Dossier spécial Le renouveau régional au Japon
Comment repeupler un village reculé ?
Le succès remarquable du village insulaire d’Ama

Uno Shigeki [Profil]

[20.02.2015] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL |

Lorsqu’il est question de renouveau régional, un petit village insulaire de quelque 2 300 habitants au large du littoral de la préfecture de Shimane se voit souvent cité comme un exemple remarquable de réussite en ce domaine. Comment Ama, jadis un hameau dépeuplé menacé de faillite, a-t-il réussi à inverser le sort et à donner naissance à une collectivité débordante de vitalité qui attire des jeunes des zones urbaines ?

Pluie de louanges sur un petit village

Alors que nombre de zones périphériques du Japon sont affectées par le vieillissement et le dépeuplement, il existe un hameau lointain qui se porte très bien depuis quelques années aux yeux de la nation tout entière. Grâce notamment à un afflux de nouveaux habitants, et particulièrement de jeunes gens qui n’avaient aucun lien préalable avec la région (le phénomène des « néoruraux » appelé au Japon « I-turn »), le village d’Ama de la préfecture de Shimane – perchée sur l’île de Nakanoshima de l’archipel d’Oki, situé en mer du Japon à quelque 60 kilomètres du littoral – a trouvé de nouveaux débouchés lucratifs pour ses nombreux produits locaux. Elle est en outre au cœur d’une collectivité locale dont les habitants sont fortement engagés dans la construction de leur propre bien-être à travers la participation à l’élaboration du plan de développement global du village. Ama a obtenu des résultats si remarquables que le Premier ministre Abe lui a rendu hommage et l’a présentée comme un modèle de renouveau régional dans le discours de politique générale qu’il a prononcé en septembre 2014.

Ama en vérité a pris bien des initiatives qui peuvent servir d’exemple à d’autres villes ; j’y reviendrai dans la suite de ce texte. Mais il est particulièrement important, avant d’aller plus loin, de se rendre compte que les louanges qui pleuvent aujourd’hui sur Ama ne portent pas sur tel ou tel fait isolé mais viennent couronner un grand projet mettant en jeu de nombreux facteurs interconnectés. Il convient en outre de s’interroger sur les raisons qui sous-tendent la réussite d’un tel projet dans une collectivité spécifique. Il ne manque pas d’exemples de régions périphériques qui ont connu un afflux de nouveaux venus, un renouveau de l’activité économique ou une résurgence du sens de l’autonomie locale. Mais comment expliquer que ces trois phénomènes se soient produits conjointement sur une île lointaine du Japon « reculé » ?

« Faites avec ce qu’il y a »

Nakanoshima, l’île où se trouve Ama, n’a que 89 kilomètres de circonférence et il faut trois heures en ferry pour s’y rendre depuis la terre. Du fait de cette difficulté d’accès, le site naturel est resté intact et les paysages sont de toute beauté. L’île a servi de lieu d’exil pour nombre de prisonniers politiques, dont certains étaient des aristocrates. L’empereur Go-Toba, qui était de ce nombre, a composé quantité de poèmes waka au cours des 19 années qu’il a passées sur l’île après avoir perdu la guerre de Jôkyû contre le shogunat de Kamakura en 1221.

Objectivement parlant, rien ne permet de dire qu’Ama bénéficie d’une situation naturelle avantageuse. Son lien principal avec la terre ferme est un ferry qui met trois heures pour atteindre l’île (en précisant toutefois qu’un bateau à grande vitesse la dessert depuis peu). Le transport vers les autres îles se fait aussi par bateau, si bien que tout voyage vers un autre rivage est une affaire d’une journée entière. Le service du ferry connaît de fréquentes interruptions dues à la hauteur des vagues, si bien qu’à la saison des typhons, on peut être laissé en rade pendant des jours. Et les tempêtes en mer sont nombreuses en hiver. En ce qui concerne les liaisons aériennes, il faut se contenter d’un service aller et retour quotidien à destination d’Osaka et de la ville voisine d’Izumo.

L’absence d’obstétricien constitue un autre sérieux problème pour les habitants de l’île. Il existe bien un hôpital général sur la grande île d’Okinoshima, doté d’un service d’obstétrique et de gynécologie, mais aucun médecin n’y exerce à plein temps – bien qu’un hôpital universitaire en ait jadis détaché un –, ce qui est symptomatique de la pénurie nationale de pourvoyeurs de soins de santé maternelle. La situation d’Ama à cet égard explique pourquoi tant de femmes enceintes choisissent d’accoucher sur la terre ferme, où il arrive qu’il faille les transporter par hélicoptère en cas d’urgence.

Toutes les îles d’Oki sont certes à la même enseigne, mais la situation du village d’Ama est particulièrement sévère. Les Dôzen constituent un groupe d’îlots à la population clairsemée, dont celui d’Ama n’est pas le plus gros. Il n’a pas d’aéroport, pas d’obstétricien et pas même d’épicerie. Une des premières choses qui tombe sous le regard du visiteur qui débarque à Ama est l’affiche placardée à l’office du tourisme Kin’nya-monya (nom qui fait référence à une chanson appartenant au folklore de l’île) où il peut lire : Nai mono wa nai (Faites avec les moyens du bord). S’il fallait nommer les installations et les services qui font défaut à Ama, la liste serait longue.

L’office du tourisme Kin’nya-monya, situé à proximité du port d’Ama, au crépuscule ; les membres du personnel et l’affiche Nai mono wa nai, au centre (à droite).

Si l’affiche clame haut et fort qu’il ne sert à rien de convoiter ce qu’on ne peut pas avoir, elle attire aussi l’attention sur tout l’éventail des richesses disponibles. Baignée par des eaux où abondent les produits de la mer, Ama abrite en outre un grand nombre de sources d’eau claire et pure qui permettent à l’île d’être autosuffisante en riz. Plutôt que de s’attarder sur les aspects négatifs, l’affiche exhorte les visiteurs à jouir de l’abondance qui leur est offerte. On notera que Nai mono wa nai peut aussi vouloir dire que « Rien ne manque » – autrement dit que tout est déjà là, pour peu qu’on fasse montre d’un minimum d’ingéniosité. À titre d’exemple, les habitants d’Ama, confrontés à l’absence de bibliothèque, ont donné des livres et fait de l’île tout entière une vaste bibliothèque. On voit donc que le slogan du village incarne la mentalité positive et pratique de ses habitants.

Aussi petite qu’elle soit, l’île de Nakanoshima n’en est pas moins riche en ressources touristiques. En haut : le navire semi-submersible Amambô croisant au parage des roches Saburô (à gauche) ; la plage d’Akiya, appréciée des campeurs et des nageurs en été (à droite). Au milieu : le festival d’été au sanctuaire Utsuka Mikoto dédié à une divinité locale (à gauche) ; le sanctuaire Oki, dédié à l’empereur Go-Toba, est célèbre pour ses cerisiers en fleurs (à droite). En bas : le festival Kin’nya-monya, célébré en août, est l’un des événements majeurs de l’année. Le maire Yamauchi Michio jette des « gâteaux de riz du bonheur » dans la foule (à gauche) ; des danseurs, jeunes et vieux, évoluent aux accords plein d’entrain de Kin’nya-monya, en tenant à la main de grandes cuillères en bois.

  • [20.02.2015]

Professeur à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Tokyo. Né à Tokyo en 1967. Diplômé de la Faculté de droit de l’Université de Tokyo en 1991, il a obtenu en 1996 un doctorat des Instituts de droit et de politique de cette même université. Parmi ses domaines de spécialisation figurent l’histoire des idées politiques et la philosophie politique. Il a reçu le Prix Suntory pour les sciences sociales et les sciences humaines en 2007 pour Tocqueville : un théoricien de l’égalité et de l’inégalité. Auteur de nombreux ouvrages, dont La démocratie à l’âge de l’individu et Comment construire une démocratie.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Déclin démographique : l’exemple de HokkaidôD’ici 2040, 80 % des 141 municipalités de Hokkaidô devraient voir leur population diminuer d’au moins 30 %. Comment les agglomérations de l’île la plus septentrionale du Japon se préparent-elles à faire face à un problème aussi préoccupant ? Un certain nombre d’entre elles ont déjà pris des mesures tout à fait originales.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone