels nationaux.

Certaines des résidences, comme la maison des Ishiguro, ou la maison des Aoyagi, sont ouvertes au public, et vous pouvez faire le tour de la ville et admirer les cerisiers en pousse-pousse, pour goûter à la riche ambiance du quartier du temps des samouraïs. La « Maison de l’artisanat kabazaiku de Kakunodate » possède elle aussi de forts beaux cerisiers. Ce lieu produit des objets d’artisanat en écorce de yamazakura (cerisier sauvage), mettant particulièrement en valeur le lustre de cette matière. Il est même possible de voir les maîtres artisans travailler en public.

Le dépôt des pousse-pousse se trouve juste devant la « Maison de l’artisanat kabazaiku de Kakunodate » (Photo avec l’aimable autorisation de l’Office du tourisme de Kakunodate)

Informations

Maison de l’artisanat kabazaiku de Kakunodate

  • Adresse : 10-1 Omotemachi-Kamichô, Kakunodate-machi, Senboku-shi, Akita-ken 014-0334
  • Accès : 20 minutes à pied de la gare JR Kakunodate
  • Heures d’ouverture : 9h00 à 17h00 (16h30 décembre-mars)
  • Frais d’entrée : 300 yens pour les adultes, 150 yens pour les enfants
  • Atelier d’artisanat : à partir de 700 yens
  • [24.04.2018]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Trois meilleurs sites de cerisiers dans le Tôhoku [3] : Kitakami TenshôchiDe fin avril à début mai, alors que les cerisiers de Tokyo et de Kyoto ont déjà perdu leurs pétales, ceux de la région du Tôhoku (le Nord-Est), sont au sommet de leur beauté. Le dernier des trois plus beaux endroits pour admirer ces fleurs dans la région est le parc Tenshôchi, dans la ville de Kitakami, préfecture d’Iwate. Son célèbre tunnel de cerisiers et ses voitures à cheval sont là pour vous offrir une promenade inoubliable. Les cerisiers sur les berges de la Kitakami en font un paysage absolument admirable, et les koinobori (manches à air en forme de carpe) qui dansent dans le vent sont comme la signature du mois de mai.
  • Trois meilleurs sites de cerisiers dans le Tôhoku [2] : le parc de HirosakiDe fin avril à début mai, alors que les cerisiers de Tokyo et de Kyoto ont déjà perdu leurs pétales, ceux de la région du Tôhoku (le Nord-Est), sont au sommet de leur beauté. L’un des plus célèbres sites de la région est sans conteste le château de Hirosaki, dans la ville du même nom, préfecture d’Aomori, au point que plus de 2 millions de visiteurs font le déplacement chaque année. Tout concourt à la sublime beauté du lieu : le château de Hirosaki en perspective, le mont Iwaki enneigé dans le lointain…
  • Le château d’Osaka et ses cerisiers en fleurs, une parfaite harmonieLe château d’Osaka est sans aucun doute un des endroits les plus célèbres du Kansai pour aller admirer les cerisiers en fleurs. Dans son parc y fleurissent près de 3 000 cerisiers de différentes variétés, et leur contraste avec le château rempli d’histoire est d’une beauté saisissante.
  • Rochers étranges et cerisiers en fleurs, une balade inoubliable à OnomichiÀ l’ouest de l’île principale de Honshû, voici Onomichi, dans la préfecture de Hiroshima, bordée par la mer intérieure de Seto. Avec ses nombreuses pentes, le parc du Senkôji et ses magnifiques paysages de cerisiers forment un spectacle à ne pas manquer. Sans oublier les rochers aux formes étranges de la montagne, qui valent amplement le détour.
  • Comment tomber amoureux des cerisiers en fleurs Quand les cerisiers fleurissent, tout le pays ne parle plus que de ça. Qu’ont-ils de si fascinant ? Nous avons posé la question à M. Asada Nobuyuki, de l’Association japonaise pour les cerisiers.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone