L’Airbnb japonais se soumet à de nouvelles règles très strictes
Une loi sur les locations de logements privés, les minpaku, est entrée en vigueur en juin

Okasaka Yasuhiro [Profil]

[09.07.2018] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL |

Une nouvelle loi concernant les locations saisonnières de logements privés pour touristes, les minpaku, vient d’être promulguée le 15 juin 2018 afin de réglementer l’activité des hébergeurs. À l’heure où les touristes étrangers sont en augmentation constante au Japon, les normes d’hygiène et de sécurité des locations restent les principales priorités. Que propose alors concrètement cette nouvelle législation ? C’est ce que nous allons voir à travers cet article.

Plus de 10 % des visiteurs au Japon utilisent le système des minpaku

Au Japon, on appelle minpaku une sorte d’Airbnb à la japonaise, ce qui se dit en anglais Vacation Rental. Le nombre de personnes inscrites sur le site Airbnb, qui met en relation des voyageurs avec des loueurs offrant ce service, a connu une croissance rapide ces dernières années. D’après l’enquête trimestrielle de l’Agence nationale du tourisme pour la période janvier-mars 2018, plus de 10 % des visiteurs étrangers ont utilisé les minpaku.

L’attrait de ce type d’hébergement est qu’il permet aux touristes étrangers de vivre comme des Japonais ordinaires, et d’échanger avec ceux qui les accueillent. L’activité des hôtes inscrits sur les sites qui les mettent en contact avec les touristes a créé un mouvement d’ampleur, et l’hébergement chez des particuliers est devenue un objectif en soi, et donc une nouvelle ressource touristique en tant qu’expérience culturelle. Elle attire aujourd’hui beaucoup d’attention car elle peut stimuler le tourisme en région.

La location touristique est pratique pour les visiteurs étrangers, non seulement parce qu’elle leur offre une expérience unique, mais aussi parce qu’elle résout la pénurie d’hébergement qui existe, et offre une solution aux problèmes rencontrés par les groupes, familles et autres, pour se loger au Japon. Sans compter la mise en valeur du concept de « l’économie de partage ». Ainsi, héberger des touristes chez soi est-il devenu un véritable gagne-pain de plus en plus populaire.

Cette nouvelle activité recèle aussi un aspect « divertissant ». Elle est certes exigeante, car gérer les réservations, maintenir la propreté des hébergements offerts ou encore guider les touristes jusqu’à chez soi ou ailleurs, demandent du travail, mais beaucoup d’hôtes prennent plaisir à accueillir. Cela leur permet aussi d’interagir avec des personnes d’origine étrangère, une expérience riche qui incite à en parler autour de soi et qui contribue ainsi à donner de l’ampleur au mouvement.

La sécurité et la sérénité des personnes hébergées, une priorité

Tel est le contexte dans lequel la discussion concernant une réglementation des minpaku a débuté. Il existe au Japon une législation relative à l’hôtellerie, qui couvre les différents types d’hébergement hôteliers comme les hôtels, les auberges japonaises (ryokan), les guest house, les pensions (geshuku) et les chambres d’hôtes traditionnelles (minshuku), mais il n’y en avait pas concernant les locations saisonnières.

Le gouvernement a rédigé un projet de loi intitulé « Loi sur les locations de logements privés », en tenant compte des besoins en ce domaine, de la diversification grandissante des besoins d’expérience culturelle des touristes et de l’élargissement des possibilités de choix. La loi votée en juin 2017 est entrée en vigueur en juin de l’année suivante. Étant donné que pour la première fois, une loi mentionne l’hébergement de type minpaku, celle-ci est connue comme la « Loi sur les minpaku ».

Cette législation spécifie les rôles et les règles s’appliquant aux particuliers et aux personnes morales s’occupant de location touristique à courte durée ainsi qu’aux autorités nationales et régionales. L’objectif de la législation figure dans les règles générales. Pour dire les choses clairement, il tourne autour de deux axes, à savoir garantir une gestion appropriée de l’hébergement minpaku, et promouvoir la venue et le séjour de touristes. La législation a pour priorité la garantie de la sécurité des personnes hébergées.

  • [09.07.2018]

Éditeur d’un site web d’informations sur les minpaku. Né en 1982 à Hokkaido, il étudie à l’Université d’éducation de Hokkaido, et devient journaliste au Djakarta Shimbun, un journal de langue japonaise en Indonésie. Il travaille ensuite pour le Hokkaido Shimbun avant de prendre la fonction qu’il occupe actuellement depuis 2017.

Articles liés
Articles récents

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone