Dossier spécial Lieux sacrés du Japon
Le sanctuaire Yasaka de Kyoto, emblème d’un des plus grands festivals du Japon
[13.07.2018] Autres langues : 繁體字 |

Situé dans un périmètre accessible à pied du centre de Kyoto, ce sanctuaire est non seulement le lieu où les résidents viennent vénérer leur divinité tutélaire mais également un site touristique très visité. C’est également en son honneur qu’a lieu le « Gion matsuri », l’un des trois grands festivals du Japon, ce spectacle emblématique de l’été à Kyoto qui se perpétue depuis le IXe siècle.

D’où vient ce lieu sacré ?

Le sanctuaire Yasaka est situé à l’est de Kyoto, au carrefour de la rue Shijô-dori, la principale artère traversant d’est en ouest la ville dessinée en quadrillage selon la géomancie chinoise. La porte Nishirômon, peinte en rouge-orangé éclatant en haut d’un escalier de pierre en pente douce dans le prolongement de la Shijô-dori, en est le symbole.

La porte Nishi-rômon

Avant d’être renommé en 1868 en raison du décret sur la séparation du shinto et du bouddhisme, le sanctuaire Yasaka était appelé « Gionsha » ou « Gion Tenjin ». Gion est connu comme le quartier des plaisirs de Kyoto mais son nom provient à l’origine de « Gion shôja », appelation japonaise de Jetavana, un monastère dont les vestiges se trouvent au nord de l’Inde et où le Bouddha aurait prononcé ses sermons.

Il existe plusieurs hypothèses sur l’origine du sanctuaire Yasaka. D’après les annales du sanctuaire lui-même, un haut fonctionnaire venu du royaume de Koguryo en Corée l’aurait fait construire en 656. Toutefois, selon la version la plus probable, un moine du nom d’Ennyo l’aurait érigé en 876 pour vénérer la divinité Gozu, protectrice de « Gion shôja ». Il est également possible qu’il s’agisse d’une autre ancienne divinité tutélaire locale ou encore celle du clan Yasaka, venu de Corée pour s’établir au Japon.

Le portique en pierre de Minami-rômon

Depuis le décret sur la séparation du shinto et du bouddhisme et jusqu’à aujourd’hui, la principale divinité du sanctuaire est Susanoo-no-mikoto ainsi que son épouse et ses huit enfants. Susanoo-no-mikoto, après avoir commis de nombreuses mauvaises actions à Takamagahara, la résidence des dieux immortels, est exilé sur la terre.

Quoi qu’il en soit, le sanctuaire Yasaka vénère le shinto et le bouddhisme depuis sa fondation. Il s’est harmonisé avec les gens et les divinités venus des pays étrangers et s’est créé ainsi une culture qui lui est propre.

  • [13.07.2018]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les trésors de Hiraizumi, un monde à l’image de la Terre pure du bouddhaHiraizumi est une rare cité médiévale ayant été modelée sur l’idéologie bouddhique, plus précisément celle de la Terre Pure. En 2011, l’Unesco a inscrit six sites de cette petite ville de la préfecture d’Iwate, au nord-est du Japon, sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. Découvrons le plus célèbre trésor qu’elle recèle.
  • Un certificat de bonne santé pour le Grand Bouddha de KamakuraLe visage tout juste rafraîchi du Daibutsu ou Grand Bouddha de Kamakura se superpose aux aspirations du Japon pour un renouveau national, au moment du cinquième anniversaire du Grand tremblement de terre de l’Est du Japon. Cette sculpture iconique a été soumise, pendant près de deux mois, à des inspections diagnostiques, des réparations mineures et à un nettoyage extérieur et intérieur complet par l’Institut national de recherche pour les biens culturels, Tokyo. Il est réapparu ce 11 mars avec un certificat de parfaite santé et un rayonnement redoublé.
  • Le Fushimi Inari à Kyoto : un sanctuaire mythique du JaponLaissez-vous guider dans le sanctuaire Fushimi Inari à Kyoto, élu « Destination japonaise préférée des touristes étrangers » aux termes de l’enquête du plus grand site mondial d’informations touristique de bouche à oreille Trip Advisor.
  • Le pèlerinage des 88 temples de Shikoku fête ses 1 200 ans2014 marque le 1 200e anniversaire du circuit de pèlerinage créé par le moine Kûkai (774-835) à travers 88 temples bouddhistes répartis sur les quatre pays (aujourd’hui préfectures) de l’île de Shikoku. Ce chemin, singulier voyage empli de sérénité, compte de nombreux adeptes.
  • Le sanctuaire d’Izumo fait peau neuve tous les 60 ansLe Japon compte environ 80 000 sanctuaires shintô. Les plus importants et les plus anciens d’entre eux répètent à intervalles réguliers un sengû (translation), cérémonie pendant laquelle la divinité vénérée est déménagée et va habiter un sanctuaire temporaire à proximité pour permettre des réparations ou la reconstruction du pavillon principal ou d’une autre partie du complexe. Au grand sanctuaire d’Izumo, le sengû a lieu tous les 60 ans.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone