Série Japan Data
Les mariages internationaux au Japon en nette régression depuis 2006
[02.06.2018] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Au Japon, le nombre de mariages internationaux a considérablement régressé, après avoir atteint son point culminant en 2006. La baisse est particulièrement flagrante en ce qui concerne les couples constitués d’un Japonais et d’une femme de nationalité philippine.

D’après une enquête sur l’évolution de la population réalisée par le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales japonais, en 2016, il y a eu 21 180 mariages internationaux sur un total de 620 531 unions célébrées dans l’Archipel. Ce qui veut dire que dans un cas sur 29, un citoyen japonais a épousé un ressortissant étranger.

Le ministère a commencé à collecter des données sur les mariages internationaux en 1965. Cette année-là, le Japon avait enregistré 4 156 unions mixtes, soit un sur 230 mariages célébrés dans l’ensemble du pays. Dès lors, ce chiffre a augmenté de façon régulière, franchissant successivement le seuil des 10 000 en 1983, des 20 000 en 1989, des 30 000 en 1999 et des 40 000 en 2005. Mais depuis 2006, où il s’est élevé à 44 701, il a nettement diminué au point de descendre sous la barre des 40 000 en 2008, puis sous celle des 30 000 en 2011. Entre 2006 et 2016, le pourcentage des mariages mixtes a baissé pratiquement de moitié – de 6,11 % à 3,4 % –, en dépit d’une légère progression depuis quelques années.

Une des raisons qui ont contribué à la régression des mariages internationaux au Japon est l’amendement de la Loi sur l’immigration de 2005, qui a réglementé sévèrement les visas accordés aux femmes venant travailler au Japon en tant qu’hôtesses dans des bars (voir notre article sur les hôtesses philippines ). Le gouvernement a par ailleurs renforcé les contrôles concernant les « mariages blancs » contractés uniquement en vue d’obtenir la nationalité japonaise. Ces mesures ont eu un effet remarquable qui s’est traduit par une diminution importante des unions mixtes en l’espace de dix ans. Les mariages entre des citoyens japonais et des femmes de nationalité philippine, qui avaient atteint le chiffre record de 12 150 en 2006, ont baissé de 72 % et se sont limités à 3 370 en 2016. Dans le même temps, le nombre des couples composés d’un Japonais et d’une Chinoise a régressé de plus de la moitié, de 12 131 à 5 526.

Article lié :
Mariages internationaux au Japon : les derniers chiffres sur les nationalités

(Article écrit à l’origine en japonais. Photo de titre : la célèbre athlète japonaise de tennis de table Fukuhara Ai et son mari d’origine taïwanaise Chiang Hung-chieh, lui aussi joueur de tennis de table, le 5 février 2017. Jiji Press)

  • [02.06.2018]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone