Pourquoi les Japonais ne prennent-ils pas de congés payés ?
[01.05.2018] Autres langues : ENGLISH | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le Japon est tristement connu dans le monde entier pour ses karôshi, ou « mort par surmenage ». Les nombreuses heures supplémentaires usant le physique et le mental ajoutées à un repos insuffisant peuvent conduire à des crises cardiaques, des AVC, voire des suicides. Ceci étant dit, comment les Japonais considèrent-ils leurs propres congés ?

Un fossé entre l’idéal et la réalité

Il y a trois principales périodes de vacances au Japon : le Nouvel An , la mi-août aux environs de la fête O-bon et pendant la Golden Week de la fin avril à début mai (voir notre article sur les jours fériés du calendrier japonais).

Selon un sondage mené en mars 2017 par la société d’enquêtes en ligne Macromill, près de 60 % des employés âgés de 20 à 59 ans aimeraient prendre idéalement 9 jours de congé consécutifs pendant la Golden Week. D’autres répondent toutefois ne pas avoir besoin de « faire le pont », rabaissant la moyenne totale des jours de congés consécutifs souhaités à 7 jours. Cependant, lorsque la question porte sur le nombre de jours de repos succéssifs réellement pris par les personnes interrogées pendant cette période, la réponse la plus courante est seulement de 5 jours.

Une autre enquête Macromill révèle que 53,2 % des employés souhaitent avoir entre 7 et 13 jours de congés pour les vacances d’été, alors que leur nombre réel moyen pris pendant cette saison s’est avéré être de 6,2, soit moins de la moitié de la limite supérieure du nombre de jours désirés.

Le pire pays en matière de congés payés

Les travailleurs au Japon ont eu droit à en moyenne 18,1 jours de congés payés par leurs entreprises en 2016, selon l’Enquête générale sur les conditions de travail publiée par le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales en février 2017. Mais ils ne prennent réellement en moyenne que 8,8 jours, soit 47 % de ce qui leur est alloué…

Voici certaines des raisons qu’ils émettent : « Il est embarrassant de prendre des jours de congés alors que les autres employés du bureau ne le font pas », « l’atmosphère ne s’y prête pas », « personne d’autre ne peut faire mon travail », « les tâches ne peuvent pas être comptabilisées pour se répartir entre les membres de l’équipe », « préparer le travail pour que d’autres le fassent à ma place nécessite du travail supplémentaire ».

Tous ces obstacles conduisent à creuser un gouffre entre l’idéal et la réalité en matière de vacances.

L’agence de voyage Expedia a déclaré le Japon comme étant le pire endroit pour prendre des congés payés en 2016 et 2017, sur la base d’une enquête menée auprès de travailleurs de 30 pays. Ces résultats semblent correspondre à ceux de « l’indice Indeed 2016 de satisfaction personnelle au travail » : parmi les 35 pays figurant dans le classement, les Japonais sembleraient être les plus malheureux.

L’indice Indeed a également identifié les clefs de la satisfaction au travail. Avant certains facteurs comme la sécurité du travail et sa rémunération, c’est l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée qui arrive en tête, car les employés ont tendance à tracer une ligne bien définie entre ces deux univers. Ces résultats montrent clairement que c’est l’incapacité de prendre du temps libre pour ses obligations ou plaisirs personnels qui empêche le bien-être professionnel.

Classement des 10 pays au taux d’insatisfaction les plus élevés

1 Japon
2 Allemagne
3 Afrique du Sud
4 France
5 Pologne
6 Malaisie
7 Autriche
8 Singapour
9 Inde
10 Chine

Source : Indice Indeed 2016 de satisfaction personnelle au travail

Classement des facteurs du bonheur au travail

1 Équilibre vie professionnelle-vie privée
2 Bon fonctionnement de la gestion
3 Environnement et culture d’entreprise
4 Sécurité de l’emploi et promotions
5 Rémunération et bénéfices

Source : Indice Indeed 2016 de satisfaction personnelle au travail

  • [01.05.2018]
Articles liés
Autres chroniques

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone