Dossier spécial Lieux sacrés du Japon
Les trésors de Hiraizumi, un monde à l’image de la Terre pure du bouddha
[21.08.2018] Autres langues : Русский |

Hiraizumi est une rare cité médiévale ayant été modelée sur l’idéologie bouddhique, plus précisément celle de la Terre Pure. En 2011, l’Unesco a inscrit six sites de cette petite ville de la préfecture d’Iwate, au nord-est du Japon, sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. Découvrons le plus célèbre trésor qu’elle recèle.

L’âge d’or de Hiraizumi

Le clan Fujiwara est une puissante famille de la noblesse liée à de nombreux empereurs japonais de l’époque médiévale. L’un de leurs membres, Fujiwara no Kiyohira (1056-1128), le fondateur de la lignée des Fujiwara du Nord, a installé son quartier général à Hiraizumi à la fin du XIe siècle. Après avoir passé de longues années sur les champs de bataille et fait l’expérience des atrocités de la guerre, cet intrépide guerrier souhaitait apaiser les âmes des victimes des combats, instaurer la paix et créer un monde à l’image du paradis de la Terre pure, la doctrine bouddhique la plus répandue en Asie du Sud-Est.

C’est ainsi que Hiraizumi a connu un véritable âge d’or où elle a vécu dans la paix et la prospérité sous la houlette de trois générations de Fujiwara. Cette période brillante a pris fin en 1189, lorsque Minamoto no Yoritomo (1147-1199) – le grand chef de guerre qui a installé son gouvernement à Kamakura – s’est emparé des possessions des Fujiwara du Nord. En dépit des dégâts occasionnés par les combats, un grand nombre de pavillons, de pagodes et de jardins inspirés le bouddhisme de la Terre pure ont subsisté et sont à présent les témoins éloquents du passé remarquable de Hiraizumi.

Reconstitution graphique assistée par ordinateur des sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco du Muryôkô-in et du mont Kinkei, tels qu’ils devaient se présenter à l’apogée de Hiraizumi (avec l’aimable autorisation du Conseil pédagogique de Hiraizumi).

Portrait de trois des chefs successifs de la branche des Fujiwara du Nord, conservé au temple du Môtsûji de Hiraizumi (avec l’aimable autorisation du Môtsûji).

Le Chûsonji est le plus célèbre des sites de Hiraizumi classés au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. La construction de ce vaste ensemble architectural s’est faite à l’initiative de Fujiwara no Kiyohira, et a duré quelque vingt années. Ce faisant, le premier chef des Fujiwara du Nord entendait apaiser les âmes de tous les morts, alliés ou ennemis, victimes des nombreux combats qui s’étaient déroulés dans la région au cours de la seconde moitié du XIe siècle. La voie d’accès principale du Chûsonji, appelée Tsukimizaka (littéralement « la montée d’où contempler la lune »), est bordée d’immenses cyprès du Japon (sugi) plantés il y a trois à quatre siècles.

À un moment donné du parcours, elle offre une vue panoramique sur la ville de Hiraizumi. Elle finit par déboucher sur une série d’édifices qui faisaient partie du Chûsonji au moment de sa fondation : pavillon principal (honden) reconstruit en 1909 ; scène de en plein air située à côté du sanctuaire Hakusan, où ont encore lieu des représentations notamment au mois d’août ; pavillon des sutras réédifié durant la période de Kamakura (1185-1333) avec des matériaux datant de son époque d’origine.

La montée Tsukimizaka qui mène au Chûsonji a une longueur d’environ 560 mètres.

  • [21.08.2018]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le sanctuaire Yasaka de Kyoto, emblème d’un des plus grands festivals du JaponSitué dans un périmètre accessible à pied du centre de Kyoto, ce sanctuaire est non seulement le lieu où les résidents viennent vénérer leur divinité tutélaire mais également un site touristique très visité. C’est également en son honneur qu’a lieu le « Gion matsuri », l’un des trois grands festivals du Japon, ce spectacle emblématique de l’été à Kyoto qui se perpétue depuis le IXe siècle.
  • Un certificat de bonne santé pour le Grand Bouddha de KamakuraLe visage tout juste rafraîchi du Daibutsu ou Grand Bouddha de Kamakura se superpose aux aspirations du Japon pour un renouveau national, au moment du cinquième anniversaire du Grand tremblement de terre de l’Est du Japon. Cette sculpture iconique a été soumise, pendant près de deux mois, à des inspections diagnostiques, des réparations mineures et à un nettoyage extérieur et intérieur complet par l’Institut national de recherche pour les biens culturels, Tokyo. Il est réapparu ce 11 mars avec un certificat de parfaite santé et un rayonnement redoublé.
  • Le Fushimi Inari à Kyoto : un sanctuaire mythique du JaponLaissez-vous guider dans le sanctuaire Fushimi Inari à Kyoto, élu « Destination japonaise préférée des touristes étrangers » aux termes de l’enquête du plus grand site mondial d’informations touristique de bouche à oreille Trip Advisor.
  • Le pèlerinage des 88 temples de Shikoku fête ses 1 200 ans2014 marque le 1 200e anniversaire du circuit de pèlerinage créé par le moine Kûkai (774-835) à travers 88 temples bouddhistes répartis sur les quatre pays (aujourd’hui préfectures) de l’île de Shikoku. Ce chemin, singulier voyage empli de sérénité, compte de nombreux adeptes.
  • Le sanctuaire d’Izumo fait peau neuve tous les 60 ansLe Japon compte environ 80 000 sanctuaires shintô. Les plus importants et les plus anciens d’entre eux répètent à intervalles réguliers un sengû (translation), cérémonie pendant laquelle la divinité vénérée est déménagée et va habiter un sanctuaire temporaire à proximité pour permettre des réparations ou la reconstruction du pavillon principal ou d’une autre partie du complexe. Au grand sanctuaire d’Izumo, le sengû a lieu tous les 60 ans.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone