L’avenir du thé vert est entre ses mains
Rencontre avec Maruwaka Hirotoshi, producteur-concepteur
[05.12.2017] Autres langues : 日本語 |

Maruwaka Hirotoshi, autrement appelé « l’homme qui régénère la culture japonaise », donne une nouvelle vie à l’artisanat traditionnel, bien ancrée dans notre époque. Avec lui, la tradition, jusqu’à présent synonyme de continuité, s’épanouit désormais dans la redéfinition. Aujourd’hui, il élargit son champ d’action au thé japonais, avec pour objectif : la scène mondiale.

Maruwaka Hirotoshi

Maruwaka HirotoshiPDG de Maruwakaya, producteur de produits, concepteur de projets né en 1979 à Tokyo. Après un passage dans le prêt-à-porter, il fonde Maruwakaya en 2010. Il (re)met au goût du jour l’artisanat traditionnel et les technologies de pointe du Japon dans le cadre de propositions novatrices. Il ouvre en 2014 sa boutique-galerie NAKANIWA à Paris, puis, au printemps 2017, le magasin de thé GEN GEN AN dans le quartier de Shibuya à Tokyo, d’où il s’attelle à faire connaître au monde entier une nouvelle culture du thé japonais.
Site officiel du magasin : http://www.gengenan.net/
Site officiel de Maruwaka : http://maru-waka.com/

Le monde entier pour ambition

Bonbonnière en forme de crâne. (Avec l’aimable autorisation de Maruwakaya)

Des rutilants kimonos de soie aux tatamis et cloisons en papier, en passant par la céramique et la laque, l’artisanat traditionnel des régions du Japon a de nouveau la cote. L’augmentation du nombre de touristes étrangers et l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2020 à Tokyo donnent un coup de pouce supplémentaire aux initiatives visant à faire connaître le Japon sous une nouvelle forme, fusion de savoir-faire ancien et de design contemporain.

Le producteur de produits Maruwaka Hirotoshi est l’un des premiers à avoir façonné cette tendance. En coopération avec les artisans des régions de production traditionnelles du Japon, il a remis au goût du jour un grand nombre de produits.

C’est par exemple à lui que l’on doit la bonbonnière-crâne en porcelaine de Kutani réalisée avec Kamide Keigo, représentant de la 6e génération de maîtres du four Kamide-chôemon, l’un des plus réputés du Japon. Ou encore des plats conçus par Kamide et le célèbre designer espagnol Jaime Hayon, une boîte à bentô tout en courbes (mage wappa) de chez Puma, une coque pour iPhone en inden (de la peau de daim ornée de motifs en laque)… Autant de produits marquants, au-delà de la mode actuelle du design à la japonaise.

Boîte à bentô en bois courbé de chez Puma. (Avec l’aimable autorisation de Maruwakaya)

Coque pour iPhone en inden. (Avec l’aimable autorisation de Maruwakaya)

Au fil de dix ans d’activité, M. Maruwaka a été surnommé « l’homme qui régénère la culture japonaise », ce qui ne l’empêche pas d’éprouver une certaine inquiétude face au boom actuel de l’artisanat traditionnel :

« Un nombre croissant de produits mettent en avant la fabrication japonaise, c’est indéniable. Mais il me semble que beaucoup ne sont que de simples articles de grande consommation. Des produits qui adoptent les codes de la tradition japonaise à destination du marché des touristes, mais qui n’ont pas grand-chose à voir avec le vrai artisanat. Les gens savent de moins en moins reconnaître les bons produits, et les meilleurs savoir-faire sont privés de la reconnaissance qu’ils méritent tandis que l’économie locale ne cesse de dépérir et les artisans de vieillir. »

M. Maruwaka lui-même, comme la grande majorité des jeunes Japonais, ne connaissait guère l’artisanat traditionnel jusqu’à vingt ans passés. C’est à l’âge de 23 ans, alors qu’il était à la fois employé d’une grande marque de luxe étrangère et artiste de rue, que tout a changé. Lors d’un déplacement dans la préfecture d’Ishikawa, un grand plat de porcelaine de Kutani ancienne (XVIIe siècle) exposé au Musée Kutani l’a bouleversé : « Il existait au Japon un art aussi étonnant, qui surpassait de loin tout ce que je pouvais exprimer par moi-même. Quelque chose que le monde entier nous envierait. »

Créations nées de la collaboration entre le maître du four Kamide-chôemon de porcelaine de Kutani et le designer Jaime Hayon. (Avec l’aimable autorisation de Maruwakaya)

Cependant, le monde de l’artisanat traditionnel lui était totalement étranger. Mû par l’enthousiasme, il est allé à la rencontre des maîtres de four de la porcelaine de Kutani, des fabricants d’objets en bois courbé d’Ôdate (Akita) ou encore des maîtres laqueurs d’Echizen (Fukui) pour leur proposer de nouveaux projets inspirés par sa propre sensibilité. En s’appliquant à nouer une relation de confiance avec eux, il a engrangé les succès avec notamment une coque pour iPhone en inden, et des créations issues d’une collaboration entre le maître du four Kamide-chôemon et Jaime Hayon, très bien accueillies à la manifestation DESIGNTIDE TOKYO, à la pointe du secteur.

Déterminé à se lancer à l’assaut de la scène mondiale, il ouvre en 2014 sa boutique-galerie NAKANIWA dans le quartier Saint-Germain-des-Prés à Paris, où il propose des produits qu’il sélectionne personnellement, comme les couteaux de chez Kamaasa à Kappabashi (Tokyo) recherchés par les meilleurs chefs européens, ou de la porcelaine blanche d’Arita cuite dans les fours de Bunshô.

  • [05.12.2017]
Articles liés
Autres entretiens

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone