Ils nous ont quittés en 2017

Société

Retour sur la carrière de ces célèbres Japonais décédés durant l’année.

2 février

Okano Shunichirô (85 ans), ancien président de la Fédération japonaise de football

Footballeur dès ses années d’étudiant à l’Université de Tokyo, Okano Shunichirô a aussi joué dans l’équipe nationale du Japon, qu’il a ensuite entraînée. Avec lui, les Japonais ont accédé aux quarts de finale des Jeux olympiques de Tokyo en 1964, avant de décrocher la médaille de bronze à Mexico en 1968. Sélectionneur de l’équipe nationale en 1970 et 1971, il a ensuite été nommé directeur puis vice-président de la Fédération japonaise de football, avant d’en devenir le président en 1998. Il a également contribué à la création de la J-League, et a joué un rôle moteur dans l’organisation de la Coupe du monde de football de 2002 Corée/Japon.

Voir notre article :

L’histoire de l’équipe du Japon de football (2014)

11 février

Taniguchi Jirô (69 ans), mangaka

Le style unique de Taniguchi Jirô, plein de bienveillance, est très apprécié au Japon comme à l’étranger, en particulier en Europe. Monté à Tokyo après avoir travaillé chez un grossiste en vêtement de Kyôto, il publie son premier manga, Kareta heya (Une chambre fanée, non traduit), à l’âge de 24 ans. En 1992, il reçoit le prix Shogakukan du manga pour Terre de rêves. En 1998, le grand prix du Manga du prix culturel Tezuka Osamu lui est décerné pour Au temps de Botchan, une de ses œuvres emblématiques réalisée avec l’écrivain Sekikawa Natsuo. En 2002, Quartier lointain reçoit le Prix du scénario au Festival d’Angoulême. Il a été fait chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 2011.

Voir notre article :

À la recherche de Taniguchi Jirô

Planche originale d’Au temps de Botchan (Futabasha) exposée à la Galerie de la Maison franco-japonaise (Ebisu, Tokyo) en décembre 2017 (photo : Nagasaka Yoshiki © PAPIER 2017)

13 février

Suzuki Seijun (93 ans), réalisateur

Lycéen appelé au front pendant la Seconde Guerre mondiale, Suzuki Seijun devient assistant réalisateur après-guerre, en 1948, puis réalisateur en 1954. Réputé pour ses prises excentriques et ses coloris particuliers, il se fait connaître avec un certain nombre de films, parmi lesquels Elégie de la bagarre. En 1967, La Marque du tueur lui vaut d’être licencié des studios Nikkatsu ; il revient sur le devant de la scène dix ans plus tard, avec Histoire de mélancolie et de tristesse tourné pour la Shôchiku. En 1980, il dirige Mélodie tzigane, l’une de ses œuvres majeures ; la beauté onirique de ce film sera primée au Festival de Berlin.

Suzuki Seijun (au centre) entouré de l’actrice chinoise Zhang Ziyi et de l’acteur japonais Odagiri Joe lors de la présentation du film Princess Raccoon, le 29 mars 2005 à Tokyo (Jiji Press)

16 février

Funamura Tôru (84 ans), compositeur

Funamura Tôru est l’un des plus grands compositeurs de chansons populaires de l’après-guerre. Sa chanson Wakare no ippon-sugi (« Le cèdre de l’adieu », chantée par Kasuga Hachirô), écrite en 1955 avec son ami et parolier Takano Kimio, a été l’un des grands succès de l’époque. En 1961, Ôshô, chanté par Murata Hideo, se vend à plus d’un million d’exemplaires. Funamura Tôru savait mieux que quiconque exprimer la chaleur et l’esprit des Japonais.

Funamura Tôru en conférence de presse le 27 octobre 2016, à l’occasion de sa promotion à l’Ordre du mérite culturel, à Tokyo (Jiji Press)

1er avril

Kakehashi Ikutarô (87 ans), fondateur de Roland

Fondateur de la marque d’instruments de musique électronique Roland en 1972, Kakehashi Ikutarô s’est consacré à la mise au point d’orgues électroniques et de synthétiseurs. À partir des années 80, des appareils comme le TR-808, le TR-909 ou le Jupiter 8 révolutionnent la scène musicale mondiale. En 2013, il reçoit un prix Grammy de la technique, la plus haute récompense musicale américaine. Il est également connu comme le créateur du système MIDI qui permet les échanges de données entre instruments de musique de différents fabricants.

Kakehashi Ikutarô en 2007 (Jiji Press)

5 avril

Ôoka Makoto (86 ans), poète

L’un des plus grands poètes contemporains, Ôoka Makoto est l’auteur de nombreux poèmes et ouvrages sur les grands classiques. Il publie en 1955 « Essai chritique sur la poésie contemporaine » et en 1956 un premier recueil de poèmes intitulé « Mémoire et présent », les premiers pas d’une double carrière de critique littéraire aiguisé et de poète sensible.

13 juin

Ôta Masahide (92 ans), ancien gouverneur de la préfecture d’Okinawa

Ôta Masahide a consacré sa vie à la question des bases militaires américaines à Okinawa. Natif de l’île de Kumejima, il est mobilisé en 1945, dans les troupes d’adolescents âgés de 14 à 16 ans. À l’issue de la guerre, il devient professeur à l’Université Ryûkyû et se consacre à l’étude de la bataille d’Okinawa et de l’histoire de l’après-guerre. Élu gouverneur de la préfecture d’Okinawa en 1990, il occupera ce poste durant huit ans, effectuant deux mandats consécutifs. En 1995, après le viol d’une fillette d’Okinawa par un soldat américain, il refuse de signer l’autorisation d’occupation des terrains par l’armée américaine, en opposition avec la ligne gouvernementale, et réclame le retrait d’une partie des bases ainsi que la révision du traité de coopération nippo-américain. Il a également alerté sur le danger présenté par la base de Futenma, située en zone urbaine, devenant ainsi le moteur de l’accord de reddition du terrain intervenu entre les gouvernements américain et nippon en 1996. En 2001, il est élu à la Chambre haute sous l’étiquette du Parti socialiste ; il siégera six ans, le temps de son mandat.

Voir notre article :

Les bases américaines à Okinawa : passé, présent et futur (2015)

22 juin

Kobayashi Mao (34 ans), personnalité du petit écran

Sa lutte contre le cancer, racontée sur son blog, a fédéré le grand public. Kobayashi Mao débute à la télévision alors qu’elle est encore étudiante à l’Université Sophia et devient présentatrice météo à partir de 2003. Animatrice d’émissions d’information, elle épouse en 2010 l’acteur de kabuki Ichikawa Ebizô, avec qui elle a une fille et un fils. En 2016, Ebizô annonce que sa femme est traitée pour un cancer du sein. Elle ouvre en septembre son blog, dans lequel elle parle de sa maladie et de son rapport avec sa famille. Sa notoriété s’étend à l’étranger : en novembre 2016, la chaîne britannique BBC fait figurer Kobayashi Mao parmi les « 100 femmes de l’année ». (Voir son portrait)

18 juillet

Hinohara Shigeaki (105 ans), médecin

Hinohara Shigeaki, impliqué dans la médecine jusqu’après son centième anniversaire, est également l’auteur de plus de 200 livres dont sa série de best-seller « Doué pour la vie ». Diplômé de la faculté de médecine de l’Université de Kyôto, il a exercé à l’hôpital international St Luke à partir de 1941, en tant que médecin généraliste, où il a soigné de nombreuses victimes du grand bombardement de Tokyo, à la fin de la guerre. Partisan de l’égalité entre le médecin et son patient, il est l’un des premiers à avoir mis le patient au cœur de l’acte médical. C’est aussi lui qui a imposé le vocable de « maladies liées au mode de vie » pour les affections comme l’accident vasculaire cérébral et les maladies cardiovasculaires, insistant sur leur nécessaire prévention. En 1970, en route pour une conférence à Fukuoka, il se trouvait à bord de l’appareil de la Japan Airlines détourné par des pirates de l’air ; il a cru son dernier jour arrivé. En 1995, alors directeur de l’hôpital St Luke, il a organisé le sauvetage des victimes de l’attentat au gaz sarin perpétré dans le métro de Tokyo par la secte Aum.

Hinohara Shigeaki lors de la conférence de presse donnée pour la parution de son dernier livre, « Une histoire sur la guerre, la vie et l’hôpital St Luke », le 25 septembre 2015 à Tokyo (Jiji Press)

21 juillet

Hirao Masaaki (79 ans), compositeur et chanteur

Après avoir joué avec son groupe de lycéens et fréquenté les bases militaires américaines et les clubs de jazz, Hirao Masaaki fait ses débuts en 1958. Il est à l’origine du boum du rockabilly avec Mickey Curtis et Yamashita Keijirô – on les surnommait « les trois rockeurs ». Devenu compositeur au milieu des années 60, il est l’auteur d’un grand nombre de tubes.

7 août

Nakajima Haruo (88 ans), acteur

Nakajima Haruo est connu dans le monde entier pour s’être mis dans la peau des premiers films Godzilla. Il rentre à 21 ans à la Tôhô, la plus grande maison de productions de cinéma japonais. Il est très vite repéré en tant que cascadeur, et reçoit alors sa première offre pour laquelle il se parera du costume du fameux monstre, pesant 100 kg, rôle qu’il endossera de 1954 et 1972. En 2011, la ville de Los Angeles lui décerne le titre de Citoyen d’honneur.

Voir notre article :

Nakajima Haruo, l’homme-Godzilla (2014)

28 août

Hata Tsutomu (82 ans), ancien Premier ministre

Dans les années 90 riches en retournements politiques, Hosokawa Morihirio gouverne le Japon, à la tête d’une coalition anti-Parti libéral-démocrate ; Hata Tsutomu lui succède en 1994, mais il est contraint de démissionner quand le Parti socialiste se retire de la coalition. Resté 64 jours au pouvoir, il a effectué le deuxième mandat de Premier ministre le plus court de l’après-guerre.

Voir notre article :

Pourquoi les chefs de gouvernement sont si éphémères en Italie et au Japon (2013)

30 août

Taniguchi Sumiteru (88 ans), victime de la bombe atomique

Taniguchi Sumiteru a été irradié à l’âge de 16 ans, alors qu’il distribuait le courrier à 1,8 kilomètre de l’épicentre de la bombe atomique larguée sur Nagasaki. Grièvement brûlé sur le dos, il a survécu à l’issue de 3 ans et 7 mois d’hospitalisation, dont 1 an et 9 mois passés alité sur le ventre. Dès 1955 et la création de l’Association des jeunes survivants du bombardement atomique de Nagasaki, il s’implique dans les actions d’opposition aux armes nucléaires. Il préside le Conseil des survivants du bombardement atomique de Nagasaki à partir de 2006, puis co-préside la Confédération des organisations japonaises des victimes des bombes A et H à partir de 2010. Il a activement partagé son témoignage, au Japon comme à l’étranger, ainsi qu’aux Nations unies, où il a montré une photo de son dos brûlé en invitant l’assistance à ne pas détourner le regard.

Voir notre article :

Soixante-dix ans après la bombe atomique sur Nagasaki (2015)

19 octobre

Nishimuro Taizô (81 ans), ancien PDG de Toshiba et de Japan Post

Entré à Toshiba en 1961, Nishimuro Taizô a fait carrière aux États-Unis notamment, avant d’être nommé PDG en 1996. Sa riche expérience à l’étranger lui a permis de réformer l’entreprise. Nommé président en 2000, il quitte ses fonctions en 2005, non sans garder une influence certaine sur la gestion de l’entreprise et les nominations. Il prend ensuite la tête du Tokyo Stock Exchange, miné par des dysfonctionnements techniques à répétition, puis mène la privatisation de Japan Post. Certains ont pointé sa responsabilité dans le scandale de falsification comptable découvert au sein de Toshiba en 2015.

Voir notre article :

Le pari perdu de Toshiba

16 novembre

Tsuru Hiromi (57 ans), actrice de doublage

Tsuru Hiromi était connue pour ses doublages de personnages d’anime célèbres (Bulma de Dragon Ball, Meryl Stryfe de Trigun...) ou de jeux vidéo (Dr. Naomi Hunter de Metal gear solid, Reina de Yakuza Zero...). Elle avait débuté sa carrière très tôt, à l’âge de 17 ans, en devenant la voix de Perrine dans l’anime The story of Perrine, inspiré du roman français En famille d’Hector Malot (auteur du fameux Rémi sans famille).

(Photo de titre : Ichikawa Ebizô et Kobayashi Mao au temple Narita-san Shinshô-ji après leur mariage, 9 juillet 2010. Saikawa Hitomi, Mainichi Shimbun/Aflo)

mort année personnalité